Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Boycott des stagiaires en 2018 si pas de rétroactivité, pas de diplômés bac+3 en 2021

NIVEAU.jpg

 

ASH Actualités Sociales Hebdomadaire publié le 30 mars 2017

 

POUR LA RETROACTIVITE DE LA RECONNAISSANCE l'ONES APPORTE SON SOUTIEN A TOUS LES PROFESSIONNELS
Avant même la parution de ce texte, l'Organisation nationale des éducateurs spécialisés (ONES) a exprimé sa colère après les précisions données le 21 mars, Ségolène Neuville ayant indiqué que cette reconnaissance concernerait les diplômes rénovés pour la rentrée 2018, sans être rétroactive : ne seront donc concernés que les professionnels ayant achevé leur formation en 2021.
"Ce qui avait pu passer pour de réelles avancées et l'aboutissement d'une lutte de plusieurs années est en réalité une tromperie sans nom. Un vrai recul", tempête l'association. "Ce que l'ONES a soutenu et démontré, c'est que les contenus des formations actuelles réunissaient en tout point les critères tant au plan national qu'européen pour une reconnaissance au niveau licence, soit leur inscription au niveau II du RNCP", insiste-t-elle, précisant attendre de Ségolène Neuville "qu'elle prenne les mesures qui s'imposent pour inscrire expressément la rétroactivité du passage en niveau II au RNCP pour tous les métiers concernés".
Le calendrier annoncé par la secrétaire d'Etat chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion avait déjà fait réagir la CFDT Interco, qui indiquait avoir saisi le ministère pour obtenir dès à présent la reconnaissance des diplômes au niveau II.

M. LB.

 

La riposte des travailleurs sociaux en colère

 

Nous saluons le geste de l'ONES et de la CFDT Interco qui indique avoir saisi le ministère pour obtenir dés à présent la reconnaissance des diplômes au niveau II. Cependant, nous ne sommes pas dupe, ce n'est pas une simple lettre de la CFDT et de l'ONES invectivant le gouvernement qui le fera changer d'avis. Déjà par le passé, plusieurs courriers ont été transmis au gouvernement pour obtenir cette reconnaissance et rien n'y a fait. Ces lettres ne pèsent rien, et n'ont aucun poids face à l'obstination de ce gouvernement.

De plus, dans le courrier de la CFDT et de l'ONES il n'est fait aucune mention d'une quelque pression ou action de grève pour faire aboutir les revendications des travailleurs sociaux suite à la décision de cet arrêté injuste sur la non rétroactivité des diplômes. Cette décision du gouvernement est très violente, c'est une nouvelle déclaration de guerre contre tous les travailleurs sociaux. 

Nous pensons que ces lettres risquent au contraire de faire encore gagner du temps au gouvernement, et freiner toutes initiatives que souhaiteraient entreprendre des travailleurs sociaux pour se défendre.

 

Aussi, il est primordiale que les travailleurs sociaux puissent apporter une riposte à la mesure de cette violence gouvernementale, et c'est ce que propose un comité de travailleurs sociaux, mais avant nous vous proposons de lire ce commentaire qu'un travailleur social a déposé sur le site de TSL "Je crois que c'est à nous les travailleurs sociaux du public et du privé de mettre enfin la pression. Ne plus prendre de stagiaire, ne plus participer aux jury d'exam, ne plus faire d'intervention dans les instituts de formation. Ce que nous vivons est proprement scandaleux et personne ne bouge. Les gouvernements, quels qu'il soient peuvent compter sur l'inertie des travailleurs sociaux. Je ne la comprends pas cette passivité, cette résignation... Nous sommes, je crois, des milliers immobiles. Imaginez une semaine avec les MDSI, les CMS, les MECS, les IME, ITEP fermés... Je crois davantage à des actions de ce type plutôt que des pétitions stériles pour faire avancer les choses. Seulement voilà, les politiques sont sourds, les travailleurs sociaux sont muets. Ma compagne qui est EJE me suggère des crèches sans EJE...

 

TSL a donc reçu des centaines de messages de travailleurs sociaux (aussi bien assistant sociaux, qu'éducateurs spécialisés, conseillers en économie sociale et familiale, éducateurs de jeunes enfants) extrêmement en colère suite à l'arrêté publié sur la non rétroactivité à bac+3 à compter de 2018.

 

Ces travailleurs sociaux ont fait une proposition commune pour une action nationale d'envergure qu'ils souhaitent menés : à savoir de ne plus encadrer les stagiaires de leur filière, compte tenu que les travailleurs sociaux ne se mobilisent pas, ne manifestent pas et ne font presque jamais grève pour défendre leurs métiers et le niveau de leurs diplômes d'Etat. L'objectif de cette pression sans haine et sans violence, c'est de contraindre le gouvernement à revoir sa copie.

