Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Une éducatrice en grève de la faim !

Anne Bourgeois, éducatrice spécialisée, mère de 4 enfants, entame une grève de la faim !

Lundi 9 mars Anne Bourgeois, mère célibataire de 4 enfants, éducatrice spécialisée de l'AFEIPH (association pour la formation l'emploi et l'insertion des personnes handicapés), à Fumay en Champagne Ardenne, entame une grève de la faim en protestation de sa deuxième mise à pied conservatoire sans salaire.

 

assaut.jpg

 

Il est évident que cette sanction est injustifiable et contraire à la décision de l'inspection du travail. l'AFEIPH est dans une volonté manifeste de licenciement, malgré toutes les preuves qui démontrent que cette institution est maltraitante vis à vis des personnes handicapées et également vis à vis de son personnel.

 

TSL (travailleurs sociaux libres) à pris contact avec l'AFEIPH pour connaitre les intentions de l'employeur et envisager une médiation en faveur de Anne Bourgeois. Les coordonnées de TSL ont été transmise à monsieur Georges GALEA directeur général, qui a été informé de notre demande d'entretien...

 

Intervention TSL : Le directeur général de l'AFEIPH a contacté TSL mercredi 11 mars à 16h45. J'ai expliqué l'objectif de l'entretien, nous avons échangé sur la situation de Anne Bourgeois... Il m'a donné sa version des faits, il dit qu'il a un dossier en béton armé contre notre collègue. Il souhaite que cela aboutisse sur un compromis acceptable pour les deux parties. Il dit que plusieurs médiations, négociations ont déjà été réalisées, mais que notre collègue les a toutes rejetées, y compris 4 propositions de reclassement professionnel. Syndicat CGT, conseiller général etc ont participé aux médiations avec l'accord de Anne Bourgeois, mais rien n'a pu aboutir ! Il m'informe qu'après l'entretien téléphonique il reçoit Anne Bourgeois. Il dit que l'AFEIPH se dirige vers un licenciement mais que tout va dépendre de l'entretien qu'il va avoir avec notre collègue. J'ai demandé à M. Galéa directeur général d'éviter d'entamer une procédure de licenciement, car des arrangements sont toujours possible.

 

Ces informations ne sont que la version du directeur général. Il faut savoir que dans tous les dossiers litigieux de cette complexité, les témoignages et attestations que peux produire l'employeur sont souvent partial. Que la partie adverse est en mesure de produire des documents et attestations qui apporte la preuve des graves dysfonctionnements de l'AFEIPH...

 

TSL remercie le DG d'avoir accepté cet entretien téléphonique et nous espérons qu'une issue favorable sera trouvé pour Anne Bourgeois !

Patrick Guichard TSL

 

Deuxième intervention TSL jeudi 12 mars 2015 : message sous forme de lettre transmis par SMS sur (tel mobile) de monsieur Georges Galéa directeur général de l'AFEIPH et par Email sur messagerie personnel.

 

Bonjour M. Galéa, directeur général de l'AFEIPH. De Patrick Guichard, fondateur du collectif national "travailleurs sociaux libres".

 

Merci pour cet entretien téléphonique mercredi 11 mars 2015, au sujet de Anne Bourgeois. Je reviens vers vous sur cette difficile situation. Je vous invite à reconsidérer votre souhait d'engager une procédure de licenciement contre Anne Bourgeois et vous prie de lever sa mise à pied conservatoire sans salaire, de réintégrer Anne Bourgeois dans son poste de travail initial.

 

En effet, des pistes de négociations restent envisageables. L'image négative de l'AFEIPH gagne au niveau national et auprès de milliers de travailleurs sociaux et du public. Il est impératif de sortir de ce bras de fer, car c'est une impasse qui ne fait que développer auprès du grand public le sentiment avéré dune maltraitance institutionnelle dans la prise en charge des personnes handicapées, dont l'AFEIPH a la responsabilité.

 

Il est encore possible qu'un dialogue humain, social et professionnel soit rétablit, et de stopper toutes mesures administratives et disciplinaires. Je vous exhorte M. Galéa à mettre tout en œuvre pour qu'une solution pacifiée soit privilégiée dans ce litige.

 

Comme je l'ai souligné au cours  de notre entretien téléphonique, TSL est présent pour apporter son soutien à Anne Bourgeois et à l'AFEIPH pour la résolution pacifique du litige qui vous oppose.

 

Je compte sur votre bienveillance pour que les décisions que vous prendrez soient pour préserver l'intégrité et la respectabilité de Anne Bourgeois et l'image de l'AFEIPH.

 

Je reste optimiste M. Galéa, sur les possibilités d'arrangements et de négociations que vous trouverez, qui soient favorables aux deux parties. Je vous enjoins à favoriser l'ouverture du dialogue comme vous me l'avez affirmé. 

