Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Conseiller du travail

Diplôme de Conseiller du travail :

 

mention travail social et ressource humaine

 

A L'ETSUP  Paris et le CNAM

 

 

 

Le monde des entreprises comme celui du travail social affrontent depuis 25 ans les effets d’une société en crise marquée par le chômage, l’écart croissant des inégalités, la fragilisation des statuts sociaux et des itiné-raires personnels et professionnels plus erratiques, symptômes les plus visibles de la nouvelle question sociale. Dans ce cadre, on a vu l’organisation du travail, les straté-gies des ressources humaines et le travail social se transformer. Les rapports entre ces espaces de pratiques ont changé et les points de vue se sont diversifiés.

 

Dans ce contexte, le travail social en entre-prise peut et doit apporter sa spécificité dont l’éthique profes-sionnelle en constitue l’épine dorsale. Cependant, la nouvelle donne économique (globalisation, concurrence accrue, nouveau système productif,…) mais aussi les effets du processus d’intégration européenne lui imposent de repenser ses missions et ses compétences. A ce titre, les « conseillers du travail », dont il est proposé ici un projet de formation, vont être amenés à occuper une place de plus en plus importante en entreprise. L’un des enjeux de ce diplôme est de former des per-sonnes outillées théoriquement et pratique-ment sur le plan des Sciences du travail. Pour agir, elles ont besoin de savoir traduire les questions sociales du travail en des termes qui ne se réduisent pas à des problèmes réputés strictement individuels.

 

Actuellement, 5.000 entreprises ont recours, en France, à un service social du travail. Plus de 3.500 assistants sociaux et conseillers du travail y exercent.
Le service social du travail est tenu par des professionnels qui ont tous une formation initiale d’assistant de service social (DEASS). Toutefois cette formation ne pré-pare pas spécifiquement à un exercice en entreprise. Il n’en reste pas moins que les questions de travail ne leur sont pas mé-connues. Une enquête récente montre que 72,3 % des assistants sociaux du travail ont suivi des formations complémentaires, soit dans le cadre d’un cursus généraliste (économie, sociologie, AES, droit du travail, DSTS...) soit d’une formation spécialisée comme celle de conseiller du travail.

 

Aujourd’hui, la législation exige que les cadres des services sociaux du travail soient titulaires du diplôme de conseiller du travail (art D4632-4 du Code du travail). Le besoin de formation est donc à la fois fort, réel et exigé de droit.
Concevant son rôle comme étant à la jonction de l’économique et du social, le conseiller du travail doit pouvoir intégrer des connaissances plus larges que celles qui lui ont été dispensées et en prise directe avec les mutations contemporaines. Cela doit lui permettre une compréhension et une analy-se du travail qu’il saura mettre en lien avec les enjeux d’un système social plus global.

 

Un contexte en mouvement
La formation est construite autour de quatre compétences
repérées pour le titre de Conseiller du travail :

 

Aide à la résolution de problèmes auprès des organisations et de leurs acteurs apporter aide et conseils en matière de gestion du personnel, aider à l’organisation du travail.
Communication, interface et médiation avec les partenaires internes et externes faciliter la communication interpersonnelle, contribuer à l’innovation.
Expertise, aide à la décision repérer et nommer, par l’observation sociale, les caractéristiques des (dys)fonctionnements individuels et organisationnels, savoir formuler un diagnostic qui rende compte de la complexité des situations et des enjeux entre les acteurs.
Conduite de projets, accompagnement des changements analyser ou faire analyser le contexte, élaborer des projets ou participer à l’élaboration d’un dispositif et accompagner sa mise en oeuvre, mener, avec les autres acteurs concernés, des actions collectives de prévention en matière de santé au travail, favoriser et développer les processus d’évaluation.


Un référentiel de compétences
La formation est organisée sur 18 mois (trois semestres). Elle
comprend 630 heures de cours et 8 semaines de stage. Elle est construite en partenariat avec la chaire de Sciences du travail et de la société, du CNAM.

Elle permet de valider conjointement le titre de Conseiller du travail et le Master 1 Sciences du travail et de la société - gestion des ressources humaines et sociologie - sans heure ajoutée.


La formation
Les enseignements sont regroupés sur une plage d’une semaine par mois. Ils sont dispensés par des enseignants de l’ETSUP et du CNAM ainsi que par des professionnels du monde de l’entre-prise. La formation se décline en trois grands axes : des approches pluridisciplinaires autour d’un objet de travail comme : les sciences politi-ques, de gestion, la sociologie, l’économie, le droit, l’ergonomie et la psychologie du tra-vail, mais aussi des approches sur des thématiques qui intéressent particulièrement la profes-sion comme : la question de l’emploi, de la santé, de la sécurité, de l’information, de la gestion des ressources humaines, et enfin, la formation propose aussi des espaces d’analyse et de réflexion sur le position-nement professionnel et l’apprentissage de la méthodologie de recherche, d’étude et de projet.
A cette formation théorique de 630 h s’ajoute un stage d’une durée de 8 semaines qui s’adresse aux étudiants n’ayant jamais exercé en entreprise.

 

CONDITIONS D’ENTREE EN FORMATION
être titulaire d'un diplôme au moins de niveau III, délivré par l'Etat et visé à l'article L451-1 du code de l'action sociale et des familles et justifier de trois ans d'expérience professionnelle dans le domaine de l'intervention sociale ; être titulaire d'un diplôme du secteur paramédical délivré par l'Etat, homologué ou enregistré au ré-pertoire national des certifications professionnelles à un niveau au moins égal au niveau III et justifier de cinq ans d'expérience professionnelle dans le domaine de l'intervention sociale ; être titulaire d'un diplôme national ou diplôme d'Etat ou diplôme visé par le ministre chargé de l'ensei-gnement supérieur sanctionnant un niveau de for-mation correspondant au moins à trois ans d'études supérieures ou d'un diplôme, certificat ou titre ho-mologué ou enregistré au répertoire national des certifications professionnelles à un niveau au moins égal au niveau II et justifier de trois ans d'expérien-ce professionnelle dans le domaine de l'intervention sociale.

 

EPREUVE D’ADMISSION
Une épreuve d’admission est prévue avant toute entrée en formation. Elle se compose, après lecture du dossier adressé au secrétariat de la formation, d’un entretien de 45 minutes avec un responsable et un formateur de l’ETSUP.

 

Diplôme de conseiller du travail accessible par la VAE.

 

Si vous souhaitez plus d'information sur cette profession et l'ETSUP, cliquez içi



11/01/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3066 autres membres