Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Audomarois BASE, une association d’insertion au service des demandeurs d'emploi.

TSL vous présente une très belle réussite d'une association d'insertion Installée à Arques qui accompagne les personnes vers l'emploi. Une directrice d'une grande modestie qui privilégie la qualité des relations humaines avec tous ses collaborateurs et les personnes accompagnées. Cette association d'insertion par l'économique est une deuxième famille déclare la directrice. « Notre vocation première, c’est l’aide aux demandeurs d’emploi en difficulté ».

 

La réussite de notre mission c'est avant tout grâce au professionnalisme, aux compétences, au savoir faire, à l'enthousiasme et à la solidarité de l'ensemble du personnel et du CA, je les remercie pour leur dévouement et leur engagement. La bienveillance et la bientraitance est un socle fondamental, nous sommes toujours à l'écoute et dans le respect de la dignité et des valeurs de tous...

 

Nous avons des conseillers en insertion qui mettent en relation les clients du bassin audomarois avec les salariés : c’est BASE qui rémunère. Les contrats vont d’une heure à un temps plein de deux ans. 

 

La directrice, Valérie Saint-Maxent tient a préciser "notre objectif c'est de permettre aux personnes accompagner par notre association de retourner vers l'emploi". 

 

Depuis cette épidémie du Coronavirus, nous respectons les directives du gouvernement, notre priorité dans ce contexte très difficile c'est de préserver la santé de l'ensemble du personnel et de leur famille.

 

Pour TSL il existe encore dans le travail social et fort heureusement des directeurs qui privilégient la qualités des relations humaines et le sens du travail social sans toutefois négliger l'aspect gestionnaire de l'association, qui est très satisfaisant pour cette association d'insertion.

 

Une invitation à découvrir cette association à forte dimension humaine avec des valeurs de Solidarité qui privilégie la qualité au service des demandeurs d'emploi. 

 

Valérie Saint-Maxent fait parti de ces directeurs qui contribuent à valoriser le travail social. Nous souhaitons à cette association une bonne continuation et la  réussite dans toutes leurs actions.

 

Voici donc deux articles très intéressant et bien rédigé du journal La voix du Nord paru en 2017 et en 2019 qui relate parfaitement la mission de l'association Audomarois BASE.

 

Par Patrick Guichard

 

Logo journal la voix du Nord.jpg

 

Journal La voix du Nord - Publié le | 

 

Audomarois BASE, une association d’insertion bénéficiaire

 

MA BOÎTE EST SOLIDAIRE 1/5. Mal connue du grand public, l’économie sociale et solidaire emploie pourtant 4 000 personnes dans l’Audomarois. Entreprises ou associations, elles sont animées par l’utilité sociale, et créent de la valeur. C’est le cas de Bassin audomarois services emploi (BASE), depuis vingt-cinq ans.

 

BASE.jpg

 

1- Son activité

 

Bassin audomarois services emploi (BASE) met en relation des personnes éloignées de l’emploi (chômeurs longue durée, la plupart du temps), avec des clients ayant besoin d’effectuer des tâches diverses : travaux, ménage, gestion des espaces verts, etc. Un encadrant technique les accompagne, la première fois, sur le chantier, pour s’assurer que la personne détient les compétences pour cette tâche.

 

Installés à Arques, des conseillers en insertion mettent en relation les clients du bassin audomarois avec les salariés : c’est BASE qui rémunère. Les contrats vont d’une heure à un temps plein de deux ans : le but « n’est pas de garder les gens », comme le souligne la directrice, Valérie Saint-Maxent, mais de les faire retourner vers l’emploi.

 

2 - Son Histoire

 

Bassin audomarois services emploi (BASE) a vu le jour en 1992, créé par des bénévoles qui voulaient satisfaire le besoin de particuliers qui peinaient à trouver de la main-d’œuvre. Au fur et à mesure, les tâches se sont diversifiées.

 

3 - De quoi vit-elle

 

Les subventions (la direccte*, le conseil départemental) ne représentent que 10 % du chiffre d’affaires de 495 000 euros. « Nous recevons des subventions, car nous embauchons des personnes relevant du RSA (revenu de solidarité active). Lorsqu’elles travaillent chez nous, elles ne perçoivent plus le RSA, mais notre salaire. L’État s’y retrouve », tempère la directrice.

BASE vit principalement des revenus des clients : 22 entreprises, « à la fibre sociale », 18 collectivités, dont le conseil départemental pour des remplacements d’agents d’entretien, et surtout, 423 particuliers. « Depuis mon arrivée, j’ai toujours eu quelque chose », souligne Isabelle Claerebout, qui effectue des heures de ménage depuis juillet.

L’association est bénéficiaire, contrairement à ce qu’on pourrait penser. Les bénéfices sont reversés en formation ou équipements, car dans l’économie sociale et solidaire, personne ne les touche.

