Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

CSFPT : Communiqué de presse filière animation

13 propositions ont été formulées visant à améliorer les conditions de déroulement de carrière, de recrutement, de qualification et d’emploi :

 

CSFPT.jpg

 

 

Rapport filière animation

 

Vote à l'unanimité du rapport sur la filière animation lors de la plénière du 18 mai 2016

 

La séance plénière du 18 mai 2016  a été l’occasion de l’examen et du vote – à l’unanimité – d’un projet de rapport relatif à la filière animation. Il s’agit là d’un travail en autosaisine effectué, à la demande du bureau du CSFPT, par la formation spécialisée n°3 – présidée par Jésus DE CARLOS (CGT).

Si les métiers de l’animation professionnelle tendent à se structurer et si de nouvelles missions se développent prouvant le dynamisme de la filière animation dans la FPT, il n’en demeure pas moins que cette filière est traversée par des problématiques importantes : conditions statutaires peu attractives ; cadre professionnel des animateurs fragile, parce qu'il est incomplet, au regard d'autres professions ; forte précarité des conditions d’emplois des animateurs dans une filière, par ailleurs, fortement féminisée et absence d’un espace de capitalisation des expériences accentuent la complexité pour obtenir la légitime reconnaissance des qualifications professionnelles et des métiers de l’animation.

 

13 propositions ont été formulées visant à améliorer les conditions de déroulement de carrière, de recrutement, de qualification et d’emploi :

 

 

LES 13 PROPOSITIONS DU RAPPORT «  FILIERE ANIMATION »

 

 

  1. Faire une étude plus complète sur la nature des emplois occupés, déterminer pourquoi on trouve autant d’agents en échelle 3 et quelle est la proportion réelle des «faisant fonctions».
  2. Calculer les quotas par filière, ce qui permettrait aux filières autres que la filière administrative au moins une promotion interne vers le grade d’attaché tous les 4 ans et ne pénaliserait pas les rédacteurs.
  3. Prévoir réglementairement l’exercice exclusif de la fonction d’encadrement par un agent de catégorie B pour les emplois permanents à temps complet.
  4. Instaurer un temps de travail minimum à 17h30 afin de permettre une intégration dans le cadre d’emplois des adjoints d’animation.
  5. Prévoir un cadre réglementaire qui doit rendre obligatoire l’obtention des diplômes professionnels de l’animation socioculturelle (BAPAAT, BPJEPS, DEPJEPS, DESJEPS) pour professionnaliser l’action éducative notamment dans le cadre des Accueils Collectifs de Mineurs (ACM).
  6. Déterminer des mesures incitatives dans le cadre des plans de formation pour garantir la formation des animateurs.
  7. Réduire le nombre de grades dans le cadre d’emplois des adjoints d’animation afin d’obtenir un réel déroulement de carrière.
  8. Prévoir une formation au premier grade dans le parcours professionnel pour le passage du concours.
  9. Réinterroger les missions du cadre d’emplois d’adjoint d’animation au regard des évolutions.
  10. Améliorer les conditions d’avancement pour être nommé au choix au grade d’adjoint territorial d’animation de 1ère classe.
  11. Créer les conditions statutaires favorisant le reclassement dans un autre emploi.
  12. Créer un cadre d’emplois de catégorie A spécifique à la filière animation afin de finaliser le déroulement de carrière des agents, avec les mêmes conditions statutaires, indiciaires et indemnitaires que celles de la filière administrative.
  13. Reconnaître un temps de préparation réglementairement prévu comme temps de travail.

Source : https://www.csfpt.org/rapports-publications/rapport-filiere-animation



27/07/2018

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2532 autres membres