 

Les travailleurs sociaux sont maintenant au courant de la trahison, et de l'humiliation que nous infligent ce pseudo-gouvernement et nos pairs (par la biais de certaines organisations syndicales, et la plupart des associations professionnelles, exceptés l'ONES).

 

Pour ceux qui auraient été en vacances sur Mars ces jours-ci, nous rappelons qu'un décret a été signé validant la reconnaissance à Bac+3 uniquement pour les nouvelles générations diplômées à compter de 2021. Exit la rétroactivité que nous avions réclamée, elle n'aura pas lieu.

 

Le boycott de l'accompagnement des stages dés la rentrée 2018 pour les étudiants du travail social en réponse à la non rétroactivité :

Il est hors de question de nous laisser faire, nous devons réagir vite et bien. TSL informe donc tous les travailleurs sociaux qu'un comité de professionnels a décidé d'une action à forte symbolique : le boycottage des stages et la grève en parallèle si les organisations syndicales souhaitent apporter leur soutien en déposant un piquet de grève national.

 

Ce sont donc des centaines de nombreuses autres voix qui s'élèvent parmi nos soutiens. Et ces voix font une proposition pouvant paraître singulière au premier abord, mais entendable dans son argumentaire : le boycott de l'accompagnement des stages dés la rentrée 2018 pour les étudiants "éducateur spécialisé, assistant de service social, éducateur de jeunes enfants, éducateur technique spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale", dans toutes les écoles, IRTS, IUT du travail social à l'échelle nationale.

 

Non ne bondissez pas de suite, laissez nous vous développer l'argumentaire de tous ces travailleurs sociaux en colère qui ont écrit à TSL :

- Des associations professionnelles comme l'ANAS (pour ne pas la citer), nous explique que nos diplômes ne sont pas au niveau attendu, et que c'est une réforme juste et nécessaire ... et patati et patata ...  communiqué de l'ANAS cliquer içi

(Tient ! encore un discours d'hommes politiques qui nous font avaler la couleuvre ...) et c'est pour ça que seul les nouveaux diplômés pourront rentrer dans le processus LMD.

 

- Donc, les anciens diplômés, ne possèdent pas le niveau attendu par nos formations, (et donc par nos connaissances et notre expérience acquise sur les terrain), ne peuvent entrer dans le processus LMD, alors que ces diplômes d'Etat ont été évalué au niveau bac+3 et bac+4 par plusieurs organisations. Comment dans ces conditions peuvent-ils encadrer des stagiaires qui seront validés à BAC+3 et qui deviendront hiérarchiquement les chefs de ceux là même qui les ont formé.

 

- Depuis quand, un subalterne forme-t-il en stage sont supérieur ? Par ailleurs, comment le pourra-t-il puisqu'il n'a pas le niveau attendu selon l'ANAS ?

Pour rappel, l'encadrement de stagiaire n'est aucunement obligatoire. Et aucune sanction ne peut être imposé à un salarié qui refuse d'encadrer ou de former un stagiaire.

 

Donc pour résumer : pas de stage, pas de validation du nouveau diplôme, donc pas de validation de diplôme à bac+3 en 2021

 

Le boycottage des stagiaires ne nécessite aucune permission d'une quelconque organisation professionnelle ou syndicale et encore moins l'autorisation de son employeur car il s'agit d'une décision personnelle du professionnel de prendre ou pas de stagiaire.

 

Les travailleurs sociaux ont trouvé le moyen par le boycottage d'inverser le rapport de force à leur avantage, n'exigeons pas uniquement la rétroactivité des diplômes pour tous les professionnels, mais également la revalorisation statutaire en catégorie A aligné sur la grille indiciaire du grade attaché de la fonction publique avec un déroulement de carrière équivalent et son extension dans le secteur privé et associatif.

 

Comment vont réagir les associations professionnelles complices et certains syndicats ? Comment vont réagir les centres de formation et les employeurs ? Et que va faire le gouvernement ?

 

C'est une action "sans haine et sans violence"

Cela n'aura pas d'impact ni sur nos salaires, ni sur le public que nous accompagnons.

 

Cela va surtout inverser le rapport de force face à l'oligarchie gouvernementale et à la caste des dirigeants du travail social. Vous n'avez pas besoin de demander l'autorisation de qui que ce soit. Aucun employeur ne peut vous contraindre à prendre un stagiaire. Les travailleurs sociaux peuvent dynamiter tout le système de formation et le système financier des entreprises et des collectivités par cette menace de boycottage des stagiaires.

 

Autre avantage de ce boycott, cela aura un impact considérable sur l'offre et la demande d'emploi au niveau national. En effet, beaucoup de structure seront en manque de personnel qualifié, il faudra donc recruter ! Eh là, figurez-vous que les employeurs vont vite proposer des postes de niveau bac+3 au diplômés bac+2 ! Les employeurs du secteur privé et des collectivités locales seront dans une telle mélasse face aux besoin des publics, qu'ils donneront jusqu'à la lune aux travailleurs sociaux.

