Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Le diplôme d'assistant social au Portugal est reconnu au grade Master

Le diplôme d'assistant social au Portugal est reconnu au grade Master

 

Selon Colette LESIRE Conseillère socio-éducative "Comparée au Portugal, la France offre aux assistants de service social une formation insuffisante et, en conséquence, un faible statut et une maigre reconnaissance. Il nous faut donc trouver les moyens d'obtenir une formation plus solide et plus rigoureuse, d'au moins 4 années, qui permette à l' A.S. de renforcer son identité professionnelle et de se situer comme acteur spécifique capable de se comporter en responsable de sa technique face à l'administration, aux partenaires et aux usagers".

 

Pour TSL (Travailleurs Sociaux Libres), le grade Master est donc bien une évidence pour les diplômes en travail social dans la majorité des pays européens, le diplôme d'éducateur est également du même niveau, cliquer sur En Espagne, les éducateurs sont reconnus au grade Master. On peut donc espérer que les étudiants et les professionnels en travail social en France finiront par être convaincus que revendiquer un niveau licence, c'est dévaloriser son métier et sa formation au regard des responsabilités et des compétences exigées qui sont de niveau Master. Il reste à la France de suive l'exemple de ces pays européens cliquer sur Diplôme en travail social : Grade Master dans la majorité des pays,  à la condition que les travailleurs sociaux se mobilisent et luttent pour le changement.

 

master 6.jpg

 

 

Assistant social au Portugal : Une formation en 5 années

 

La lettre de C.F.P.S n° 11

 

 

A l'heure de l'Europe, il est intéressant de mieux connaître nos voisins travailleurs sociaux, leur cursus de formation et le rôle qu'ils sont amenés à jouer dans leur pays. A cet égard, l'expérience portugaise nous paraît exemplaire en ce qui concerne les assistants sociaux.

 

La profession d'assistant social qui existe au Portugal depuis 1939, époque à laquelle elle se préparait en 3 ans, à connu, en 50 années, une évolution exceptionnelle. En effet, depuis 1989, les écoles, qui portaient déjà depuis 1961 le titre d'Instituts supérieurs de service social, ont la mission de préparer en 5 ans au grade de licencié de l'enseignement supérieur public. Deux années plus tard, les A.S. portugais ont vu leur carrière réglementée et intégrée sous le statut de "carrière technique supérieure en service social". Par ailleurs, depuis 1987, existe une maîtrise en service social et, depuis 1992, un doctorat en service social.

 

Selon M.A. GERALDES NEGREIROS, directrice de l'I.S.S.S. de Lisbonne " le programme de licence en service social développe tout autant les capacités à entendre une personne en relation face à face que celles propres à comprendre le processus historico-politique, la réalité structurelle et les contextes institutionnels au sein desquels se déroule l'intervention".

 

La réalité sociale du Portugal est sans cesse présente lors de la réalisation des interventions sociales à partir desquelles se déroulent l'apprentissage méthodologique et la recherche . Par ailleurs, il existe un souci permanent d'optimaliser les capacités de conception et d'analyse des étudiants au moyens d'apports scientifiques et techniques.

 

La formation commence par 2 années à forte composante théorique, lesquelles sont suivies de 2 années où stages et séminaires permettent l'introduction de la dimension pratique de l'intervention sociale, la 5ème année étant plus centrée sur l'analyse des interventions.

 

Pratique et analyse sont l'objet d'une interdépendance constante avec la dimension théorique. Ce sont les multiples sollicitations faites aux professionnels sur le marché du travail qui ont été à l'origine de la mise en place en 85/86 de la 5ème année , la 4ème étant alors déjà acquise depuis quelques temps. L'étalement des études permet un approfondissement et surtout une diversification vers des types d'intervention sociale indirecte comme la gestion sociale, la direction, la recherche, etc... Car le grade de licencié donne désormais accès à ces domaines, la maîtrise, par ailleurs étant une condition d'accès aux fonctions d'enseignements.

 

Cette formation toujours selon M. GERALDES NEGREIROS, se réfère à "un profil d'A.S. défini comme l'agent facilitateur, producteur de changements sociaux, actifs au niveau des inter-relations homme - société en vue de favoriser ou améliorer l'évolution des problèmes, besoins et situations sociales individuelles et collectives sur les plans cognitif, relationnel et organisationnel."

 

En fait, après ce cursus de 5 ans, les A.S. portugais sont considérés au même niveau professionnel que les avocats et les médecins. Ils sont reconnus comme expérimentés et compétents, - ce qui leur permet de dialoguer avec les différents pouvoirs locaux et régionaux publics et privés, leur connaissance de la réalité des besoins et des problèmes de la population les autorise à transmettre ceux-ci mais aussi à suggérer des modifications ou même des innovations ou plan de la conception et de la définition des politiques sociales . Ceci, au besoin, par une participation active aux mouvements de pression sociale.

