Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

La ré-architecture des formations sociales approuvée par La CPC

La ré-architecture des formations sociales approuvée par La Commission professionnelle consultative

 

cadeaux.jpg

C'est le cadeaux de noël 2014-2015, empoisonné, que l'UNAFORIS et le gouvernement offre aux travailleurs sociaux, mais certaines organisations professionnelles et syndicales ont fortement contribué pour vous la livrer emballé, avec un parfum nauséabonds de déqualification par la refonte complète des formations et des métiers du sociale. Ils ont bien calculé leur coup tous ces dirigeants, la planification d'un vote approuvé par la CAP (commission professionnelle consultative) à la veille des fêtes de Noël est tout simplement magistrale.

 

C'est un coup de maitre, une leçon de tactique et de stratégie militaire et politique. On fait donc avaler cette énorme couleuvre aux étudiants et aux professionnels du travail social, par la ré-architecture des métiers du sociale, et le calendrier a été choisit avec soin, Noël, vive Noël ou tout est permis. Savez-vous ce que propose les syndicats et les organisations professionnelles en travail social ? ils proposent de faire des contres propositions, mais quelle farce ! Cela démontre bien leur incapacité à défendre les travailleurs sociaux ou plutôt leur complicité avec l'UNAFORIS et les dirigeants politiques.

 

Cette stratégie socialiste du gouvernement Hollande, de l'UNAFORIS et de leurs amis, date de la Rome antique "Panem et circenses" (littéralement « pain et jeux du cirque », souvent traduite par « Du pain et des jeux ») est une expression latine utilisée dans la Rome antique pour dénoncer l'usage délibéré fait par les empereurs romains de distributions de pain et d'organisation de jeux dans le but de flatter le peuple afin de s'attirer la bienveillance de l'opinion populaire (politique d'évergétisme). L'expression est tirée de la Satire X du poète latin Juvénal, qui lui donne un sens satirique et péjoratif.

 

Aujourd'hui, elle est souvent utilisée pour signifier la relation biaisée qui peut s'établir dans ces périodes de relâchement, ou de décadence, entre :

 

une population qui peut se laisser aller, se satisfaire de pain et de jeux, c'est-à-dire de se contenter de se nourrir et de se divertir et ne plus se soucier d'enjeux plus exigeants ou à plus long terme concernant le destin de la vie individuelle ou collective.

-  un pouvoir politique qui peut être tenté d'exploiter ces tendances « à la vie facile et heureuse » par la promotion de discours et de programmes d'action populistes ou court-termistes.

 

"Du pain et des jeux", qui consiste  à  bien festoyer  à Noël pendant cette période de fête, ou la forte symbolique enjoint  au pardon et à la rédemption. Travailleurs sociaux cela ne vous rappelle rien ! C'est bien sur ces fêtes que mise les dirigeants politiques, l'UNAFORIS avec  les partenaires sociaux et leurs amis. Les travailleurs sociaux comme à leur habitude seront se montrer compréhensif, parce qu'ils ont été formaté dans un modèle culturel qui intègre et inculque l'histoire de l'éducation religieuse dans leur identité professionnelle.

 

Travailleurs sociaux ouvrez donc les yeux et regardés qui sont donc vos alliés. Est ce que se sont les partenaires sociaux avec leurs amis qui vous ont roulé dans la farine depuis 40 ans, et qui continuent de plus belle à vous la faire à l'envers ? En qui pouvez-vous avoir confiance ? Vers qui pouvez-vous vous tourner ? TSL vous informe et vous dit la vérité, afin d'éveiller votre conscience et vous éclairer...

 

Si les travailleurs sociaux avaient mis la pression sur les syndicats pour le faire une grève à minima de deux semaines, puis reconductible si nécessaire en 2011, comme le demandait TSL, "les assistantes sociales, conseillères en économie sociale et familiale, éducateurs spécialisés, éducatrices de jeunes enfants etc", auraient obtenu le grade Master pour nos diplômes d'Etat avec en prime la catégorie A. Pour info , la formation des orthophonistes et des masseurs kinésithérapeutes comporte moins d'heures de formation que les assistants socio-éducatifs, et pourtant ces professions paramédicales ont obtenu le grade Master (bac+5) et leur passage en catégorie A dans la fonction publique.