 

Ce boycottage au niveau national est une vraie arme de dissuasion massive qui va mettre tout le monde d'accord. C'est vraisemblablement une stratégie offensive gagnante. Cette action aura pour effet immédiat, la dérégulation des intérêts économiques, sociaux et politiques de tous les acteurs concernés, sauf pour les professionnels de terrain.

 

Nous faisons le pari que brandir la menace du boycott des stagiaires en 2018, va donner des sueurs froides à tous les dirigeants, car à n'en pas douter cela fera exploser tous les centres de formation du travail social dont l'UNAFORIS, avec le risque d'une extension vers les métiers de l'animation du ministère de la ville de la jeunesse et des sports, qui du coup, auront un moyen de pression considérable de voir leurs revendications aboutir sur la valorisation et la reconnaissance des diplômes professionnels (DEFA, DEJESP, DESJEPS) au niveau licence et Master.  

 

Cette stratégie positive va obliger tous les acteurs à s'assoir à la table des négociations et à revoir leur copie, en nous consultant vraiment.

 

Les associations professionnelles comme l'ANAS ont le culot de nous expliquer que c'est une "réforme juste mais nécessaire". On voit bien que le discours démagogique qui rejoint la politique voulut par le gouvernement et leurs subordonnés comme l'UNAFORIS et le Haut Conseil du Travail Social (HCTS) que nous avons oubliés de citer, qui pourtant, ont joué un rôle décisif et favorable pour que cette non rétroactivité soit validée par décret par le gouvernement, et qui s'est empressé de le publier au (JO) Journal Officiel le 27 mars 2017.

 

Le comité des travailleurs sociaux demande à tous les professionnels du travail social de la fonction publique et du secteur privé et associatif d'être solidaire de cette action de boycottage des stagiaires à l'échelle nationale, et d'informer leurs services et leurs hiérarchies qu'ils ne prendront aucun stagiaires (ES, CESF, EJE, AS, ETS) en 2018.

 

 

TRAVAILLEURS SOCIAUX REJOIGNEZ LE MOUVEMENT ! FAITES PRESSION SUR VOS SYNDICATS ET VOS ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES ? AU PIRE QUITTEZ- LES ? SI LE DISCOURS RESTE LE MÊME

 

Voici de nouveau pour ceux et celles qui n'ont pas encore pris connaissance de cet arrêté discriminatoire qui élimine 950 000 diplômés (ES, CESF, EJE, AS, ETS) de la reconnaissance à bac+3.

 

Arrêté.jpg
 

En ces temps de période électorale, TSL pense qu'une grève nationale aurait un impact considérable sur le gouvernement et sur le futur président pour lutter contre la non rétroactivité de nos diplômes, c'est pourquoi il est nécessaire d'insister auprès des organisations syndicale pour le dépôt d'un piquet de grève nationale rapidement, c'est à dire avant la fin de cette élection présidentielle pour que notre mouvement de colère et de contestation soit largement entendu auprès de la classe politique, des médias et du grand public, mais si ce n'était pas le cas, il faudra mettre encore plus de pression sur toutes ces organisations syndicales et professionnelles pour l'organisation de grève.

 

Quand aux étudiants du travail social pour les métiers concernés, sachez que les organisations professionnelles et le gouvernement veulent nous diviser, ils agissent toujours ainsi en prenant des décisions irresponsables, indignes et lâche. Aussi, nous vous demandons de prendre toutes les dispositions nécessaires suite à la décision d'un boycotte nationale des stages en 2018 par les professionnels du travail social de la fonction publique et du secteur privé et associatif, et par solidarité de rejoindre le mouvement des travailleurs sociaux en colère.

 

Vous voulez-vraiment que ça change ? N'attendez rien des autres, ne compter que sur vous et sur vos moyens d'agir parce que nous pouvons tous ensemble le faire ! C'est peut-être la dernière possibilité que nous avons de gagner, ne prenons pas le risque de reculer et d'attendre encore que les organisations professionnelles et syndicales agissent pour nous, voyez où cela nous a conduit !

 

Pour le succès de cette action nationale : c'est pourquoi dés maintenant, nous vous demandons de partager massivement cette article de boycott des stagiaires avec tous vos réseaux et vos collègues.

 

Pour Rappel TSL exigent la reconnaissance des diplômes dés 2018 au grade licence et Master1 pour les métiers concernés et quelque soit la date d'obtention de ces diplômes d'Etat, le passage en catégorie A dans la fonction publique (grade Attaché) et son extension dans le secteur privé et associatif.

 

Soutenez les travailleurs sociaux pour la revalorisation de leurs métiers et du niveau de leurs diplômes, merci de signer la pétition, cliquer içi

 

 

 

 



08/04/2017

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2246 autres membres