Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Dans l'exercice de ses fonctions, une éducatrice est frappée à coup-de-poing

Trente mois de prison ferme pour avoir agressé une éducatrice

Dans l'exercice de ses fonctions, une éducatrice est frappée à coup-de-poing et de pied

 

Sans l'intervention d'une voisine de palier, Cette éducatrice violemment agressée dans l'exerce de ses fonctions, a failli succomber sous les coups de son agresseur. Elle ne pouvait rien faire, impuissante, elle tombe à terre, assommée, suite à trois coups de poing très violent au visage.

Mais son agresseur n'en avait pas finit avec elle, il continue de lui infliger avec une violence inouï des coups de pied sur tout le corps. Il avait la rage, la haine...

 

Cette violence gratuite d'une grande lâcheté, à valu à cet homme dangereux connu des services de police, d'une condamnation à trois ans de prison et des dommages et intérêts a verser à l'éducatrice.

 

TSL vous recommande d'être toujours vigilent et prudent. Restez sur vos gardes, lorsque vous devez faire une visite à domicile, et dans tous vos déplacements chez un particulier dans le cadre de votre métier. Tant que les travailleurs sociaux exerceront leurs métiers dans des conditions de travail exécrable, vous serez toujours confrontés à des situations dangereuses. C'est pourquoi nous demandons au gouvernement de reconnaitre nos professions comme dangereuses. Ainsi, nous pourrons revendiquer une prime de risque en sus de la rémunération. Ces agressions répétées ne peuvent plus durer, vos vies sont menacées !

 

Nous ne sommes plus dans les années 70, où les travailleurs sociaux étaient encore respectés, NON ! Nous sommes dans une ère où règne la violence. Une violence qui s'est orientée contre les travailleurs sociaux, parce que nos dirigeants, par leurs politiques ne vous ont pas protégé, ou ont feint de le faire, ils ont toujours été absents ...

 

A quoi bon la légion d'honneur si vous êtes dans un cercueil ? Avez-vous déjà oubliés le drame de Nantes, où un collègue à été poignardé à mort, cliquer içi , en mars 2015 ! La légion d'honneur lui a été décerné, tandis que sa femme et son enfant ne le reverront plus et le pleure...

 

Logo L'Ardenais.jpg

 

Publié le 04/11/2015

 

Dans le cadre du renvoi d’une comparution immédiate, un homme a été condamné, ce lundi à Châlons-en-Champagne, pour des faits datant de 2012.

éducateur.jpg

 

Alors qu’il avait nié les faits lors de sa garde à vue, Aziz El Rhabi, 34 ans, a reconnu, ce lundi après-midi, tête baissée, avoir agressé une éducatrice le 13 avril 2012, dans le quartier du Bernon à Épernay. La victime raccompagnait une personne handicapée chez elle lorsqu’elle a entendu des chiens hurler.

 

Se rendant sur les lieux, elle s’est retrouvée face à trois hommes et deux chiots. « Elle est arrivée sans se présenter, sans rien dire. Elle avait un air hautain, les bras croisés. C’est juste le principe. » C’est par ces mots que le prévenu s’est justifié d’avoir arraché une touffe de cheveux et d’avoir assené trois coups de poing au visage de la victime.

 

Sonnée, à terre, il continuait de la taper jusqu’à ce qu’une voisine intervienne. « Je me suis dit qu’il allait la tuer. Pour moi, c’était un animal. » En revanche, le prévenu a continué de nier avoir menacé deux adjoints de sécurité et deux gardiens de la paix sparnaciens, le 22 avril 2012, prétextant être en Italie au moment des faits.

 

Il avait cependant été formellement reconnu par l’un des policiers. Les forces de l’ordre avaient dû se rendre à Bernon, dans le cadre d’une enquête pour l’enlèvement d’une jeune fille. Sur place, la patrouille s’était retrouvée face à une quarantaine de personnes dont Aziz El Rhabi, leur criant, un pavé à la main, prêt à le jeter : « Cassez-vous, vous n’êtes pas chez vous ! » Les policiers avaient alors dû rebrousser chemin.

 

Au regard de l’absence de « mea culpa » de la part du prévenu, la substitut du procureur, Delphine Moncuit, a requis le maximum : trois ans de prison.

L’avocat de la défense a plaidé le doute. Après en avoir délibéré, le tribunal l’a condamné à trente mois de prison et à verser des dommages et intérêts aux victimes.

 

Céline Souhami

 

Source:http://www.lardennais.fr/586570/article/2015-11-03/trente-mois-de-prison-ferme-pour-avoir-agresse-une-educatrice



17/10/2016

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2195 autres membres