Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Qu'est ce qu'un travailleur social ?

 

     Qu'est ce qu'un travailleur social ?

 

 

Définition du travail social adopté par le ministère des Solidarités et de la Santé le 23 février 2017

 

Le travail social est un ensemble de pratiques professionnelles qui s’inscrit dans un champ pluridisciplinaire et interdisciplinaire.
Il s’appuie sur des principes éthiques et déontologiques, sur des savoirs universitaires en sciences sociales et humaines, sur les savoirs pratiques et théoriques des professionnels du travail social et les savoirs issus de l’expérience des personnes concernées, dans un processus de co-construction.
Il se fonde sur la relation à l’autre, dans sa singularité et le respect de sa dignité. Il vise à permettre l’accès effectif de tous à l’ensemble des droits fondamentaux et à assurer la place de chacun dans la cité.
Le travail social s’inscrit historiquement dans les valeurs républicaines, le respect des droits de l’homme et du citoyen et la Constitution. Les principes de solidarité, de justice sociale, de laïcité, de responsabilité collective, et le respect des différences, des diversités, de l’altérité sont au coeur du travail social.
Dans un but d’émancipation, d’accès à l’autonomie, de protection et de participation citoyenne, le travail social contribue à promouvoir, par des approches individuelles et collectives, la transformation sociale, le développement social, la cohésion de la société. Il participe au développement du pouvoir d’agir des personnes et des groupes dans leur environnement.
En cohérence avec la définition internationale, et défini au niveau national, le travail social se décline sur les territoires dans le respect des principes généraux énoncés.

 

Adoption de la définition du travail social dans le code de l'Action Sociale et de la Famille  Décret n°2017-877 du 6 mai 2017

 

Travail social : se former à des métiers d'excellence

 

Actuellement, pour devenir travailleur social, il faut effectuer une formation professionnelle qui conduit à un diplôme d'état de niveau V (CAP-BEP) et IV (bac), BTS-DUT (bac+2), DEFA (bac+3 + 4) au Master (bac+5) et Doctorat en travail social (bac+8).

 




La famille des travailleurs sociaux regroupe plusieurs corps professionnels. La liste n'est pas exhaustive, elle comprend donc :

 

L'assistante de service social, l'éducatrice spécialisée, la conseillère en économie sociale et familiale, l'éducatrice de jeune enfant, l'éducateur technique spécialisé, les animateurs socioculturels (dont les titulaires d'un DEFA), l'éducatrice de la protection judiciaire et de la jeunesse, le conseiller d'insertion et de probation, la monitrice-éducatrice, la technicienne en intervention sociale et familiale, l'auxiliaire de vie, l'assistante maternelle, l'aide médico-psychologique, l'agent de développement social...

 

Le travail social est féminisé à 95% et compte plus de quatre millions de professionnels en activité. Toutes ces professions sont soumises à une obligation de discrétion et à la confidentialité des entretiens avec le public auprès duquel ils interviennent. Certains sont soumis au secret professionnel en fonction de leur mission. Une part importante est recrutée par les collectivités territoriales (conseils généraux, hôpitaux...), le secteur associatif, les organismes de sécurité sociale et les entreprises.

 

Depuis une vingtaine d'années, une minorité d'assistants sociaux, d'éducateurs spécialisés, d'animateurs..., après environ trois années de pratique professionnelle s'installent en cabinet libéral. L'activité libérale chez les travailleurs sociaux est un nouveau marché en voie de développement.

 

L'assistant de service social quant à lui, est soumis à l'obligation du secret professionnel de par la loi. Cette profession est réglementée et son titre protégé: nul ne peut exercer cette profession s'il n'est détenteur du diplôme d'état.

 

Pour devenir travailleur social, il faut effectuer une formation professionnelle qui conduit à un diplôme d'état de niveau V (CAP-BEP) et IV (bac).

 

D'autres formations du travail social exigent un haut degré de qualification et de compétence de niveau équivalent à minima au BTS-DUT (bac+2) au Master (bac+5) et Doctorat en travail social (bac+8).

 

La maîtrise de l'art du travail social nécessite des connaissances approfondies exigeant un niveau de formation équivalent à l'ingénierie de niveau (bac+5) Master, comme par exemple les professions suivantes :

 

DEASS (diplôme d'état assistant de service social), DEES (diplôme d'Etat éducateur spécialisé), DECESF (diplôme d'état de conseiller en économie social et familial), DEEJE (diplôme d'état d'éducateur de jeune enfant), DEFA (diplôme d'état relatif aux fonctions d'animation), DEETS (diplôme d'état d'éducateur technique spécialisé), DECIP (diplôme d'état de conseiller d'insertion et de probation), DEEPJJ (diplôme d'état d'éducateur de la protection judiciaire et de la jeunesse).

 

 L'exercice de ces professions s’articulent autour de :

    • l'ingénierie sociale (...)
    • la connaissance des institutions publiques et privées
    • la connaissance des politiques publiques, sociales et de la ville,
    • la mise en œuvre et l'application des politiques publiques...
    • les problématiques sociales (santé, emploi, finance, logement, précarité...)
    • les techniques d'entretien (individuel et collectif)
    • la connaissance des publics
    • éthique et déontologie
    • l'accompagnement social et éducatif
    • l’expertise et le conseil
    • la conception et le développement
    • l'expertise sociale
    • le travail en équipe pluridisciplinaire
    • le partenariat
    • le management
    • l’évaluation
    • la recherche
    • le droit du travail et de la protection sociale
    • la sociologie, psychologie, économie, gestion
    • (...)