 

Actuellement, se sont les psychomotriciens qui exigent le grade Master (bac+5) pour leur diplôme d'état. La formation des psychomotriciens est organisée sur trois ans contre deux auparavant, elle comporte moins d'heures d'enseignement que la formation des assistants socio-éducatifs). L'ensemble des organisations syndicales soutiennent et exigent le grade Master (ba+5) pour les psychomotriciens. TSL fait le pari que le grade Master sera attribué aux psychomotriciens avant 2017. Il est a noté que ces métiers du paramédicales ont fait grève (grève continue), et c'est ainsi et seulement comme cela qu'ils ont obtenu gain de cause pour leurs revendications légitimes.

 

Le gouvernement ne connait que l'épreuve de force, c'est à dire la grève dure et illimitée. La grève est la seule arme que le gouvernement, les parlementaires, les pouvoirs publics et les grands patrons redoutent. Les professionnels du secteur para-médical l'ont bien compris, c'est pourquoi ils n'ont pas d'état d'âme à faire grève, et les syndicats ne peuvent que suivre et soutenir tous ces professionnels para-médicaux.

 

Mais que font les travailleurs sociaux ? Pourquoi sont-ils aussi laxiste ? Pourquoi ne se battent-ils pas pour défendre leurs métiers et exiger la revalorisation de leurs qualifications dans la durée, comme le font les professions para-médicales. On a l'impression qu'un chape de plomb pèse sur les travailleurs sociaux, ils sont en léthargie. On a vraiment le sentiment qu'ils n'ont pas conscience des forces politiques et sociales négatives qui œuvrent pour casser le travail social et les métiers du social.

 

Pourquoi les travailleurs sociaux se laissent-ils faire ? Comment peuvent-ils accepter cette déqualification du niveau de leurs diplômes, et le démantèlement de leur métiers sans réagir ? Une telle obéissance, une telle soumission, aveugle, ne peut avoir pour conséquence que le déclin du travail social. Les organisations professionnelles et les organisations syndicales ont fortement contribué à ce laxisme et au résultat de cette casse du travail social et des métiers sociaux (toujours dans la mollesse et dans l'inaction), à part dire qu'ils ne sont pas d'accord, mais rien de bien sérieux sur le terrain de l'action. Ils sont toujours en train de se renvoyer la balle, c'est aux syndicats de déposer des préavis de grève et de mobiliser les travailleurs sociaux, disent-elles !

 

Voilà donc 40 ans que ce cinéma dure entre syndicats et organisations professionnelles en travail social. Échec sur échec, mensonge ou manipulation, incompétence ou complicité avec le pouvoir étatique, qui peut savoir ? Mais le bilan est terrible : La valorisation des métiers et des qualifications, c'est soldé par une régression sans commune mesure dans l'histoire du travail social.

 

Aussi l'UNAFORIS, des syndicats et des représentants du gouvernement, se sont empressés de mettre à exécution une stratégie de contre attaque, suite à l'offensive de TSL en 2011, qui a permis aux assistants socio-éducatifs d'obtenir le niveau bac+3 par arrêtés ministériel.

 

C'est donc de concert avec le gouvernement, que l'UNAFORIS et ses complices ont pris comme angle d'attaque de proposer une ré-architecture des métiers du social, dont le but n'était que d'endormir la méfiance des travailleurs sociaux, en organisant une grande mascarade "les états généraux du travail social".

 

Mais les organisations professionnelles et certains syndicats ne sont pas en reste, ils ont créé une multitude de pétition pour défendre soit disant le travail social, au lieu d'insister sur la nécessité de faire grève, quelle utopie, ces pétitions sont vide de sens, elles n'ont qu'un seul objectif, museler TSL et empêcher les travailleurs sociaux de signer la pétition Master que TSL a créée, nous pensons que c'est plutôt un moyen de détourner l'attention de travailleurs sociaux pour les empêcher de réfléchir et de faire grève. Semer la confusion dans l'esprit des professionnels et des étudiants en travail social, c'est ce qu'ils ont réussit à faire. Le troupeau de travailleurs sociaux égaré suit aveugle leur maitre pour le sacrifice ultime (bienvenue dans la nouvelle catégorie B le NES (nouvelle espace statutaire que certaines organisations syndicales ont signé en 2007), en récompense vous aurez 33 000€ de perte salariale sur l'ensemble de votre carrière. Il n'y a eu aucune critique des organisations professionnelles en travail social sur ce sujet, mais plutôt un silence complice...