 

Il n'est pas trop tard pour les deux parties de faire machine arrière, et de reconsidérer chacune ses positions, qui permettra d'ouvrir des solutions. J'espère M. Galéa que ma modeste intervention permettra de stopper pacifiquement ce litige. je me tiens à votre disposition si vous souhaitez de nouveau échanger sur cette situation.

 

Recevez M. Galéa, mes salutations distinguées.

Patrick Guichard

 

Publiée le 10 Mars 2015

anne.jpg

 

anne1.jpg

Cette éducatrice spécialisée est installée sur le parking d'un centre commercial du Carrefour Market de Fumay, avec toile de tente et duvet., entourée de ses collègues.

 

enfants.jpg

Pourquoi c'est important

Pour avoir tenté d'alerter la direction de l'AFEIPH (association pour la formation l'emploi et l'insertion des personnes handicapés), dans la prise en charge de personnes handicapées. , qui est son employeur sur des dysfonctionnements graves dans la prise en charge des personnes handicapées, et pour avoir été témoin d'agissement tout aussi grave dans certains accompagnements éducatifs, Anne Bourgeois a fait l'objet d'une procédure de licenciement à la demande de son employeur. Il y a presque 1 an de cela...

 

De par son statut de salarié protégé (déléguée du personnel), la direction a dû demander à l'inspection du travail l'autorisation de la licencier. Le 17 novembre 2014, l'inspection du travail a donné sa décision refusant la demande d'autorisation de son licenciement. Depuis cette date, la direction de l'AFEIPH refuse d'appliquer la décision de l'inspection du travail allant jusqu’à lui interdire l'accès à son poste initial en date du 26 janvier 2015, la menaçant d'une deuxième mise à pied conservatoire sans salaire.


La semaine dernière, la direction de l'AFEIPH a de nouveau refusé son retour et la remis en mise à pied conservatoire sans salaire. Mère célibataire de 4 enfants, Anne Bourgeois a entamé une grève de la faim le lundi 09 Mars 2015 en protestation de la situation dans laquelle elle est entraînée par son employeur...

 

Reportage voire la vidéo France 3 Champagne Ardenne

Daniel Samulczyk / France 3 Champagne-Ardenne

 

Madame Michele Leflon Vice président du conseil régional - 08000 Charleville - Mézière : Intervention de Mme Leflon auprès du directeur de l'ARS à plusieurs reprises et du préfet

12 mars 2015 : troisième jours de grève pour Anne Bourgeois

 

C'est une véritable machination qui a conduit Anne Bourgeois, éducatrice spécialisée à l'AFEIPH à Fumay, à se mettre en grève de la faim. Deux de ses collègues ont été licenciées à l'été pour faute professionnelle, sans que celle-ci ne soit précisément caractérisée. Le licenciement d'Anne nécessitait l'accord de l'inspection du travail, puisqu'elle était déléguée du personnel. Il a été refusé. Mais la direction de l'AFEIPH refuse d'appliquer cette décision et a à nouveau convoqué Anne à un entretien préalable à un licenciement aujourd'hui. Les soutiens se succèdent devant la tente où Anne a engagé une grève de la faim depuis lundi. Elle est, comme d'ailleurs les deux collègues qui avaient été licenciées, une professionnelle reconnue et aimée.

 

michele.jpg

 

Il semblerait que leur seule faute ait été d'alerter sur des dysfonctionnements, des dysfonctionnements que des familles de résidents ont confirmé. Et en plus, quelques mois avant le début des évènements, les finançeurs avaient pointé à la direction de l'association une équipe éducative trop conséquente compte tenu du budget alloué. Ne s'agirait il pas de licenciements économiques déguisés ?

 

Il y a urgence à ce que les pouvoirs publics prennent les choses en main, et pas seulement comme cette après midi, en envoyant les gendarmes pour s'assurer que tout va bien, pour rassurer le préfet !

 

Car ils ne peuvent pas dire qu'ils ne sont pas au courant de la situation et auraient pu s'en occuper avant que l'absence de toute solution ne conduise Anne à se mettre en grève de la faim.

 

J'avais fait toute une série de courriers fin août/début septembre. Je vous fais grâce de la réponse du directeur de l'ARS : ce n'était pas de son ressort, disait-il, pour vous laisser lire les réponses du préfet et du président du conseil général !

 

Madame Michele Leflon vice présidente du conseil régionale

 

prefet.jpg

cg.jpg

Source : http://micheleleflon.hautetfort.com/archive/2015/03/11/3eme-jour-de-la-faim-pour-anne-bourgeois-5581117.html

 

 

Avec le soutien de TSL : Pétition pour soutenir notre collègue éducatrice Anne Bourgeois contre sa deuxième mise à pied conservatoire sans salaire et contre un licenciement, signer la pétition, cliquer içi



11/03/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2246 autres membres