La formation se déroule en alternance: cours théoriques avec des stages obligatoires. Elle comprend des enseignements théoriques dans plusieurs disciplines des sciences humaines, économiques, sociales et juridiques (droit, protection sociale, sociologie, anthropologie, ethnologie, psychologie, sciences de l'éducation, science de l'animation, science de l'information, communication, psychosociologie, psychopédagogie, méthodologie, économie, démographie,  gestion, comptabilité, santé, techniques...)

 

Pour la réglementation des professions du travail social

 

La majorité des travailleurs sociaux (éducateur spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale, éducateur technique spécialisé, éducateur de jeunes enfants, technicienne en intervention sociale et familiale, moniteur-éducateur, aide-médico-psychologique, auxiliaire de vie sociale...), souhaitent voir évoluer leurs professions avec les mêmes droits et obligations que la profession d'assistant de service social et de psychologue par exemple (obligation du secret professionnel, titre protégé...).

 

La réglementation de tous les corps professionnels du travail social, finalisée par un code de déontologie obligatoire intégrant le secret professionnel promulgué par une loi, est primordiale et devient impératif.

 

Le projet d'une réglementation européenne des professions du travail social est à l'étude. En France, les responsables du secteur public et privé et les travailleurs sociaux doivent prendre part à ces travaux, car elle permettra une protection du métier par la qualification (obligation d'être titulaire du diplôme d'état) pour pouvoir exercer. Ce cadre réglementaire permettra de prévenir les déqualifications et les écarts professionnels de toute nature.

 

D'une part, c'est aussi une garantie pour l'usager et le travailleur social qui s'engage à mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs définis en accord avec la personne.

 

D'autre part, c'est reconnaître la qualité des enseignements dans le cadre de la formation et les compétences des praticiens de terrain.

 

Rendre obligatoire la réglementation des professions du travail social, c'est s'engager dans un processus de reconnaissance et de promotion de toutes ces professions.

 

Reconnaissance des diplômes et des statuts

Cependant, ces professions, qui pourtant concourent au processus de cohésion sociale et d'aide à la population et dont le niveau d'étude équivalent à une formation d'ingénieur, sont déqualifiés injustement au niveau bac+3, même si  l'accréditation de 180 crédits européens (bac+3 par un arrêté du 25 août 2011 avec le grade licence décret 2018) est une avancée significative, il n'en demeure pas moins, que le niveau des diplômes d'état en travail social (AS, ES, CESF, EJE, ETS) reste sous-évalué car leur niveau est équivalent à un Master universitaire.

 

En effet, ces professions ont été reconnues dans une sous catégorie A au rabais (petit A) dans la fonction publique le 1er février 2019, avec pour conséquence une rémunération  et un déroulement de carrière similaire à la catégorie B, alors que TSL et certaines organisations syndicales revendiquaient légitimement l'intégration de ces professions dans le cadre d'emploi des Attachés de catégorie A de la fonction publique.

En ce qui concerne la catégorie Cadre dans le secteur privé la reconnaissance se fait attendre, ce qui entraîne une discrimination dans les carrières professionnelles. Les travailleurs sociaux sont lésés et leurs droits ne sont pas respectés.

 

C’est pourquoi, les travailleurs sociaux libres,

revendiquent la reconnaissance et l'intégration de ces métiers (AS, ES, CESF, EJE, ETS) dans vraie catégorie A pour les travailleurs sociaux de la fonction publique ainsi que le statut Cadre pour les travailleurs sociaux du secteur privé (associations, entreprises), et CADRE de niveau 6 pour les travailleurs sociaux des organismes de sécurité sociale,

l'inscription des diplômes d'Etat au niveau I (bac+5) au RNCP français (répertoire nationale des certifications professionnelles) ainsi que le grade Master pour les professions suivantes:

  • assistant de service social
  • défasien (DEFA)
  • conseiller d'insertion et de probation
  • conseiller en économie social et familiale
  • éducateur de jeune enfant
  • éducateur de la protection judiciaire et de la jeunesse
  • éducateur spécialisé
  • éducateur technique spécialisé

Nous revendiquons aussi la revalorisation statutaire de toutes les professions du travail social et de l'animation et de leurs diplômes à partir du niveau CAP-BEP.

 

En effet, les formations du travail social (assistant social, éducateur spécialisé, éducateur technique spécialisé, éducateur de jeunes enfants, conseiller en économie social et familial, défasien) comptabilisent en moyenne un volume horaire de 3500 h concentrées sur trois années de formation intensives (non comprise la charge de travail). Ils n'obtiennent qu'une modeste reconnaissance du grade licence (bac+3), alors qu'ils devraient être reconnus au niveau Master.

 

Face à cette injustice, cette discrimination et ce mépris que continuent de subir les travailleurs sociaux sur la non reconnaissance du niveau réel de leurs diplômes, les travailleurs sociaux libres décident la poursuite du combat et revendiquent la reconnaissance de leurs diplômes au grade Master qui correspond au niveau réel de ces diplômes d'état.

