Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

AS et ES : Qui sont les jeunes travailleurs sociaux ?

Qui sont les jeunes travailleurs sociaux ?

Soumis par Geneviève CASANOVA le mar, 03/01/2012

 

Voici l'article

 

 

Une enquête des ash auprès de 16 étudiants et jeunes assistants (es) de service social ou éducateurs et éducatrice spécialisés (es) à Paris, Toulouse, Rennes et Strasbourg et interrogé 2 spécialises des professions sociales : le sociologue Alain Vilbrod étudie depuis 20 ans le métier d’éducateur spécialisé, et Christine Garcette, formatrice, a été longtemps présidente de l’ANAS.

 

- On ne devient pas travailleur social par hasard : le choix s’inscrit généralement dans la continuité d’une histoire familiale et d’un engagement personnel (dans une association...).

 

 


 

Alain Vilbrod pour les ES : « Ils sont dans le collectif (...) je ne sens pas de grands écarts avec la génération précédente » ; « Plus du quart des mères des élèves éducateurs sont enseignantes ou travailleuses sociales. Le phénomène d’endorecrutement (...) se renforce ». Christine Garcette pour les AS : l’enracinement familial et militant peut-être un peu moins sensible ; elle n’oserait plus employer le mot de « vocation » . Recrutement quasi identique dans les deux filières (qui demeurent par ailleurs assez étanches...) : « milieux modestes avec une surreprésention des petites villes et du milieu rural ».

 

Les formations de niveau III sont une occasion d’accéder à un diplôme du supérieur sans s’engager dans des études longues : pression familiale aussi mais méconnaissance des circuits et nécessité de gagner sa vie assez tôt contribuent à ce choix. Du reste beaucoup d’entre eux reprendront des études plus tard et parfois à un niveau élevé.

 

Le plus grand changement c’est le contexte économique et social qu’ils affrontent : en tant qu’étudiants ils sont nombreux à bénéficier de bourses et/ou à devoir travailler et une fois diplômés l’insertion est moins aisée qu’il y a quelques années (baisse des subventions et de la qualification à l’embauche).

 

Selon Alain Vilbrod les ES « à tort ou à raison ont le sentiment qu’ils parviendront à s’insérer » ; « dans l’ensemble ils ne sont pas dans la plainte mais ont l’impression qu’on leur demande de gérer des populations en plus grande difficultés qu’autrefois (...) et mentionnent aussi l’obligation du fait de leur diplôme, d’être dans une position d’organisateur et d’animateur de professionnels moins formés ». Christine Garcette entend pour la première fois parler de chômage chez les AS et est un peu pessimiste.

  • Le choc de la formation Retour sur soi

Étonnement devant le niveau d’exigence intellectuelle du cursus ; la prise de conscience que le « travailleur social agit sous l’autorité de politiques, de réglementations et d’institutions » est généralement un peu douloureuse... questions de la marge de manœuvre, du contrôle social... ; les stages pour beaucoup sont la révélation du décalage entre l’idéal à atteindre et les réalités du terrain (même si les stages les confortent généralement dans leur volonté de faire ce travail) ; interrogation sur la perception de la relation d’aide : il faut faire le deuil du « sauver les autres » et comprendre qu’aider ne veut pas forcément dire être aimé ; apprivoiser la prise de risque et la crainte du désaccord de l’usager (dire non, cadrer...) ; en filigrane pour beaucoup d’entre eux la formation est l’occasion d’une remise en question personnelle : travailler sur soi, sur ses propres motivations ; beaucoup de moments d’hésitation mais peu d’abandons.

  • Un avenir incertain jusqu’ici, tout va bien

Inquiétude par rapport à l’évolution de l’emploi ; les salaires ne sont pas à la hauteur de l’investissement et des responsabilités ; ils souffrent de la mauvaise image des professions sociales : « plane l’idée (...) que nous coûtons à la société plus que ce que nous rapportons » ... « comme si les gens croyaient que notre métier c’est d’encourager les profiteurs... ».

 

Source :

http://www.cnlaps.fr/Choses-lues-plus/qui-sont-les-jeunes-travailleurs-sociaux

 

Pour soutenir les revendications des travailleurs sociaux (qualifications, métiers, conditions de travail), signez la pétition en ligne. Cliquez içi

 



04/01/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2275 autres membres