Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Election Départementale 2015 je vote et vous ?

Élections Départementales du 22/29 mars 2015 à l'île de la Réunion et en métropole. Je vote, faites comme moi, vous aussi votez pour la liste des candidats de votre choix.

 

Les TSL (travailleurs sociaux libres) n'oublient pas que Mme Nassimah Dindar présidente du Conseil général de l'île de la Réunion, a été la première femme politique en 2011 a apporter son soutien aux TSL et à l'ensemble des travailleurs sociaux pour la reconnaissance du grade licence/Master pour les professions (assistant de service social, éducateur spécialisé, conseiller ESF, éducateur de jeunes enfants, éducateur technique spécialisé), avec le passage en catégorie A dans la fonction publique et le statut cadre pour le secteur privé et associatif.

La promotion du travail social libéral, TSL agit politiquement pour son développement au niveau national...

 

Patrick Guichard

 

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

ELECTION.jpg

 

La droite est au clair avec elle-même. La partition de l'union devrait se jouer sans fausse note dimanche prochain. Et Nassimah a reçu la garantie qu'elle sera élue présidente du conseil départemental. 

robert.jpg
 

La nuit magique de Nassimah Dindar

 

IMAZE PRESSE Saint-Denis 2 - La présidente sortante a récolté 61,03% de vote

Publié le lundi 23 mars 2015

 

nasssimah.jpg

 

On la disait en difficulté, mais elle n'a pas longtemps tremblé. La présidente sortante du conseil général, Nassimah Dindar, a été aisément réélue dès le premier tour en récoltant 61,03 % des suffrages aux côtés de son binôme Serge Hoarau, au terme d'une soirée riche en émotions. La voilà en position de force pour exercer un quatrième mandat.
 

Ceux qui se voyaient déjà présider le palais de la Source – ils étaient quelques-uns – devront encore ronger leur frein. Pour déloger Nassimah Dindar, à la tête du Département depuis 2004, ceux-ci pariaient en effet sur une défaite de la présidente de l’UDI 974 dans son canton de Saint-Denis 2...

Le redécoupage lui était prétendument défavorable, avec notamment l’inclusion de La Montagne, où Nassimah Dindar serait moins implantée et moins populaire, sa base électorale étant censée se trouver essentiellement dans le centre-ville dionysien à majorité musulmane. La candidature de Gino Ponin-Ballom, conseiller général sortant de La Montagne, devait également lui porter préjudice.

Or, cette théorie du vote "communautaire" a trouvé largement ses limites lors de ce premier tour. Nassimah Dindar et Serge Hoarau arrivent en effet largement en tête dans tous les bureaux de vote, dépassant notamment les 60 % dans celui de l’école Saint-Bernard... à la Montagne.

 

Quant à "l’épine" Gino Ponin-Ballom, elle n’aura pas pesé bien lourd, l’homme récoltant 6,59 % des voix, arrivant même derrière le binôme du Front national (7,10 %).

En gagnant son pari haut la main, Nassimah Dindar se retrouve donc en position de force pour présider la nouvelle majorité UMP-UDI-Objectif Réunion qui se dessine. Rien n’est encore joué - notamment lors d’un troisième tour où toutes les entourloupes sont encore possibles -, mais voilà les leaders de la droite, Didier Robert et Michel Fontaine, placés devant le fait accompli, eux qui se sont positionnés publiquement en faveur de la président de l’UDI en cas de réélection.

www.ipreunion.com

droite.jpg

Prendre connaissance du reportage Antenne Réunion, cliquer içi

 

 

IMAZE PRESSE - publié lundi 2 mars 2015

nassi.jpg

 

Ce mardi 10 février 2015, l'UMP, l'UDI et Objectif Réunion ont présenté leurs candidats dionysiens aux prochaines élections départementales, en même temps qu'une "plateforme commune" devant déboucher sur une union élargie allant de la droite "jusqu'au centre gauche". Mais aussi jusqu'aux élections régionales...
 