 

Pourquoi ? Parce qu’ils effectuent trois années d’études pots-bac très denses concentrées sur trois années d’études. Le nombre d'heures est évaluées à 3500 h de formation (charge de travail non comprise) qui équivalent un Master dans les sciences humaines et sociale, mais n'est reconnue qu'au grade de la licence. En additionnant la charge de travail, le volume horaire global est de 5040 heures de formation équivalent à un Master universitaire.

 

Comme par exemple : la formation d'assistant de service social qui comptabilise 1860 h d'enseignements théoriques et 1680 h de stages soit un total de 3540 h. La charge de travail est évaluée à 1500h + 3540 h (enseignement+stages), soit un total de 5040 h pour la profession d'assistant de service social. Les autres formations du travail social sont calculées sur le même modèle.

 

Les formations du travail social comptabilisent plus d'heures de formation que certaines professions para-médicales et médicales (orthophonistes, masseurs kinésithérapeutes...) mais aussi des Masters en sciences humaines et sociales que délivrent les universités.

 

C'est le Grade MASTER que nous voulons ! Les masseurs kinésithérapeutes et les orthophonistes avec leurs trois ans d'études pots-bac pour l'un et quatre ans pour l'autre, l'ont obtenu en juillet 2012, cliquer içi et içi, alors pourquoi pas nous travailleurs sociaux ? Grâce à la valorisation de leurs diplômes, désormais la formation d'orthophoniste sera organisée sur cinq ans pour l'obtention du Grade MASTER (bac+5), tandis que la profession de masseur kinésithérapeute obtient de droit le Grade Licence (180 crédits). Il lui est accrédité en plus 60 ECTS supplémentaires, soit 300 crédits niveau (bac+5) avec le Grade Master. Pourtant, leurs diplômes d'état comportent moins d'heures de formation que ceux des travailleurs sociaux. Quelle ironie !

 

Nous vous conseillons vivement de prendre connaissance du travail remarquable d'étude et d'expertise approfondi du SNUAS-FP (syndicat national unitaire des assistants sociaux de la fonction publique), sur le statut professionnel et le niveau des diplômes du travail social (DEASS, DEES, CESF, EJE...).

Ce syndicat composé d'universitaires (Docteurs) et d'experts en travail social, affirme sans aucune ambiguïté, tout en faisant la démonstration avec des exemples concrets et irréfutables, que nos diplômes en travail social sont tous équivalents aux diplômes universitaires de niveau (bac+5) Master, parce qu'ils sont tous construits sur le même modèle pour le calcul des ECTS.

Pour prendre connaissance du travail d'étude et d'expertise de ce syndicat, cliquez içi

 

Ces diplômes font l’objet d’une sous-évaluation de leur réel niveau qui équivalent un Master et d'une dé-classification statutaire et salariale, alors que leurs formations ont été rénovées pour répondre aux exigences européennes, dans le cadre du système L-M-D (Licence-Master-Doctorat) établit en France et conforme à l'Europe, dont la France est signataire, mais qu'elle ne respecte pas pour les diplômes d'état en travail social français cité ci-dessus.

 

En effet , le processus de Bologne du 19 juin 1999, initie la réforme des diplômes au niveau européen et introduit un système de grade académique facilement reconnaissable et comparable : les ECTS (système de transfert de crédits européens)

 

Les ECTS servent à quantifier le volume et la charge de travail nécessaire pour réussir une année d’étude complète c’est à dire : les cours magistraux, les travaux pratiques, les séminaires, les stages, les recherches, le travail personnel et les examens ou autres modes d’évaluation éventuelles.

 

Le grade Licence est validé par l’obtention de 180 crédits (ECTS) auquel il faut rajouter 60 ECTS pour le Master1 et 60 ECTS supplémentaires pour le Master2.

 

Avec la réforme des diplômes du travail social français (DEASS, DEES...), la concentration du nombre d'heures de cours théoriques, de stages pratiques, d’heures de travaux personnels..., est équivalent au master 300 ECTS niveau Master (1 crédits est égal à 25 heures de travail). Cela positionne ces diplômes du travail social à Master et au niveau 7 du cadre européen de certification (CEC) selon les descripteurs de Dublin.

 

Diplôme Master : Organiser les formations en travail social sur cinq années d'études pour les (AS, CESF, ES, EJE, ETS), au lieu de trois actuellement.

Afin de préparer l'avenir de nos professions en travail social et construire nos métiers de demain, il est primordiale que les travailleurs sociaux soient hautement qualifiés. Nos compétences et notre haut niveau d'expertise doit être reconnues. Face aux nouveaux enjeux sociétales et politiques, il est impératif de prioriser le développement et la qualité des services de protection sociale et de santé. Les travailleurs sociaux ont toujours su s'adapter pour apporter les réponses aux besoins et aux problématiques de la population. Afin de protéger et favoriser la qualité des métiers du travail social, nous demandons que les formations préparant au métier d'assistant de service social, d'éducateur spécialisé, conseiller en économie sociale et familiale, éducateur de jeunes enfants, éducateur technique spécialisé, soient organisées sur cinq années d'études, au lieu de trois actuellement.

