Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Coup de poing et menace avec couteau sur son éducateur, il écope de 5 mois de prison !

Cinq mois de prison pour une agression physique et menace de mort sur son éducateur !

 

 

Un homme de 60 ans a été interpellé ce mardi 09 octobre, à 20h, par les services de police de Charleville. Le motif : il proférait des menaces de mort à l'encontre de son éducateur.

 

Le sexagénaire était ivre à l'heure du repas, au foyer Voltaire, à Charleville, ce mardi soir.  Il n'a pas du tout apprécié que son éducateur spécialisé lui demande de se tenir tranquille. Il lui a répliqué : " Demain je vais te crever, viens que je te plante." Le foyer contacte immédiatement la police qui interpelle l'individu. Il a été jugé en comparution immédiate ce jeudi 11 octobre. Il a été condamné à  5 mois de prison avec mandat de dépôt à la prison de Chalon-en-Champagne.

 

Attention, cela peut vous arriver, le métier de travailleur social est un métier à risque. Nous continuons sur la série d'agression qui frappe chaque jour en France les travailleurs sociaux, mais dont on ne parle presque jamais...

 

Les TSL sont là pour faire éveiller les consciences sur la pénibilité de nos professions, et pour que ces valeureux travailleurs sociaux meurtris ne soit pas oubliés.

 

Bientôt les éducateurs devront travailler en portant des armures pour se protéger des agressions physiques. L'armure remplace la prime de risque. L'achat d'unee armure reste à la charge de l'éducateur...

 

Voici l'article

 

Charleville : il menace de mort un éducateur

 

Journal L'UNION L'ARDENNAIS - Publié le vendredi 12 octobre 2012 à 09H36

 

Mardi soir, au foyer Voltaire de Charleville-Mézières, là où ceux dont les vies se sont rétrécies peuvent souffler. A l'heure du repas, Yves, 60 ans, arrive, parfaitement ivre après, selon sa propre estimation, « une dizaine de bières ». Un éducateur spécialisé lui demande de se tenir mieux.

 

Réplique bouillante : « Demain, je vais te crever […] Viens que je te plante ! » L'éducateur spécialisé prend un coup de poing. Yves sort un couteau - « encore plié », précise-t-il - devant une éducatrice du foyer. Et les policiers arrivent.

 

Dans son box, Yves, jugé hier en comparution immédiate et qui résidait depuis un mois au foyer Voltaire, a la silhouette cabossée par des années d'errance et de misère. « J'avais attendu deux heures pour récupérer 20 euros, justifie-t-il. J'étais pas content, je me suis emporté mais c'était des paroles en l'air. L'alcool ? Quand je bois, je suis méchant. Je veux refaire une cure. »

 

Son interpellation permet en outre aux policiers de se rendre compte qu'Yves, inscrit au fichier national des délinquants sexuels depuis 2002 et une relation sous la contrainte, a récemment omis de justifier d'une adresse fixe.

 

« Dérapage »

Handicapé à une jambe, incapable de souffler dans un éthylotest à cause d'un problème de santé, décrit comme « très isolé socialement » et « n'ayant plus trop la notion du temps », Yves, spectateur de sa propre vie, semble en bout de course. Avec dignité, le jeune éducateur menacé de mort se constitue partie civile mais ne demande aucun dédommagement.

 

La substitut du procureur requiert dix mois de prison - dont cinq avec sursis - et mandat de dépôt. L'avocate d'Yves demande la « clémence » du tribunal pour ce « dérapage ». À l'issue d'un bref délibéré, le président déclare coupable le natif de Béthune et le condamne à cinq mois de prison avec mandat de dépôt à la maison d'arrêt de Châlons-en-Champagne.

 

M.L.


Source :

http://www.lunion.presse.fr/article/ardennes/charleville-il-menace-de-mort-un-educateur

 



30/10/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2532 autres membres