Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

CSFPT : Niveau des diplômes des travailleurs sociaux évalués à Bac+4

Interview CSFPT : Toujours pas de catégorie A pour les travailleurs sociaux

 

Le 16 novembre 2012 à 14h47 :  Interview de Martial Meurice-Ternus, Responsable presse au Conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT) par Patrick Guichard, collectif "Travailleurs Sociaux Libres"

 

 Cliquez sur la photo pour l'agrandir


 

Patrick Guichard a contacté le service de presse du CSFPT afin d'avoir des précisions concernant le décret prévoyant l'intégration des travailleurs sociaux dans le nouvel espace statutaire (NES) actuellement en cours d'étude   

 

Selon le responsable presse, Martial Meurice-Ternus, le CSFPT s'est bien réuni le 14 novembre 2012, déclarant que le projet de décret de la filière médico-sociale que le gouvernement voudrait imposer aux travailleurs sociaux (assistante sociale, éducatrice spécialisée, animatrice DEFA, conseillère en économie sociale et familiale, éducatrice de jeunes enfants, éducatrice technique spécialisée), n'était pas à l'ordre du jour.

 

Il n'y a donc eu ni débat ni négociation sur ce dossier.

Il est probable que la filière médico-sociale soit à l'ordre du jour de la prochaine réunion du CSFPT, prévu le 20 décembre 2012.

 

Ainsi, tous les membres du CSFPT sont bien informés des revendications des travailleurs sociaux sur la question du passage en catégorie A et de la demande d'homologation de leurs diplômes d'Etat au niveau II du Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

 

M. Meurice-Ternus estime que c'est une revendication légitime et de longue date (40 ans), que ces professionnels éducatifs et sociaux réclament au gouvernement. 

 

Il explique que les travailleurs sociaux rencontrent les mêmes difficultés que les masseurs kinésithérapeutes et les orthophonistes concernant le niveau du diplôme qui ne correspond pas à leur valeur réelle.

 

Ainsi les diplômés Masseurs-kinésithérapeute et Ortophonistes ont toute légitimité à revendiquer le grade Master 2, bien qu'ils n'aient obtenus du gouvernement que le grade Master1 (bac+4). Alors que, leur diplôme d'Etat est évalué à bac+5 par les représentants de ces professions et d'autres instances. Ces diplômes d'Etat s'obtiennent après trois années d'études post bac.

 

Les travailleurs sociaux rencontrent également, des difficultés similaires de sous-évaluation de leur niveau de formation. Classés statutairement en catégorie B (niveau bac) dans la fonction publique avec un diplôme reconnu à bac+2, au lieu d'un niveau master1 (bac+4).

 

D'autre part, M Meurice-Ternus considère légitime que les travailleurs sociaux revendiquent leur passage en catégorie A, puisque l'accès à la catégorie A démarre au niveau licence. Or trois années d'études post-baccalauréat, équivalent à minima au grade de la Licence.

 

IL nous apprend que le gouvernement par l'intermédiaire des ministres, Mme Lebranchu Ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique, et Mme Touraine ministre des affaires sociales et de la santé doivent se concerter et aborder ce dossier avec les syndicats, lors des rencontres de l'agenda social dans la thématique "parcours professionnels" à l'automne 2012. Les syndicats espèrent convaincre les ministres concernés de revenir sur leurs décisions de vouloir intégrer les professionnels éducatifs et sociaux dans le NES en catégorie B, et défendre les revendications légitimes du passage en catégorie A.

 

Toujours selon Martial Meurice-Ternus, l'ensemble des syndicats sont solidaires sur le dossier des revendications des travailleurs sociaux. Ils se sont systématiquement opposés à la volonté du CSFPT de vouloir intégrer ces professionnels sociaux dans le NES en catégorie B, revendiquant à chaque fois la catégorie A.

 

Les TSL remercient Martial Meurice- Ternus d'avoir accordé cette interview à l'un de nos membres.

 

CSFPT : propos recueilli par Patrick Guichard avec l'accord de Martial Meurice-Ternus, le 16 novembre 2012

 

Rappel Info travail social - Source Localtis Info : 

"Les personnels des catégories B et A de la filière sociale de la fonction publique territoriale vont connaître une évolution de leur carrière dès les prochains mois. Deux étapes importantes viennent d'être franchies, avec la publication le 30 septembre dernier des textes réformant la carrière des personnels sociaux de l'Etat et, le 3 octobre 2012, avec l'examen du projet de réforme par le conseil supérieur de la fonction publique territoriale (CSFPT). Contrairement aux revendications  des travailleurs sociaux exprimées de manière unanime par les organisations syndicales depuis deux ans, le gouvernement n'a pas accordé aux travailleurs sociaux de la catégorie B la reconnaissance en catégorie A, alors même que ces personnels ont un diplôme équivalent à minima à trois années d'études après le bac. Bercy et le ministère de la Fonction publique ont récemment rendu leurs arbitrages : dans le contexte budgétaire actuel, les personnels sociaux ne peuvent pas intégrer la catégorie A. Rien d'étonnant à ce que l'ensemble des syndicats siégeant au CSFPT aient voté, ce 3 octobre 2012, contre les projets de textes maintenant ces agents en catégorie B."

 

Afin d'obtenir le droit au passage en catégorie A et le statut cadre pour le privé ainsi que la reconnaissance de leurs diplômes d'Etat au niveau II au RNCP, pourquoi les travailleurs sociaux ne prennent-ils pas exemple sur le combat des orthophonistes et des kinésithérapeutes ?


