Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Intervention sociale et familiale, c'est une formation un métier

Castelnaudary. Intervention sociale et familiale : un métier

Journal LADEPECHE.FR- Publié le 05/12/2012

 

Nachida Amrine formatrice./ Photo DDM, Gladys

formation

Technicien de l'intervention sociale et familiale, c'est une formation et un métier peu connus ici et pourtant… «C'est un travail social de proximité puisqu'ils vont dans les familles. Ils ont une mission préventive, éducative et réparatrice dans le but de favoriser l'autonomie des personnes et leur intégration dans leur environnement», explique Nachida Amrine, formatrice à La Routière, qui poursuit avec quelques-unes des tâches dévolues à ces techniciens : c'est l'accompagnement et l'aide à la fonction parentale, c'est aider à prendre soin du nourrisson, expliquer à une jeune maman comment s'organiser, accompagner la cellule familiale dans tous les problèmes qu'elle peut rencontrer, c'est soutenir les personnes en difficulté de vie ou en difficulté sociale, les personnes âgées, malades, handicapées… avec, toujours, le même but au bout : l'autonomie. «Ces professionnels sont dans l'intimité des familles, ils sont là pour la transmission des techniques et des savoirs», résume-t-elle.

 

Les qualités requises ? «Discrétion, patience et surtout une capacité d'adaptation. Il faut aller au rythme des familles accompagnées et savoir prendre en compte leur besoin. C'est le travailleur social du quotidien» !

 

Un métier qu'ont choisi d'exercer Virginie et Angélique, actuellement en seconde année de formation à La Rouatière et que les stages ont convaincu, toutes les deux, qu'elles avaient fait le bon choix. «Accompagner les familles et les faire aller vers le haut, ça m'intéresse», explique la première. «J'étais demandeur d'emploi, c'est un conseiller qui m'a parlé de la formation. Au départ, j'étais assistante de vie, j'aidais la personne jusqu'à la fin de sa vie. Là, c'est l'inverse. On valorise les familles et du coup, elles sont motivées pour se battre», souligne la seconde.

«On travaille avec d'autres professionnels - éducateurs spécialisés, puéricultrice, psychologue… on n'est pas seules sur le terrain», soulignent-elles.

 

Elles sont en formation à La Rouatière, une formation pour laquelle des inscriptions sont prises dès le mois de janvier.

Gladys Kichkoff



05/02/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2275 autres membres