Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Il tabasse une éducatrice pour enlever ses trois filles

Bretigny : Il tabasse une éducatrice pour enlever ses trois filles

 

Un métier devenu dangereux éducateur : Le courage extraordinaire de cette éducatrice qui dans l'exercice de son travail à mis sa vie en danger pour protéger et défendre trois enfants. Mais cet acte de bravoure aurait pu être encore bien plus dramatique. Nous souhaitons un bon rétablissement à notre collègue.

 

Logo Le Parisien.jpg

 

Journal le Parisien 12 octobre 2015

voiture.jpg

Info le Parisien :

Illustration. Un père de famille a été arrêté à Paris ce samedi alors qu’il avait enlevé quelques heures plus tôt ses trois enfants à Brétigny-sur-Orge.

(LP/Olivier Boitet)

 

Il voulait les emmener à l’étranger. Mais son voyage s’est arrêté à Paris. Samedi, vers 12 h 30, un homme a été interpellé dans le XIIIe arrondissement alors qu’il avait enlevé quelques heures plus tôt ses trois filles.

 

Dans la matinée, il s’était rendu à Brétigny dans le lieu d’accueil d’une fondation qui accompagne des parents et des enfants placés par l’administration ou la justice. Ce samedi, le quadragénaire exerçait donc son droit de visite auprès de ses filles prises en charge par l’Aide sociale à l’enfance.

Sauf qu’il rêvait de s’installer avec elles en Allemagne. Requête à laquelle l’éducatrice a opposé un refus. Furieux, le père l’a alors frappée avant de faire monter ses petites dans la voiture qu’il avait louée pour l’occasion. Des témoins ont tenté de l’en empêcher. L’éducatrice est à nouveau intervenue en se plaçant devant le véhicule. Le conducteur n’aurait alors pas hésité à lui foncer dessus avant de prendre la direction de Paris.

 

Placé en garde à vue

Arrivé à Paris, il a déposé ses filles dans un fast-food le temps de rendre la voiture de location. Mais sur la route, la police a pu le repérer. Placé en garde à vue, ce papa, qui avait déjà menacé d’enlever ses enfants dans un précédent foyer, a été présenté lundi devant le tribunal. Contactée, la fondation n’a pas répondu. « Les enfants sont à nouveau dans la structure et bien entourés », fait-on savoir au conseil départemental, en charge de l’aide sociale à l’enfance. Son président, François Durovray (LR), a porté plainte après ces violences. L’éducatrice s’est vue délivrer 3 jours d’incapacité totale de travail.

 



15/10/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2246 autres membres