Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

L'action sociale se déshumanise : Les travailleurs sociaux dans la tourmente !

Les travailleurs sociaux dans la tourmente

 

Rudi Wagner, éducateur spécialisé de formation, ancien directeur d’association à Strasbourg, constate « C’est la déshumanisation du travail social. Certains professionnels sont fascinés par ces méthodes, présentées comme la clé de la réussite économique, dont on voit les tristes résultats. D’autres souffrent de ne plus pouvoir travailler selon leurs valeurs, leur éthique. Les uns tentent de résister, d’autres quittent le secteur »

 



Le 10/05/2013 à 05:00 Élisabeth Schulthess

 

 

Les services sociaux doivent désormais être « managés » comme des entreprises performantes. Des professionnels de terrain lancent l’alerte : « L’action sociale se déshumanise ».

 

Éducateurs, assistantes sociales, éducateurs de jeunes enfants, conseillers en économie social et familial, animateurs, aides médico-pédagogiques, aides-soignantes…

Les travailleurs sociaux comptent plus d’une douzaine de métiers. Ils travaillent auprès des enfants, des personnes handicapées et âgées, des sans domicile fixe, des populations fragilisées par la précarité et l’exclusion. Ils sont salariés d’associations, d’établissements spécialisés, de collectivités publiques ou d’entreprises privées.

 

« On perd toute la capacité d’innovation et de lien social des petites associations »

« Nombre d’entre eux sont inquiets de l’évolution du système de protection sociale » , dit Rudi Wagner, éducateur spécialisé de formation, ancien directeur d’association à Strasbourg. Depuis qu’il est retraité, il est engagé bénévolement dans des associations et préside l’Observatoire régional de l’intégration et de la ville. Invité par l’association Kritikos, il donnera une conférence, mardi à Mulhouse, pour expliquer comment et pourquoi « les logiques managériales broient les fondamentaux du travail social ».

 

« Après un siècle de construction de la protection sociale , explique-t-il, nous arrivons à un moment de déconstruction. L’action sociale est menacée par les règles de l’Union européenne que l’État français a accepté de transcrire dans le droit national. Celles-ci introduisent la concurrence généralisée dans les services. Ces directives mettent en difficulté les associations, qui doivent passer par des appels d’offres pour continuer leur travail, en concurrence avec des entreprises privées à but lucratif. » C’est ainsi que l’on voit des sociétés à but lucratif prendre la gestion de crèches, de maisons de retraite…

Conséquences : les petites structures associatives sont laminées par les plus grosses, les fusions se multiplient. « On perd toute la capacité d’innovation et de lien social des petites associations. On demande à celles qui restent de n’être que des prestataires de service », déplore Rudi Wagner.

Les méthodes de management des entreprises s’appliquent désormais aussi aux travailleurs sociaux, avec l’introduction de réponses standards à différentes situations, de protocoles à suivre, d’évaluations du travail. Le temps passé derrière l’ordinateur et en réunions augmente et le temps dévolu à chaque personne est déterminé par les protocoles.

« C’est la déshumanisation du travail social. Certains professionnels sont fascinés par ces méthodes, présentées comme la clé de la réussite économique, dont on voit les tristes résultats. D’autres souffrent de ne plus pouvoir travailler selon leurs valeurs, leur éthique. Les uns tentent de résister, d’autres quittent le secteur » , constate Rudi Wagner.

Il estime un débat de société nécessaire et urgent, pour savoir comment nous voulons que soit prise en charge la protection des plus vulnérables. « Ce débat a été esquivé par la publication de circulaires. Le travail social ne peut pas se limiter à la pratique quotidienne, il doit être présent sur le terrain du politique. Pas de la politique. » Il pose la question du sens du travail social, dans une société où seule la logique comptable est à l’œuvre. Et celle des conséquences… sociales.

Y ALLER « Les fondamentaux du travail social broyés par les logiques managériales »

 

Conférence de Rudi Wagner, organisée par l’association Kritikos, mardi 14 mai à 20 h, à la Fac, 18 rue d’Alsace à Mulhouse. Entrée : 4 €, 1 € pour les étudiants et les chômeurs.

 

le 10/05/2013 à 05:00 Élisabeth Schulthess

 

Source :

http://www.lalsace.fr/actualite/2013/05/10/les-travailleurs-sociaux-dans-la-tourmente

 

Pour soutenir les travailleurs sociaux dans leur revendications, signez la pétition en ligne, cliquez içi

 



10/05/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2193 autres membres