 

Essai d'une définition du travailleur social :

 

Le travailleur social est un professionnel de l'aide et de l'accompagnement social.

 

 "Le travailleur social est un professionnel qui œuvre dans le domaine de l'action sociale au sens large. Il intervient dans le cadre de la prévention, l'insertion et l'accompagnement des adultes. Il se retrouve sur la première ligne pour comprendre, aider et répondre aux besoins de ses publics. Il se retrouve à la première place pour gérer, comprendre, interpréter et résoudre les besoins de la population. Il favorise le développement des potentialités et veille au respect de la dignité des personnes.

En effet, il doit généralement répondre à une mission qui lui est conférée dans le cadre des fonctions d'une institution, souvent dans le but de faciliter l'insertion d'individus.

Le travailleur social intervient auprès des personnes, des familles, des groupes, et des collectivités. Par ses conseils ou par les projets qu'il met en place, il cherche à prévenir les inégalités d'accès aux biens et aux services, à faciliter l’adaptation d’individus à leur environnement et à solutionner ou réduire certaines difficultés d’ordre social. Il aide à clarifier les besoins des personnes, à cerner la source de leurs problèmes, à trouver et à mettre en œuvre les solutions qui leurs conviennent, à revendiquer leurs droits, à effectuer des changements sociaux et à influencer les politiques sociales.

Sa pratique se base sur des principes d’autodétermination, de réduction des inégalités sociales, d’amélioration de la qualité de vie et de défense des droits. Ceci pour tendre vers une société ou chacun aurait pleinement sa place en rendant les individus acteurs de leur propre développement personnel"

Bien sur, ces missions ne peuvent se réaliser sans la participation ACTIVE de la personne bénéficiant de cet accompagnement. Le travailleur social n'est pas là pour faire les choses à la place de la personne, mais seulement pour la soutenir et la conseiller.  

 

Ainsi bon nombre de personnes au cours de leur vie, passent, la plupart du temps, entre les mains de travailleurs sociaux sans s'en rendre compte :

 

- la TISF (technicienne en intervention sociale et familiale) et l'AVS (auxiliaire de vie) vous apportent leur soutien à domicile lorsque vous venez d'accoucher ou que vous êtes malade et avec des enfants en bas âge. Vous retrouvez aussi ces professionnelles dont les AMP (aide médico-psychologique) qui apportent leur aide aux personnes âgées en maison de retraite ainsi que d'autres professionnels comme l'assistante maternelle...

 

- l'éducateur de jeunes enfants (EJE) veille à l'épanouissement et à la sécurité de vos enfants que vous lui confiez à la crèche ou la halte garderie. Par différentes activités, elle cherche à stimuler les capacités intellectuelles, psychomotrices, émotives, sociales, morales et langagières de l'enfant, pour le préparer à la vie en société. Grâce à un accompagnement personnalisé de l'enfant, elle lui permet de devenir autonome et participe à sa socialisation. Elle aura également un rôle à jouer auprès des parents pour qu'ils prennent confiance dans leurs compétences parentales. Elle est secondée dans sa fonction par des professionnels qualifiés titulaire du CAP "Petite enfance», compétent pour l'accueil et la garde de jeunes enfants. Par ses différentes activités auprès de l'enfant, il contribue à son éducation. Il assure, en outre, l'entretien et l'hygiène de ses différents espaces de vie.

Depuis environ une dizaine d'année, le champ d'intervention des EJE c'est étendu avec un accroissement de responsabilité dans d'autres domaines de l'action sociale. Désormais, l'EJE travaille dans tous les établissements qui accueillent des enfants âgés de moins de 7 ans donc MECS, foyer, SESSAD, RAM, LAPE, IEM, IME, IES, ludothèque etc, parfois avec des missions identiques avec les éducateurs spécialisés et les assistantes sociales...

 

- l'assistante de service social : son action passe par l’information et le conseil. Elle intervient auprès des administrations ou organismes pour faire valoir ou rétablir vos droits. Elle s'assure de votre bien-être et au respect de vos droits dans votre (entreprise, administration...) lorsque vous êtes en maladie ou en accident du travail et quand vous vous retrouvez au chômage et à la retraite. Cette spécialiste de l'accompagnement social est compétente pour intervenir et vous accompagner dans tous les domaines de la vie (sociale, familiale...). Experte, elle vous conseille et vous oriente vers d'autres professionnels et institutions pour vous accompagner dans vos démarches administratives ou pour toutes autres demandes. L'assistante sociale peut aussi intervenir dans les cas de factures et de loyers impayés afin d’obtenir des délais de paiement et un échéancier de remboursements...

 

- l'animateur socioculturel regroupe plusieurs catégories de professionnels diplômés ainsi que des animateurs non professionnels. Il réalise en fonction de sa mission des activités récréatives, d'animation et d'éducation pour vos enfants et adolescents en centre social, centre d'animation, MJC, centre de loisirs, centre aéré et de vacances..., pendant que vous êtes au travail et pendant vos vacances comme par exemple les animateurs titulaire du BAFA (diplôme non professionnel), cliquez içi.

