Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Scoop : L' UNAFORIS reconnait le DEASS, DEES..., au niveau MASTER

L' UNAFORIS reconnait le DEASS, DEES..., au niveau MASTER

Réarchitecture des formations au travail social : risques ou opportunités ?

Une fronde que TSL soutient entre les membres de l'UNAFORIS :

 

Une fronde est menée par des directeurs généraux en travail social, membres et adhérents de l'Union Nationale des Acteurs de la Formation et de Recherche en Intervention Sociale (UNAFORIS), qui affirment que les formations de ces diplômes d’État (assistant de service social, éducateur spécialisé...), réformés en 2004,  devaient être organisées, à minima, sur 4 années d'études et non sur trois années.

 

Dans un précédent article paru dans le Journal de l'Action Sociale de février 2014, Le dossier des réseaux : Travailleur social, un métier en mouvement;  n°184, rubrique : le journal des réseaux, pp. 47-49, Maryse Bastin, directrice générale de l'Ecole Santé social Sud Est (LYON), [établissement membre de l'UNAFORIS], déclare, dans ce dossier, que les diplômes des travailleurs sociaux "avec leur trois années d'études EST AUSSI EXIGEANT QU'UN MASTER UNIVERSITAIRE", en référence au diplôme d’État d'assistant de service social, d'éducateur spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale, éducateur de jeunes enfants, éducateur technique spécialisé, tandis que l'ONES, qui répond à ce journal par la voix de son président Jean-Marie Vauchez, plaide pour une reconnaissance à bac+3. Pour prendre connaissance de la déclaration de Maryse Bastin et de Jean-Marie Vauchez, cliquer sur le lien

//www.travailleurs-sociaux-libres.fr/reconaissance-a-master-les-aveux-de-l-unaforis

 

Les TSL se réjouissent de voir que Maryse Bastin, directrice générale de l'Ecole Santé social Sud Est (LYON), [établissement membre de l'UNAFORIS], fait le même constat en affirmant le niveau Master pour nos diplômes d'Etat.

 

Non les TSL ne sont pas des illuminés, ou des inconscients. Les déclarations de tous ces dirigeants des écoles en travail, confirment le niveau master que les TSL revendiquent.

 

En effet, le programme de formation pour les diplômes d'Etat, qui aurait dû se dérouler sur quatre années minimum, aurait permis en toute légitimité une reconnaissance du grade universitaire Master.

 

Et tous ceux qui nous décrient sont soit,

 

- des malhonnêtes envers eux-mêmes et ceux qu'ils parviennent à convaincre;

- des naïfs prêts à avaler les couleuvres qu'on leur donne.

 

L'information est là, il faut savoir la trouver (ce dont TSL se charge), et surtout prendre le temps de la lire.

 

C'est comme les J.T. du soir qui nous pré-digèrent une information tronquée, que la plupart des gens gobent en prenant pour vérité indiscutable parce que ça passe à la télé, et que si c'est la télé qui le dit, c'est bien que c'est vrai.

 

Et bien, concernant l'information sur la valeur de nos diplômes, c'est la même chose.

A la différence prés, que votre présentateur du JT diffère selon le média que vous regardez : ONES pour les éducateurs spécialisés, ANAS pour les assistants sociaux.... avec un discours commun et cadenassé et auxquels les adhérents croient parce que si c'est leur organisation professionnelle qui le dit, c'est que c'est vrai.

 

Et bien non ! Ce n'est pas toujours le cas, surtout pour la reconnaissance de la valeur de nos diplômes.

 

Osez, regarder, les chaines alternatives et indépendantes comme TSL, qui cherchent et décryptent l'information.

Donc comme nous vous l'expliquions dans le titre de notre article notre but est de vous interpeler.

 

Revenons donc à l'UNAFORIS, et à leur déclaration courageuse, qui confirme les revendications légitimes des TSL. Il nous parait improbable que tous ces dirigeants des organisations syndicales et des organisations professionnelles en travail social, n'aient pas été informé depuis 2004, sur le niveau réel de nos diplômes d’État.

 

Vous constaterez chers TSLnautes, que les TSL ne sont pas LES SEULS à affirmer que nos diplômes valent le Master, le syndicats national unitaire des assistants sociaux de la fonction publique ( SNUAS-FP FSU) le revendique également pour le (DEASS, DEES, DEEJE, DEETS, DECESF), cliquer sur le lien :

//www.snuasfp-fsu.org/IMG/pdf/QS74_BAT.pdf

 

A présent, nous avons aussi "ces hauts placés", qui majoritairement, sont les directeurs généraux des instituts de formation du travail social et des Instituts universitaires qui rejoignent les revendications des TSL et du SNUASFP-FSU.

 

Le constat ou plutôt la question à se poser c'est : Pourquoi ces dirigeants de l'UNAFORIS publient-ils cette information en juillet, alors que les négociations actuelles préparent une refonte de nos diplômes pour une reconnaissance à BAC+2 avec une possibilité incluant une 3e année optionnelle de spécialisation amenant à une reconnaissance à BAC+3. Et vont-ils faire quelque chose dans le sens d'une valorisation de nos diplômes au niveau master, ou bien vont-ils laisser faire ce "massacre"; Et qu'attendent les travailleurs sociaux pour réagir;

 

Les TSL se battent depuis 2011 pour la revalorisation du grade Master pour nos diplôme d’État, comme nous l'avons fait pour la demande du niveau bac+3 au grade Licence, une demande de grade universitaire qui est à l'initiative de TSL, repris par les organisations professionnelles et syndicales, mais les TSL ne peuvent rien sans la communauté des travailleurs sociaux. C'est pourquoi nous essayons d'interpeler nos confrères et consœurs de tout corps professionnel du travail social, pour qu'ils soutiennent les TSL dans leurs revendications, en agissant en fonction de leur capacité, dans le respect des lois en vigueur.