La conférence de presse qui s’est tenue ce mardi à l’hôtel Bellepierre de Saint-Denis avait pour objet de présenter les candidats dionysiens de l’union de la droite et du centre aux prochaines élections départementales. Étaient effectivement présents les quatre binômes : Nadia Ramassamy et Alain Armand pour le canton 9 (Saint-Denis 1), Nassimah Dindar et Serge Hoareau pour le canton 10 (Saint-Denis 2), Graziella Boustoini et Jean-Jacques Morel pour le canton 11 (Saint-Denis 3) et enfin Anne Nativel et Laurent Grosset pour le canton 12 (Saint-Denis 4).

 

Mais en l’absence du patron de l’UMP locale Michel Fontaine, retenu à Saint-Pierre, cette matinée fut surtout l’occasion pour Didier Robert, président du conseil régional et d’Objectif Réunion, et Nassimah Dindar, présidente du conseil général et de l’UDI 974, de tenter de dessiner les contours de la nouvelle "plateforme" d’union de la droite et du centre. Ou plutôt "des centres", expression consacrée sur l’insistance d’Alain Armand et son MRA (Mouvement La Réunion Autrement) de "centre gauche".

 

Un projet partagé, mais jusqu'où ?

"Cette plateforme se veut large avec un projet partagé. Nous voulons qu’elle s’élargisse jusqu’au centre gauche", a ainsi déclaré Nassimah Dindar, une phrase que l’on a également entendu quelques minutes plus tard dans la bouche de Didier Robert, quasiment mot pour mot.

 

Mais les deux chefs de file de cette "plateforme" ont-ils la même vision de cet élargissement ?

À la tête d’une majorité hétéroclite au conseil général, Nassimah Dindar a l’habitude de naviguer entre droite, centre et gauche. En vue des élections départementales, elle a d’ailleurs indiqué avoir proposé à cette majorité "de travailler sur une plateforme commune", ce que "les socialistes des villes" ont refusé, a-t-elle précisé. La présidente du conseil général a également rappelé ce mardi matin sa proximité avec Jean-Paul Virapoullé ou Thierry Robert, avec lesquels elle avait d’ailleurs débuté l’élaboration d’un projet centriste en vue des élections régionales.

 

Du côté de Didier Robert, la donne est en revanche légèrement différente. S’il dit n’être "allergique à personne" et maintient que "le débat est ouvert", on l’imagine mal tendre la main à un Jean-Paul Virapoullé, encore moins à un Thierry Robert. Ces derniers ont d'ailleurs déjà avoué, avec des mots parfois fleuris, leur souhait de voir l'actuel président Région quitter la Pyramide inversée. La volonté d’élargissement "jusqu’au centre gauche" risque ainsi de trouver là certaines limites, malgré l’enrôlement d’Alain Armand à Saint-Denis.

 

"Alain Armand s’oppose clairement au gouvernement socialiste, ce qui n’est pas le cas selon moi du président du LPA", a d’ailleurs affirmé le président de Région, qui rechigne toujours à citer le nom de son adversaire préféré. Autre ligne de fracture avec Thierry Robert, la Nouvelle route du littoral, Didier Robert  la considérant comme "un élément fort qui devra trouver toute sa place dans le projet" et estimant la position du député-maire de Saint-Leu trop "ambiguë" sur le sujet.

 

Une union électorale, pas encore programmatique

Bref, si l’union dionysienne a permis d’intégrer des personnalités comme Nadia Ramassamy ou Alain Armand, si l’UMP, Objectif Réunion et l’UDI sont d’accord pour mettre leurs œufs dans le même panier pour les élections départementales, l’avenir demeure toujours un peu flou, entre un Didier Robert campé sur sa NRL et sa continuité territoriale et une Nassimah Dindar désireuse de se garder des portes ouvertes.

 

D’autant que malgré la redondance des mots "projet" et "plateforme", le principal point de convergence demeure l’opposition au gouvernement socialiste, l’union électorale n’ayant pas encore véritablement pris de corps programmatique.

 

Un adage veut qu’en France l’élection présidentielle se gagne au centre ; une élection régionale peut-être aussi...

 

Guilhem George pour www.ipreunion.com

 

Source :

//www.ipreunion.com/photo-du-jour/reportage/2015/02/10/-lections-departementales-et-regionales-2015-la-droite-remet-la-balle-au-centre,29339.html



02/03/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2127 autres membres