 

- L'animateur professionnel quant à lui, est le spécialiste de la relation sociale et du développement de projets, il contribue à la socialisation des personnes et des groupes. Créateur de lien social, il favorise la solidarité intergénérationnelle dans la cité et contribue ainsi à prévenir les risques d’exclusion sociale des personnes âgés, des jeunes, des étrangers, des familles monoparentales. Il accompagne les groupes sociaux et les individus dans leur développement personnel ou dans le développement social. Il participe à l'amélioration de l'environnement local, met sur pied des évènements culturels, propose des activités de loisirs ou d'éducation et contribue à mener à bien des projets collectifs (insertion, lutte contre la ségrégation, actions en rapport avec la sociabilité). L'animateur par le support de l'activité permet donc le développement des relations sociales de ceux qui y participent et l'augmentation de leur autonomie. Il participe à l'accompagnement et à l'insertion sociale et professionnelle des personnes en difficultés.

 

- La conseillère en économie sociale et familiale une spécialiste du quotidien. Elle a pour objectif d’aider les adultes à résoudre leurs problèmes de vie quotidienne. Toute son activité vise à soutenir des personnes ou des familles qui ne parviennent plus à se débrouiller seules. Elle leur apprend à gérer leur budget, à l’équilibrer et à prévoir les dépenses. Elle peut intervenir auprès de commissions de surendettement. En matière d’habitat, elle peut obtenir l’attribution d’un logement social ou le maintien de personnes dans leur logement. Elle intervient auprès des bénéficiaires du revenu minimum d’insertion (RMI) afin de briser leur isolement et d’améliorer leurs conditions de vie. Les compétences de la CESF s'étendent aussi dans d'autres domaines (l'alimentation, la santé, l'insertion sociale et professionnelle). Elle peut intervenir auprès des personnes ou des groupes.

 

- Les éducateurs encadrent les "jeunes en mal être" en accomplissant un travail de prévention, afin que les habitants des cités (dans lesquels nous vivons tous pour la plupart), soient rassurés. Ils interviennent aussi auprès de public présentant des handicaps en leur apportant au quotidien un accompagnement éducatif spécifique. C'est pour cela, qu'on les dit "spécialisés" (moniteur-éducateur, éducateur spécialisé, de la protection judiciaire et de la jeunesse,  éducateur technique spécialisé...). On retrouve aussi dans la famille des éducateurs, les assistants familiaux qui réalisent au quotidien un travail difficile mais combien important en faveur d'enfants ou de jeunes qui leur sont confiés dans le cadre d'un placement.

 

Peut-être avez vous chez-vous, ou en institution spécialisée, médicalisée ou bien dans votre entourage une personne (adulte, jeune, enfant) porteuse de handicap (surdité, cécité, handicap mental, infirmité, maladie dégénérative...) qui peut avoir une vie décente grâce à l'intervention d'éducateurs et d'une kyrielle de travailleurs sociaux qui œuvrent pour que leur vie soit la plus décente et la plus autonome possible.

 

Pour contribuer à la promotion du travail social et de ses métiers, nous vous invitons à signer la pétition en ligne, cliquez içi

 

Patrick Guichard

 


19/09/2011


Les professionnels interpellent MACRON sur la dégradation du travail social

Au delà de la réforme des retraites à points, c'est contre MACRON et son monde que nous sommes en opposition. 

 

MACRON, vous venez de réformer au rabais au niveau licence nos diplômes alors qu'ils valent un master. Pendant plus de cinq ans, l'ensemble du travail social a manifesté, demander audience pour expliquer que l'urgence et le problème c'est d'obtenir la reconnaissance à master pour nos formations (ES, AS, ETS, EJE, CESF), la perte de sens de notre travail, les dégradations des conditions d'exercices, l'absence de solutions réellement bien-traitante concernant les personnes accompagnées, les suppression de poste et l'abandon des territoires affaiblissant le lien social, et enfin dans la non considération de toutes ces familles, enfants vivant dans la rue ou retenue en rétention dans des conditions indignes...

 

En plein mouvement social où votre réforme des retraites pour laquelle TSL demande son abandon, va encore dégrader les conditions de vie de la populations et celles des travailleurs sociaux et surtout des plus précaires. Nous ne supportons plus de vous entendre continuer de déconsidérer les professionnels du travail social !

 

Nous réclamons d'urgence les moyens humains et budgétaires nécessaires à l'exercice de nos métiers, la reconnaissance légitime du niveau Master pour nos formations et la revalorisation et tous les métiers du travail social.

 

 

 

GREVE.jpg

 

 

MACRON LES TRAVAILLEURS SOCIAUX EN COLERE VIENNENT TE CHERCHER CHEZ TOI

 

 

Pétition :  Merci de soutenir les travailleurs sociaux en cliquant sur travail social


23/01/2020


Des professionnels du médico-social dénoncent la dégradation alarmante de leurs conditions de travail

TSL soutient ces travailleurs sociaux en colère...

 

250 salariés du secteur médico-social, rassemblés ce mardi 21 janvier, à Rennes, ont témoigné de la dégradation alarmante de leurs conditions de travail et par voie de conséquence, des conditions de vie des personnes dont ils s’occupent.