 

Par ailleurs, les A.S. ont le souci de rendre le travail social plus scientifique aidés par un travail et une réflexion en équipes interdisciplinaires (avec des médecins, infirmières, psychologues, éducateurs, sociologues, juristes, économistes, architectes, etc...) dans un échange de savoirs en lien direct avec les communautés où ils sont insérés.

 

Dans bien des cas ce sont les A.S. qui sont les coordonnateurs des équipes. Les A.S. font aussi preuve d'un grand esprit d'ouverture et de dialogue vers l'Europe et vers le monde. Enfin, beaucoup parmi eux accèdent à des niveaux élevés de responsabilité sociale ou politique (direction de services sociaux, direction générale dans certaines universités...)

 

On ne s'étonnera pas qu'une telle reconnaissance n'ait pas été acquise facilement. Elle est le résultat d'une lutte intense et persévérante, tant sociale que politique, menée par les A.S. portugais en relation étroite avec la lutte du peuple pour la démocratie.

 

Il faut rappeler que la profession d' A.S. au Portugal est née à l'initiative du régime autoritaire de Salazar dans le contexte international de la guerre civile en Espagne du fascisme et du nazisme. "L'assistance sociale" est conçue pour renforcer le pouvoir de l’État , en alliance avec l’Église.

 

Cependant, très rapidement, les écoles ont inclus dans la formation des notions de psychologie, de sociologie et d'économie politique et l'enseignement officiellement reconnu pour former au contrôle social orienté vers l'intervention en termes de justice sociale.

 

Dès les années 60, l'enseignement des diverses méthodologies (service social individualisé de groupe et communautaire), la diffusion des documents du Concile Vatican II et l'effort d'A.S. brésiliennes favorisent des changements: beaucoup de services sociaux vont se structurer dans une perspective plus scientifique avec des objectifs de développement socio-économique et de participation des populations à leur développement.

Mais, à partir de 70, alors que sévissent la répression et les persécutions politiques, l'action sociale entre dans une phase d'étouffement et aussi de clandestinité au sein des services communautaires. Pendant quatre années très importantes pour la lutte en faveur des droits de l'homme et des libertés, le syndicat des professionnels du service social participe activement au sein de l'inter-syndicale des travailleurs à la défense des libertés.

 

Avec la révolution du 25 Avril 1974 (dite "Révolution des œillets"), les A.S., stimulés par les idéologies révolutionnaires d’Amérique Latine, se lancent dans des travaux d'animation avec la population (conseils de voisinage, etc...) dans une démarche d'éducation populaire conscientisatrice. Des assemblées générales de professionnels se tiennent en permanence en vue d'analyser leurs rôles et leurs objectifs avec un fort engagement politique de gauche.

 

En 1978, l' A.P.S.S. (Association des Professionnels du Service Social) reprend le flambeau et, encouragée par des travailleurs sociaux d'Amérique Latine, elle met sur pied formation et recyclage, ce qui engendre dans tout le pays une dynamique de mobilisation du corps. Alors, commence une bataille de 10 années (grèves, pétitions, articles de presse, négociations...) pour le reconnaissance du grade de licencié laquelle aboutit en 1989, suivie en 1991 de celle du statut de technicien supérieur.

 

Tout au long de leur lutte, les A.S. portugais prirent beaucoup de contacts avec leurs collègues d'autres pays et l' A.P.S.S. affiliée à la F.I.A.S. (Fédération Internationale des A.S.) reçut sa reconnaissance internationale en 1994 quand sa présidente fut élue au comité exécutif de la F.I.A.S.

 

Comparée au Portugal, la France offre aux A.S. une formation insuffisante et, en conséquence, un faible statut et une maigre reconnaissance.

 

Il nous faut donc trouver les moyens d'obtenir une formation plus solide et plus rigoureuse, d'au moins 4 années, qui permette à l'A.S. de renforcer son identité professionnelle et de se situer comme acteur spécifique capable de se comporter en responsable de sa technique face à l'administration, aux partenaires et aux usagers.

 

Colette LESIRE Conseillère socio-éducative

 

(1) Cf. Revue "Les politiques sociales" Service Social dans le Monde, N° 3 et 4 / 1996 :

- "La profession d'assistant social au Portugal : évolution, luttes et champs d'action" M; Th. ABRANTES-AVILA.

- "La formation académique au Portugal" M.A. GERALDES-NEGREIRO

 

Source;http://cfps.chez.com/bulletin/b11page3.htm

 

Pétition : Demande de reconnaissance du grade Master pour nos diplômes français en travail social, afin de valoriser nos métiers et nos salaires, nous vous invitons a signer la pétition, cliquer içi.



18/06/2016

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2084 autres membres