 

Par respect pour le grand public, les étudiants et les professionnels qui subissent un très grave préjudice, et qui adhèrent à ces organisations, TSL demande à tous ces dirigeants d'exiger le grade universitaire Master et le passage en catégorie A dans la fonction publique en 2016 et non en 2018, comme l'a annoncé le gouvernement. Nous savons tous les raisons qui ont poussé le gouvernement à agir de la sorte ! C'est bien entendu au motif de l'approche des élections présidentielles qui débutent au mois de mai 2017.

 

Les travailleurs sociaux sont donc pris en otage, mais vous constaterez que cela n'a causé aucun problème au gouvernement, d'attribuer le grade Licence et ou Master avec le passage en catégorie A dans la fonction publique en 2012 en faveur des orthophonistes, en 2014 c'est les masseurs kinésithérapeutes, et en 2015, c'est au tour des ergothérapeutes d'intégrer officiellement par décret n°2015-1048 du 21 août 2015, la catégorie A, cliquer sur le lien : 

https://www.legifrance.gouv.fr/eli/decret/2015/8/21/AFSH1512373D/jo/texte

 

A présent, il est du devoir de chacun de prendre ses responsabilités, en commençant par arrêter de prendre le grand public, les étudiants et les professionnels en travail social pour des imbéciles !

 

En effet, quatre années d'études = master 1, TSL demande donc à l'ensemble de ces dirigeants d'exiger le grade de master, et sur proposition de TSL l’organisation du programme d'enseignements pour ces formations sur cinq ans.

 

TSL rappel que le nombre d'heures d'enseignements pour ces diplômes d'Etat que nous avons cité, sont équivalents au Master universitaire dans le domaine des sciences humaines et sociales, à cela vous rajoutez en sus les stages qualifiants.

 

Donc, le calcul, ainsi que l'attribution des 180 crédits européens (niveau bac+3), réalisé par les dirigeants (de nos organisations syndicales, professionnelles, de formation), des universitaires membres de l'UNAFORIS, des représentants politiques des ministères, pour nos diplômes, est tronqué. TSL demande donc l'attribution légitime des crédits européens qui permettent à ces diplômes d’État d'être reconnus à Master, cliquer sur le lien :

//www.travailleurs-sociaux-libres.fr/licence-master-doctorat-que-dit-le-processus-de-bologne

 

La question que nous pouvons nous poser, c'est pourquoi une telle inertie de la part de nos dirigeants, quand il s'agit de faire évoluer nos métiers et le niveau de nos diplômes vers l'excellence ?  Qui pourtant est une garantie sur la qualité des formations, et de facto sur la haute compétence des professionnels, dont l'objectif est de toujours mieux répondre aux difficultés de la population qui se complexifies, face aux enjeux économiques et politiques, d'une société en crise et en pleine mutation.  

 

Il est donc du devoir de ces dirigeants d'interpeller le premier ministre, Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, Mme Ségolène Neuville secrétaire d'Etat auprès de Mme la ministre des affaires sociales, Jean-Philippe VINQUANT, directeur général de la cohésion sociale au ministère des affaires sociales, Mme Brigitte Bourguignon députée et présidente du Haut Conseil en Travail social (HCTS) du ministère des affaires sociales, le directeur général de l'IRTS Paris île de France, M. Manuel PELISSIER représentant de l'UNAFORIS au HCTS en qualité de président de la Commission professionnelle consultative du travail social et de l'intervention sociale, du ministère des affaires sociales, ainsi que les organisations syndicales et professionnelles en travail social (ONES, ANAS, FRANCE ESF, FNEJE) qui sont depuis le 5 juillet 2016 membre du HCTS par arrêté de Mme la ministre des affaires sociales et de la santé, pour réexaminer le dossier bâclé et disqualifiant de la ré architecture des métiers du travail social, afin d'aboutir à une vraie revalorisation des métiers par la reconnaissance des diplômes au grade Master, ainsi que l'organisation de ces formations sur cinq année d'études, comme nous l'avons déjà répétés à plusieurs reprises.

 

Il faut sortir du misérabilisme social dans lequel on enferme les travailleurs sociaux, qui n'ont pas une perspective positive de leur métier et donc de leur avenir professionnel. Demander à promouvoir le travail social devient absurde, quand on laisse volontairement des étudiants et des professionnels dans une injustice, qui perdure, humilie et déqualifie...

 

Au nom de l'éthique, il appartient désormais à tous ces dirigeants de se rassembler et de se mobiliser pour faire respecter les droits des travailleurs sociaux, ils en sortiront grandis.

 

C'est donc avec un grand plaisir que nous partageons avec vous cet article, et la déclaration de ces dirigeants sur le niveau des formations assistant de service social, éducateur spécialisé... à master.

 

Pour un meilleur confort de lecture, cliquer sur les images

 

Logo Actualités Sociales hebdomadaires.jpg

ASH juillet.jpg

 

risque 2.jpg

Projet de ré-architecture des diplômes du travail social présenté par TSL au Haut Conseil du Travail Social le 22 septembre 2016; cliquer sur le lien :

//www.travailleurs-sociaux-libres.fr/tsl-presente-un-projet-de-re-architecture-des-diplomes-du-travail-social-au-hcts

 

Pour soutenir les travailleurs sociaux, signez la pétition pour la revalorisation de nos métiers en travail social, cliquer sur le lien :

//www.petitions24.net/reconnaissance_master



15/07/2016

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2129 autres membres