Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Code de déontologie pour les éducateurs, fantasme ou réalité ?

 

Code de déontologie pour les éducateurs... fantasme ou réalité ?

 

 

Le saviez vous ? Comme les assistantes sociales les éducateurs ont aussi un code de déonthologie. Malheureusement, comme pour celui des assistantes sociales, il n'a aucune valeur légal.

 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir !


 

Code de déontologie : principes généraux

Art 1. L’éducateur spécialisé contribue à assurer les missions d'intérêt général et d'utilité sociale conformément aux textes réglementaires. Son champ d’intervention est étendu à un public très disparate et confronté à des problématiques complexes : violences, maltraitances, délinquances, handicaps, déficiences, difficultés d’insertions, maladies chroniques, addictions, pauvretés, difficultés économiques, exclusions…

Art 2. L’éducateur spécialisé est au service des personnes en toutes circonstances. Il remplit ses missions dans le stricte respect des principes de moralité, d’humilité et d’abnégation indispensables à l’exercice de la profession.

Art 3. L’éducateur spécialisé est respectueux des droits fondamentaux des personnes, notamment en ce qui concerne leur dignité, leur vie privée, leur intégrité, leur sécurité, leur liberté et leur non-discrimination.

Art 4. L'éducateur spécialisé intervient de façon inconditionnelle auprès des personnes sans préjuger de ce qui va advenir. Il les écoute les aide et les conseille avec la même détermination, quelque soit leur difficulté, leur origine, leur handicap, leur état de santé, ce qu’elles représentent ou les sentiments éprouvés à leurs égard.

Art 5. L’éducateur spécialisé intervient auprès des personnes avec le plus grand tact et en leur consacrant le temps nécessaire. Il établit une relation de confiance dans le cadre d’une intervention professionnelle. Sa probité lui impose, le respect des règles déontologiques et éthiques du présent code, honnêteté et loyauté vis-à-vis des engagements souscrits.

Art 6. L'éducateur spécialisé met en œuvre les moyens les plus adéquats avec prudence et précaution pour protéger les personnes dont il sait l’intégrité menacée par tout acte de maltraitance, de violence, de négligence, de vexation et de privation, commis à leurs endroits.

Art 7. L’éducateur spécialisé met en œuvre toutes les mesures appropriées et crée des dispositifs médiateurs pour lutter contre tout ce qui menace le processus d'autonomisation des personnes, tant sur le plan individuel, familial, collectif, qu'institutionnel.

Art 8. L’éducateur spécialisé doit aux personnes auprès desquelles il intervient, qu’il conseille ou qu’il aide une information claire sur les étapes de la prise en charge, les objectifs, les moyens, la temporalité et les risques encourus, au regard du projet socio-éducatif proposé. Cette information doit être appropriée à l’âge, à la situation et aux éventuels handicaps de la personne. L’éducateur spécialisé veille à ce que ses explications soient comprises en tenant compte des opportunités, des inconvénients et des conséquences possibles de ce projet.

Art 9. L’éducateur spécialisé est particulièrement attentif au respect de l’intérêt supérieur de l’enfant. Il est son défenseur lorsqu’il estime que sa santé, sa moralité et les conditions de son éducation lui semblent compromises.

Art 10. L’éducateur spécialisé, sans renoncer à sa détermination, à son devoir et à ses missions, limite son intervention au périmètre de ce qui est nécessaire à la qualité, à la sureté et à l’efficience de celle-ci.

Art 11. L’éducateur spécialisé ne peut intervenir sans raison professionnelle dans les affaires de famille ni dans la vie privée des personnes.

Art 12. L’éducateur spécialisé recherche le consentement de la personne à son intervention. Il veille à ce que ce consentement soit libre et éclairé c'est-à-dire, donné par la personne ou son représentant légal sans avoir été trompé, sans contrainte ou pression de quelque nature que ce soit et précédé par une information précise, lui permettant de prendre une décision par elle-même et pour elle-même en pleine connaissance de cause. L’éducateur spécialisé respecte le refus des personnes et les informent des éventuelles conséquences de ce refus.

Art 13. L’éducateur spécialisé informe les personnes concernées par son action des possibilités, des limites de ses interventions, de leurs conséquences et des recours possibles.

Art 14. L’éducateur spécialisé réunit dans le cadre de son intervention les conditions qui garantissent à la personne le droit de consulter un autre professionnel compétent à l'interne ou à l'externe de l’établissement si tel est son choix.

Art 15. L’éducateur spécialisé inscrit son intervention dans un processus qui présume l’autonomie des personnes en tant que finalité, c'est-à-dire non comme l’accès à un état qui s’obtient à l’issue d’une action précise, mais comme un absolu qui court tout au long de l’existence.

Art 16. L'éducateur spécialisé ne peut se prévaloir de sa fonction et de son statut pour fragiliser la résistance des personnes à toutes influences éducatives, à toutes conduites ou perspectives de changements, à toutes logiques différentes de la sienne ou différentes de l'établissement.

Art 17. L’éducateur spécialisé s’interdit de faire courir au personnes un risque injustifié dans le cadre de ses interventions

Art 18. L'éducateur spécialisé poursuit toute action qu'il commence dans la limite de son intervention. Il est garant du principe de continuité de la prise en charge, ce afin d’éviter toute rupture dont les conséquences pourraient être regrettables pour les personnes.
En ce sens, il répond aussi longtemps que l'exige la situation, quelles que soient les difficultés et l'aboutissement de ses démarches. Il ne peut obliger la personne à recevoir son aide lorsque celle-ci ne s'avère plus nécessaire..

Art 19. L'éducateur spécialisé a pour obligation de limiter son action à des relations strictement professionnelles. En ce sens, l’éducateur spécialisé n'use de sa fonction à des fins personnelles, de propagande, de publicité ou d'avantages de quelques natures.
Que ce soit en nature ou en espèce, l'éducateur spécialisé a pour obligation de refuser toute rémunération ou forme de rémunération provenant des personnes pour lesquelles il intervient.

Art 20. L'éducateur spécialisé reste attentif à tout projets ou toutes modifications de ses conditions de travail qui pourraient compromettre la qualité de ses interventions. En ce sens il ne peut exercer sa profession lorsque ces conditions ou leurs conséquences portent atteintes aux règles de ce présent code.

Art 21. L’éducateur spécialisé ne peut céder son indépendance, sa conscience et son intégrité professionnelle sous quelque forme que ce soit même lorsqu’il est sous contrat.

 




20/08/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2632 autres membres