 

 

Journal OUEST France - Publié le 

 

Rennes. Les salariés du médico-social n’en peuvent plus

 

 

Rennes.jpg
Une partie des salariés rassemblés mardi midi sur la dalle du Colombier pour décrire la « situation dramatique » du secteur social et médico-social. | OUEST-FRANCE

 

Éducateurs, assistantes sociales, conseillers ESF, aides médico-psychologiques, auxiliaires de vie…

Ils étaient 250 salariés du secteur médico-social à exprimer leur ras-le-bol sur la dalle du Colombier, à Rennes, ce mardi midi.

 

Ils travaillent aux côtés de sans-abri, de personnes âgées, fragiles, en situation de handicap.

 

« Si l’hôpital est au bord du gouffre, nous, on n’est pas loin derrière », prévient une salariée s’occupant d’enfants en situation de handicap dans l’un des IME gérés par l’association La Bretèche, à Hédé-Bazouges et Rennes.

 

 « On nous impose l’inclusion à marche forcée des enfants en situation de handicap, sauf que certains ne sont pas du tout aptes à le faire.

 

Sans compter qu’il n’y a pas de places pour eux dans les collèges, témoigne un éducateur spécialisé. 

 

Ainsi, depuis septembre, une douzaine d’enfants attendent que des places soient créées dans des collèges à Rennes. Leurs parents ne savent plus quoi penser ! »

« Nos métiers se déshumanisent »

Xavier, 49 ans, est lui aussi éducateur, au foyer d’hébergement de l’Alaph, Association pour l’hébergement et l’accompagnement de personnes handicapées, à Rennes Cleunay.

 

 « Chaque année, on voit les effets concrets de la baisse des budgets dans nos structures.

 

Le conseil départemental, notre principal financeur, dispose de crédits toujours revus à la baisse de la part de l’État. » 

 

Il décrit des « conditions de travail qui se dégradent, et avec elles les conditions de vie des personnes que nous accueillons ». Il cite, par exemple, ces personnes vieillissantes et en perte d’autonomie qui auraient besoin de structures adaptées pour les accueillir.

 

« Les moyens dédiés à l’exercice de nos missions ne cessent de baisser, alors que les besoins explosent. Nos métiers se déshumanisent », témoigne un membre de l’intersyndicale qui organisait le rassemblement, (CGT, Sud, CNT).

 

Dans les rangs, quelques drapeaux de la CFDT étaient également présents.

 

Laurent LE GOFF

 

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-les-salaries-du-medico-social-n-en-peuvent-plus-6700377?utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR0CxUsZDxUgEfBvbZnMN8qcILg0p25PXjfDTkSB-LX8oVqYSKuvZ7-xFr0#Echobox=1579628927

 


22/01/2020


Education populaire et travail social : passerelle (DEIS, DESJEPS, CAFERUIS, CAFDESIS)

TSL soutient toutes ces initiatives de valorisation des formations qui favorisent la promotion sociale...

 

Un des objectifs de Trajectoire Formation et l’IRTS de Franche-Comté, c'est de développer leur présence sur l’ensemble du territoire par le renforcement de leur collaboration, et plus particulièrement par la mise en oeuvre d'expérience de passerelle entre les diplômes du champ social (DEIS, DESJEPS, CAFERUIS, CAFDESIS).

 

Ces formations supérieures sont accessibles aux titulaires des diplômes du travail social (180 ECTS arrêté ministériel 2011), d'un titre ou d'une certification de niveau II (bac+3 et bac+4) :

 

- assistant de service social

- éducateur spécialisé

- éducateur de jeunes enfants

- conseiller en économie sociale et familiale

- éducateur technique spécialisé

- animateur DEFA

 

 

passerelle diplômes.jpg

 

Deux mondes qui travaillent au service des publics sur un territoire, mais qui, dans les faits, communiquent peu voire pas du tout, défendant chacun des cultures, des métiers et des modes d’organisation spécifiques.

 

Et si les enjeux de société actuels nous convoquaient au rapprochement…

 

  • L’Education populaire, par ses actions visant l’émancipation des citoyens, participe d’une transformation sociale sans cesse renouvelée ; ses méthodes valorisent les ressources des publics plutôt que de se centrer sur leurs difficultés qu’il faudrait réparer ou compenser. Elle fait de l’animation un média éprouvé au service du développement et du renforcement du lien social

 

  • Le Travail social est  face à la désinstitutionnalisation.

 

  • Il doit repenser ses pratiques pour s’adapter aux nouvelles conceptions et normes d’inclusion de tous les citoyens, dont ceux qui sont les plus fragilisés, au sein de la société. Ce nouveau contexte engage les professionnels à accompagner les publics à devenir des citoyens acteurs de leur devenir

 

Avec une question mise au travail : l’Éducation populaire, une ressource pour le Travail social ?

 

Ce rapprochement est déjà à l’œuvre : l’évolution des missions et de l’environnement institutionnel des structures a créé de nouveaux partenariats. Il s’agit maintenant de les faire vivre et d’initier des réflexions et des actions communes. L’enjeu est de mieux articuler les approches de ces deux mondes au service des publics.

 

Trajectoire Formation s’est engagée dans ce travail en partenariat avec l’IRTS de Franche-Comté  en expérimentant des journées de formation communes (DESJEPS et Caféruis) et des passerelles entre les diplômes (DESJEPS et DEIS).

