Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Les éducateurs de rue ne sont pas des flics ni des indics !

La prévention spécialisée s'inquiète

Les éducateurs de rue ne sont pas des flics ni des indics !

 

 

Les éducateurs de rue du loiret se mobilisent et dénoncent l'intention du président du conseil général de vouloir couper les crédits budgétaires alloués au secteur de la prévention spécialisée, ce qui entrainerait de nombreux licenciements d'éducateurs, au motif que leur travail, n'est pas suffisamment visible pour les élus. Les élus du conseil général et des communes exigent que le traitement des informations préoccupantes soit réalisé par les éducateurs de rue. Ce qui est "incompatible" avec la mission et les principes de la prévention spécialisée.

les éducateurs tissent des liens de confiance avec les jeunes en voie de marginalisation, ils les "apprivoisent", et cela prend souvent du temps pour qu'une relation de confiance s'établissent.

Ce travail de lien vers la relation de confiance est fondamentale, car elle va permettre aux jeunes de reprendre confiance dans les institutions, dont ils sont pour la majorité d'entre eux éloignés. C'est donc grâce à ce travail d'accompagnement éducatif que réalise avec un très grand professionnalisme les éducateurs de rue, que de très nombreux jeunes et des familles peuvent de nouveau commencer à se reconstruire. Un travail de réseau avec les assistantes sociales, les CESF, les animateurs, les EJE et les acteurs de l'action éducative, sociale et médico-social, sont indispensables pour la réussite de leurs mission.

 

Les TSL adressent aux éducateurs de rue tout leur soutien. Nous demandons au président du conseil général et aux élus des communes, de respecter l'identité, la mission et tous les principes qui régissent la prévention spécialisée. Ne pas le faire, mettrait fatalement en danger ces professionnels de l'éducation de rue, par ce que "les éducateurs de rue ne sont pas des flics ni des indics" !

 

 

Strasbourg Mis à jour le 27.03.13

 

L'inquiétude monte dans le secteur de la prévention spécialisée. Ce travail de rue s'adresse aux jeunes en voie de marginalisation ou marginalisés. Dans le Bas-Rhin, il occupe 7 associations et environ 80 éducateurs, selon Marc Moser, directeur des Jeunes équipes d'éducation populaire. Mais « le conseil général a annoncé son intention de repenser les crédits qu'il alloue à la prévention spécialisée, dénonce un collectif de salariés anonymes. A partir de 2014, la poursuite du financement sera conditionnée par la participation des communes à hauteur de 50 %. »

 

A Strasbourg, concernée en premier lieu, l'adjointe Marie-Dominique Dreyssé (EELV) estime qu'il s'agit d'un « renoncement inacceptable » et regrette une annonce faite « sans dialogue ». « Il ne s'agit pas de mettre en difficulté les associations ou de générer des licenciements, rassure Sabine Ischia, directrice de l'enfance et de la famille au conseil général. On va travailler avec les communes concernées pour voir comment et à quel niveau elles peuvent nous aider. » T.C.

 

Nous vous proposons de regarder sur France3 un excellent reportage sur la prévention spécialisée, diffusé le 10 avril et sur les éducateurs spécialisés (éducateurs de rue) qui interviennent au quotidien auprès des jeunes et des familles fragilisées et précarisées, en allant à leurs rencontres.

Pour regarder l'info et le reportage "prévention spécialisée" sur France3 centre, cliquez sur le lien :

http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_1213_centre_,80222167.html


Source :

http://www.20minutes.fr/ledirect/1126397/prevention-specialisee-inquiete



11/04/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2277 autres membres