 

Cette mascarade "des état généraux du travail social" a fonctionné à merveille, ainsi plus besoin de faire grève, le gouvernement avait trouvé la parade, c'est donc l'UNAFORIS avec d'autres organisations, qui ont été les artisans d'une manipulation collective, ou tous les travailleurs sociaux ont été berné. Pour preuve, voici le résultat de cette manipulation collective : La ré-architecture des métiers du social, approuvée par La Commission professionnelle consultative (CPC) du travail social et de l'intervention sociale, cliquer  içi et içi  était réunie, ce 15 décembre, pour se prononcer sur une ré-architecture des formations dans le secteur. Le scénario proposé a été approuvé à 24 voix, d'après la CGT. Seuls ont voté contre : la CGT, la CFDT et FO - la CFTC s'abstenant. Parmi les autres votants figurent des employeurs...

 

C'est triste à dire, mais le gouvernement a bien vu notre faiblesse et notre incapacité à nous mobiliser pour défendre nos métiers et nos qualifications, c'est pour cela que maintenant, le gouvernement avec certains syndicats et l'UNAFORIS ont prévu la refonte de nos diplômes avec une 3ème année optionnelle (la catégorie A risque fort de voler en éclat comme le grade universitaire licence et master).


Ce qui est certain, seul la grève permet de faire aboutir positivement les revendications. Que pouvons nous encore faire ? Mettre la pression sur les syndicats pour qu'ils déposent un préavis de grève nationale illimitée, à la condition que les travailleurs sociaux de la fonction publique et du secteur privé par milliers se solidarisent comme pour 2011 et ferment tous les services sociaux et éducatifs.

 

Ce n'est qu'à cette condition qu'on obtiendra la victoire. Il n'est pas encore trop tard, c'est maintenant que nous devons agir. Ne rien faire, c'est être déjà condamné. Nous sommes responsables de ce qui nous arrivent. TSL peux se regarder dans la glace avec la conscience tranquille, ce qui ne sera pas le cas de beaucoup de syndicats, d'associations et de milliers de travailleurs sociaux !!!! Nous n'avons que ce que nous méritons, le mépris, puisque nous ne sommes même pas capable de défendre nos métiers, à l'instar des professionnels paramédicaux.

 

Malheureusement, la morale ne suffit pas ! La perte de sens dans le travail social avec cette dégringolade, n'est que le reflet de la casse de nos formations, de nos métiers et de nos qualifications, auxquels les travailleurs sociaux ont leur part de responsabilités. Et peut-être que TSL aussi a sa part de responsabilité...

 

Cependant, TSL va persévérer et continuer la lutte. Nous ne lâcherons RIEN !

Les formations de sages-femmes, infirmiers-anesthésistes et orthophonistes reconnues au grade master

Le Monde.fr | 17.12.2014

Sage Femme.jpg

Les formations des infirmiers-anesthésistes, sages-femmes et orthophonistes pourront désormais bénéficier du grade de master, prévoit un décret paru ce mercredi 17 décembre au Journal officiel. Cela correspond à une harmonisation des niveaux reconnus dans l'espace européen (licence-master-doctorat).

 

Les étudiants en maïeutique suivent une année de santé commune avec les futurs médecins et pharmaciens, avant de recevoir une formation spécifique en deux cycles (trois ans, plus deux ans, soit l'équivalent d'un niveau master qui n'était pas reconnu comme tel jusqu'ici). Cette reconnaissance interviendra pour les sages-femmes diplômées à l'issue de l'année universitaire 2014-2015, précise le décret.

 

UNE ATTENTE PLUS LONGUE POUR LES ORTHOPHONISTES

 

Une revalorisation salariale, négociée au printemps, doit encore faire l'objet d'un décret, de même que le nouveau statut médical obtenu pour les sages-femmes hospitalières.

 

La reconnaissance du diplôme d'Etat d'infirmier-anesthésiste sera elle aussi effective à compter de l'an prochain : après le cycle de trois ans d'études en école, les infirmiers souhaitant se spécialiser en anesthésie peuvent suivre une formation complémentaire de deux ans s'ils justifient d'une expérience de deux ans, ce qui représente cinq années d'études. 

 

Les orthophonistes devront patienter, quant à eux, jusqu'à la fin de l'année universitaire 2017-2018 pour obtenir le grade master.

 

Source :

http://campus.lemonde.fr/sante-social/article/2014/12/17/les-formations-de-sage-femme-et-orthophoniste-reconnues-au-grade-master_4542095_4401467.html

 

Pour soutenir les revendications des travailleurs sociaux, merci de signer la pétition, cliquer içi

 

 



17/12/2014

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2195 autres membres