 

Trajectoire Formation accompagne également les acteurs du champ social par des formations privilégiant les méthodes actives issues de l’Éducation populaire. Cela favorise la (re)conquête du sens de leur travail par les professionnels eux-mêmes.

 

Passerelle : (DEIS, DESJEPS)

 

Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale (DEIS) niveau I (bac+5)

 

L’année 2015 aura été l’occasion d’expérimenter pour la formation DEIS (Diplôme d’État d’Ingénierie Sociale), avec l’accord de la DRJSCS de Franche-Comté, une « passerelle » pour les titulaires du DESJEPS (Diplôme d’État Supérieur de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport), d’une part, et une « passerelle » pour les titulaires du Master de sociologie de l’Université de Franche Comté, d’autre part.

 

Pour rappel, le DEIS est une formation professionnelle de niveau I, construite sur deux ans et composée de 875 heures, dont 175 heures d’étude de terrain.

 

Si les textes légaux qui régissent le DEIS prévoient des allègements pour les titulaires d’un DSTS, d’un CAFERUIS ou d’un CAFDES, diplômes de niveau II et I, force est de constater qu’aucune disposition n’est prévue pour les personnes attestant du DESJEPS, diplôme de niveau II homogué au RNCP (Répertoire nationale des Certifications professionnelles) équivalent au niveau Master 1 (bac+4).

 

En effet, à la suite des débouchés offerts par ce diplôme, une poursuite en DEIS paraissait cohérente au regard des finalités de cette formation. Aussi, il a semblé nécessaire de répondre à cette possibilité afin d’être au plus près des besoins du terrain.

 

Dans un premier temps, en collaboration avec Trajectoire Formation, l’objectif a été d’analyser les points communs, en terme de contenu pédagogique, des deux diplômes afin de construire et proposer un parcours aménagé, et ce sur une année de formation.

 

Le schéma pédagogique a ainsi été construit sur 348 heures, panachées entre les contenus des deux années de formation.

 

Dans un second temps, un appel à candidatures a été lancé auprès de personnes titulaires du DESJEPS.

 

Deux étudiantes titulaires du DESJEPS ont ainsi passé la sélection et ont eu la possibilité de suivre la formation en un an, et de bénéficier de ce parcours particulier.

 

De la même manière, en partenariat avec l’Université, un parcours spécifique a été proposé à un titulaire du Master de sociologie, ayant validé la sélection. Il s’agit ainsi de favoriser la professionnalisation des parcours universitaires.

 

La proposition de formation de 340 heures minimum sur une année s’articule là aussi sur les deux années de formation « classique ». Les parcours proposés à ces différentes « passerelles » sont personnalisés au regard des besoins des stagiaires, afin de répondre au plus près de leurs attentes.

 

La rentrée de ces stagiaires a eu lieu en octobre 2015. Ces parcours nécessitent une constante adaptation de la part des étudiants, du fait de cette navigation entre les deux promotions en cours. Il permet en même temps une forme de transversalité qui participe pleinement à l’échange et au débat, éléments nécessaires à tout processus formatif. Il restera à en faire le bilan en octobre 2016 et à apporter les éventuels ajustements.

 

l’IRTS de Franche-Comté propose :

 

Passerelle : (CAFERUIS, DESJEPS, DEIS, CAFDESIS).

 

Certificat d’Aptitude aux Fonctions d’Encadrement et de Responsable d’Unité d’Intervention Sociale (CAFERUIS) Dans la continuité des évolutions présentées dans le rapport d’activité l’an passé, à savoir la mutualisation des cours et le développement de la transversalité entre filières de formations supérieures, cette année a concrétisé la restructuration d’une nouvelle maquette CAFERUIS.

 

Cette réorganisation du parcours de formation étalé sur 14 mois (en lieu et place de l’ancien dispositif sur 20 mois) intervient en écho de la refondation du système universitaire LMD et anticipe la restructuration des diplômes de formation supérieure du travail social à venir.

 

L’objectif consiste à ajuster l’offre de formation CAFERUIS dans le cadre plus général de l’harmonisation des cursus d’enseignement universitaires mais aussi et surtout à accroître les mobilités transversales des étudiants et les passerelles verticales entre les différentes offres de formations supérieures dans les politiques publiques en matière sociale (DESJEPS, DEIS, CAFDESIS).

 

Cette restructuration est une des déclinaisons de la mise œuvre de la plateforme commune avec Trajectoire Formation. Elle se traduit ici à travers des actions communes et partagées, elle propose une offre de formation coordonnée et conjointe entre les parcours de formation CAFERUIS/DESJEPS sur une dizaine de journées.

 

Ainsi, au profit de cette programmation, la promotion 15/16 bénéficie de 84 heures d’interventions communes (sur 400 h d’enseignement théorique soit près de 1/5 du parcours dont 63 avec le DESJEPS, 35 avec le DEIS, et 21 avec le CAFDESIS).

 

Cette restructuration du parcours proposé aux étudiants CAFERUIS :

 

- une importante réduction de son amplitude temporelle, - la généralisation des cours mutualisés,

- la diversification et la multiplication des intervenants,

- l’offre de nouveaux formats pour certaines interventions organisées in situ (déplacement à la rencontre de start up, en établissement sociaux et médico-sociaux et à la découverte des institutions européennes), a des conséquences sur les méthodes d’ingénierie pédagogique et le travail de partenariat pour la préparation coordonnée en amont des sessions de formations.