 

4 - Son problème principal

 

« Nous avons peu d’entreprises parmi nos clients », regrette Valérie Saint-Maxent. En cause ? La loi veut qu’au-delà de 480 heures en entreprise (soit environ deux mois et demi à temps plein), un salarié doive passer par une entreprise de travail temporaire d’insertion qui prend le relais sur l’association… qui perd donc son client. « Ça fait partie du jeu », relativise-t-elle.

*Direccte : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.

 

Un exemple de sortie positive

 

Lionel Delforge a été salarié de BASE, l’association Bassin audomarois services emploi, pendant un an et demi. Après plusieurs arrêts maladie, cet ex-menuisier dans le bâtiment est licencié. Il peine à retrouver du travail. « Au chômage, on est en dehors du système », considère-t-il. Son beau-frère lui conseille l’association, grâce à laquelle il se réinsert.

 

Un regain de confiance en soi

 

« Grâce à BASE, qui nous soutient aussi psychologiquement, on se met dans une dynamique positive. J’ai regagné confiance et déposé un CV, par hasard, à la mairie d’Arques ».

En à peine deux semaines, lui et sa femme sont embauchés comme gérants du camping municipal. Elle qui avait des compétences de gestion comptable et lui, bricoleur. Ils s’y sont installés le 20 mars 2017. « On a osé », raconte-t-il. Merci BASE.

 

En chiffres

 

130 personnes en insertion sont passées par BASE en 2016

6 employés permanents (2 secrétaires, 1 accompagnatrice sociale également comptable, 1 encadrant technique, 1 agent d’entretien, 1 directrice)

48 sorties positives (CDI, CDD, formations, etc)

29 193 heures travaillées

495 000 euros de chiffre d’affaires

13 569 euros de bénéfices

Ces chiffres sont ceux de l’année 2016, mais ils sont sensiblement les mêmes en 2017.

 

Justine Cantrel

 

Source : https://www.lavoixdunord.fr/613905/article/2019-07-16/base-l-association-dediee-aux-demandeurs-d-emploi-demenage 

 

 

Deuxième article du journal la voix du Nord publié le 16/07/2019 - E. B. (Clp) | 

 

 

Logo journal la voix du Nord.jpg

 

A Arques, Base, l'association d'insertion dédié aux demandeurs d'emploi, a déménager

 

BASE 1.jpg

 

À sa création en 1992, l’association BASE, pour Bassin audomarois services emplois, s’est implantée à Blendecques, avant de déménager une première fois à Arques, rue Emile-Zola. À l’étroit, elle vient de s’installer au 23 bis, rue Marcel-Delaplace.

 

Dans ses nouveaux locaux de la rue Delaplace, à Arques, BASE, pour Bassin audomarois services emplois, a gagné en espace. Créée en 1992, l’association était implantée à Blendecques – elle s’appelait d’ailleurs Blendecques association services emplois –, avant de déménager une première fois à Arques, fin 2013. Plusieurs recrutements et le manque de place pour accueillir les demandeurs d’emploi ont rapidement posé problème. Rue Delaplace, les lieux, plus grands, permettent un meilleur accueil lors des réunions collectives. Ils sont également mieux placés et l’association en est devenue propriétaire.

 

« Notre vocation première, c’est l’aide aux demandeurs d’emploi en difficulté »

 

 

BASE accueille et accompagne les publics en difficulté dans leurs recherches d’insertion ou de réinsertion. « Notre vocation première, c’est l’aide aux demandeurs d’emploi en difficulté. Nous les aidons à mettre ou remettre le pied à l’étrier via des petites missions », affirme Valérie Saint-Maxent, la directrice.

Des clients divers

Destinée à tous types d’utilisateurs (entreprise, association, collectivité, particulier), l’organisation intervient dans un rayon de 25 kilomètres autour de Saint-Omer sur des chantiers divers, peinture, tapisserie, entretien, jardinage, déménagements, manutention…

 

En 2018, 107 personnes ont travaillé pour BASE (dont 52  bénéficiaires du RSA et 17 personnes issues des quartiers prioritaires de la ville) et 25 000 heures ont été réalisées.

 

BASE, 23 bis, rue Marcel-Delaplace à Arques, du lundi au vendredi de 8 h 30 à 12 h et de 13 h 30 à 17 h (sauf le mercredi après-midi). Tél. 03 21 38 30 20 ou 07 72 45 46 55  ; mail : base.arques@orange.fr 

Page Facebook www.facebook.com/Base62arques/

 

Source : https://www.lavoixdunord.fr/613905/article/2019-07-16/base-l-association-dediee-aux-demandeurs-d-emploi-demenage

 

 

 

 



20/04/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2984 autres membres