Les étudiants orthophonistes et kinésithérapeutes obtiennent une reconnaissance du grade universitaire à Master 1(bac+4)

 

Educ Pro.fr: au service des professionnels de l'enseignement supérieur - Publié le 28.10.2011 mis à jour le 14.09.2012. 

 

Surprise ! Vendredi 28 octobre 2011, des représentants des orthophonistes et des masseurs-kinésithérapeutes ont été reçus, de façon inattendue, par le ministère de la Santé. Celui-ci leur a annoncé que le certificat de capacité en orthophonie et le diplôme d’État de masso-kinésithérapie ont été reconnus à bac+4 (master 1). Mais les diplômés auront la possibilité de poursuivre en Master2 pour se spécialiser.

Petit plus pour les kinés : leur formation en 3 ans devra été précédée obligatoirement d’une première année de « préparation et de sélection à l’université », donc d’une PACES (1re année commune des études de santé), le plus souvent, d’une L1 STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), sciences de la vie etc. Cette première année était déjà obligatoire dans deux tiers des instituts de formation. Elle sera généralisée d’ici 5 ans aux autres (une douzaine environ).

Les kinés contents, les orthos déçus

Les étudiants kinés sont donc « pleinement satisfaits ». « Il nous reste à effectuer un gros travail sur le lien avec l’université et la réingénierie », a déclaré Julien Grouès, président de la FNEK (Fédération nationale des étudiants en kinésithérapie). Celle-ci va par ailleurs publier une grosse enquête sur le coût des études dans une dizaine de jours.

De  leur côté, les orthophonistes sont moins enthousiastes. « Les étudiants voulaient un grade de master2 (bac+5), le passage de nos études en 5 ans au lieu de 4 mais aussi la création d’un concours commun », regrette Albane Peaudecerf, présidente de la FNEO (Fédération nationale des étudiants en orthophonie). Pour obtenir gain de cause, ils s’étaient mobilisés durant tout le mois d’octobre 2011 : interpellation du ministre du Travail Xavier Bertrand à une conférence sur le G20 social, déploiement d'une banderole lors d’un match de l'OM au stade Vélodrome, Haka sur la place du Capitole à Toulouse, manifestations à Paris… Vendredi soir, Albane Peaudecerf l’annonçait : "On continue le mouvement".  


 Source : http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/les-etudiants-orthophonistes-et-kines-obtiennent-une-reconnaissance-niveau-m1.html

 

Les étudiants orthophonistes et kinés obtiennent une reconnaissance de niveau M1, mais très en colère ils revendiquent de nouveau le grade master2 à l'université


La Fédération des étudiants en kinésithérapie (FNEK) appelait à une manifestation nationale ce 6 novembre 2012 à Paris. Les étudiants sont partis de la gare Montparnasse pour se rendre jusqu'au Ministère de la santé. Parmi leurs principales revendications, une intégration universitaire entière et la reconnaissance du diplôme d'Etat à un grade master 2 (bac+5).

 

Source : http://www.citizenside.com/fr/photos/politique/2012-11-06/70667/paris-les-etudiants-kine-reclament-le-master-a-l-universite.html#f=0/602948

 Orthophonistes en colère : pour une revalorisation de notre formation

Le 31 Mars 2011, le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MSER) avait reconnu le grade master (soit bac+5) comme niveau de sortie des études d’orthophonie.

Mais le 28 octobre 2011, le ministère de la Santé et le MSER (opérant un revirement inattendu) ont proposé deux niveaux de sortie pour le diplôme d’orthophoniste : master 1 (bac +4) pour des "orthophonistes  généralistes" et un éventuel accès limité au niveau master 2 (bac +5) pour une nouvelle profession "d’orthophonistes-praticiens".

Depuis, les orthophonistes ne décolèrent pas et cherchent à faire entendre par tous les moyens à leurs ministres de tutelle (...).

 

Source : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/228882-orthophonistes-en-colere-pour-une-revalorisation-de-notre-formation.html

 

Et les travailleurs sociaux que font-ils ?


On ne les entend pas beaucoup en comparaison des kinésithérapeutes et des orthophonistes, qui ont obtenu en 2012 du Président de la République, François Hollande et de son gouvernement, le grade Master1 (bac+4). Ils ne lâchent RIEN et continuent de se battre pour que leurs diplômes soient reconnus au grade Master2 (Bac+5). Ils développent différentes actions (grèves, mobilisations, presse, réseaux sociaux, lettres aux élus, squat des permanences...).

 

Les orthophonistes sont recensés à 19 000 en France et les kinésithérapeutes sont au nombre de 52959 en France soit un total de 78959 pour ces deux corps professionnels.

 

Les travailleurs sociaux diplômés d'Etat cités plus haut sont au nombre de 1 million. Ils effectuent une formation de trois années d'étude très intensives post-baccalauréat, supérieur en nombre d'heures à la formation des kinésithérapeutes et des orthophonistes, qui eux, revendiquent le grade Master2, alors que les travailleurs sociaux revendiquent le niveau bac+3, quelle ironie...

 

Mais que faut-il faire pour que les revendications des travailleurs sociaux passent au journal du 20h et dans tous les médias ?

 

 

 

 

 



16/11/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2395 autres membres