 

Elle a aussi des effets quant à la connaissance des différents acteurs sur le terrain et aux futures collaborations entre professionnels. Il importera, dans les années à venir, d’analyser et d’évaluer de quelle manière, toutes ces modifications et ces changements opérés sur un temps relativement court, impacteront les étudiants dans leurs parcours de formation.

 

L’objectif principal de ce nouveau dispositif de formation est :

 

- de trouver un équilibre dans l’articulation des regroupements et du stage,

- de sécuriser durablement l’accompagnement pédagogique proposé par l’IRTS de Franche-Comté,

- de répondre aux attentes du terrain, et plus particulièrement des employeurs,

- de favoriser la réussite des stagiaires et leur insertion professionnelle .

 

Partenariat

 

l’IRTS de Franche Comté s’appuie, depuis l’année 2015, sur de nombreux partenariats avec différents organismes (MAIF, MGEN, associations, JALMALV, FNARS, RéCiDev, ATD Quart Monde, La ligue de l’enseignement) ou centres de formation, (HEFTS, IRTESS, Trajectoire Formation et Trajectoire Ressource).

 

Le partenariat avec Trajectoire Ressources et Trajectoire Formation a permis de développer le PREFAS sur la région Franche-Comté. Un comité stratégique et un comité de pilotage ont vu le jour permettant de définir une orientation de travail pour 2016-2018 : la désinstitutionnalisation.

 

Ce partenariat facilite des mutualisations pédagogiques entre les différentes formations à l’encadrement, plus particulièrement sur le management avec DESJEPS et CAFERUIS, ou encore sur le travail d’équipe et la notion de projet en y associant DEIS, DESJEPS et CAFDESIS.

 

Virginie GRESSER, Directrice générale de l'IRTS de Franche-Comté

Et Claire Pfauwadel, Directrice Trajectoire Formation

 

Source : http://www.irts-fc.fr/00COM/00TEL/00A/ra2015.pdf

Source : https://www.trajectoire-formation.com/

 

Pétition : signer la pétition pour une réelle revalorisation des diplômes du travail social, cliquer sur  diplômes


20/01/2020


Pour les échecs aux DE de la session 2020, l’organisation d’une session de rattrapage prévu à l’automne 2020.

Une session de rattrapage, organisée à l’automne 2020 pour les DE ASS, EJE, ES et ETS, sera proposée aux étudiants ayant échoué à valider un ou plusieurs domaines de compétences à la session de juin 2020. Du fait d’un calendrier spécifique, une session similaire sera organisée ultérieurement pour les étudiants du DE CESF.

 

diplôme.jpg

 

DE gradés L : info DGCS-DGESIP sur le traitement des échecs aux DE de la session 2020

UNAFORIS - Le 20/12/2019

A toutes fins utiles, nous vous transmettons ci-dessous une information que certains établissements de formation ont reçue de la part de leur DRDJSCS concernant le traitement des échecs aux DE de la session 2020 et l’organisation d’une session de rattrapage à l’automne 2020.

---------------------------

Début du message réexpédié :

 

De : DRDJSCS

 

Objet: informations DGCS et DGESIP concernant DE niveau III (5) session 2020

 

La DGCS et la DGESIP travaillent conjointement pour apporter une réponse aux inquiétudes manifestées par les étudiants en travail social préparant les DE ASS, EJE, ES, ETS et CESF rentrés en formation avant septembre 2018.

 

En cas d’échec à la session 2020, ces étudiants, finissant leur cursus dans le cadre d’une règlementation mise en extinction du fait de la réingénierie de ces diplômes, craignaient de ne pouvoir être diplômés les années suivantes.

 

Le dispositif ci-dessous sera mis en œuvre afin de répondre à ces préoccupations :

 

Une session de rattrapage, organisée à l’automne 2020 pour les DE ASS, EJE, ES et ETS, sera proposée aux étudiants ayant échoué à valider un ou plusieurs domaines de compétences à la session de juin 2020. Du fait d’un calendrier spécifique, une session similaire sera organisée ultérieurement pour les étudiants du DE CESF.

 

A l’issue de cette session de rattrapage, pour les étudiants n’ayant pas réussi, des tables de correspondance entre les anciens et les nouveaux diplômes permettront l’acquisition de certains blocs de compétences dans le cadre des diplômes réingéniés.

 

Un positionnement en 3ème année du diplôme sous son nouveau format sera proposé par la commission pédagogique de l’établissement où les étudiants ont été formés. Ces étudiants n’auront donc qu’une autre année à effectuer.

 

A l’issue de cette année complémentaire de formation, les étudiants auront la possibilité d’acquérir les blocs de compétences manquants afin d’obtenir la délivrance du diplôme, sous son nouveau format. Ainsi n’auront-ils qu’à se présenter aux épreuves correspondant aux blocs de compétences considérés comme non acquis.

 

L’ensemble de ces points fera l’objet d’une traduction réglementaire début 2020 et nous attendons les tables de correspondance..

(…)

 

Source : https://www.unaforis.eu/article/de-grades-l-info-dgcs-dgesip-sur-le-traitement-des-echecs-aux-de-de-la-session-2020-1

 


19/01/2020