Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Dans le Finistère, une ancienne directrice d'hôpital jugée pour harcèlement moral

L'ancienne directrice du centre hospitalier de Lanmeur (Finistère) comparaît en correctionnelle ce jeudi devant le tribunal de Brest. Neuf agents accusent Françoise Le Bot de harcèlement moral. Malgré de nombreuses alertes, il aura fallu dix ans pour que la souffrance des victimes soit entendue.

 

En attendant, la prévenue poursuit sa carrière tranquillement à Noyal-Pontivy (Morbihan), au sein du Centre hospitalier du Centre-Bretagne.

 

TSL apporte son entier soutien à toute l'équipe du centre hospitalier de Lanmeur.

 

France bleu article publié le Jeudi 21 octobre 2021

 

Françoise Le Bot encourt 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende.

Françoise Le Bot encourt 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende. Radio France - Nicolas Olivier

 

Une aide-soignante, une médecin, une pharmacienne, une secrétaire de direction et plusieurs cadres ou anciens cadres de l'hôpital de Lanmeur dans le nord Finistère vont défiler jeudi devant la chambre correctionnelle du Tribunal judiciaire de Brest. Sept femmes et deux hommes qui raconteront les années de cauchemar vécues sous la direction de Françoise Le Bot, 62 ans, jugée pour harcèlement moral.

Management par la peur

"Cela a commencé quasiment dès son arrivée en 2008, se souvient Andrée Lachuer, responsable des soins à l'époque. C'était plus que de la malveillance, un management par la peur, par la manipulation des gens. On avait plus à gagner à être un agent et à lui rapporter des faits qu'à être cadre et avoir un dialogue constructif avec elle." Les victimes décrivent les brimades, le dénigrement, les pressions insidieuses, les injonctions ingérables destinées à dresser les collaborateurs les uns contre les autres, ou encore les mises au placard. Exclue pendant deux ans sans salaire, sur la base de faux témoignages assure-t-elle, Andrée avoue avoir été "détruite moralement et financièrement."

 

ECOUTEZ le témoignage d'Andrée Lachuer, l'une des plaignantes 

Angoisse permanente

Pour Sébastien Capdevielle, l'ancien responsable des finances, les quatre années passées sous les ordres de Françoise Le Bot ont eu de lourdes conséquences physiques et psychologiques : "j'étais devenu angoissé, extrêmement nerveux, j'ai perdu le sommeil, j'avais des migraines horribles, et la boule au ventre pour aller travailler. Et c'était l'angoisse permanente dès qu'elle débarquait dans mon bureau." Il finira par démissionner et entamer une psychothérapie.

Au cours de l'enquête, les gendarmes de la compagnie de Plourin-lès-Morlaix ont entendu une vingtaine d'agents. Neuf plaintes ont finalement été retenues par le parquet de Brest, d'autres faits étant prescrits. Le CHSCT de l'établissement et le syndicat CFDT Santé Sociaux 29 se sont aussi portés partie civile. Il faudra attendre plusieurs semaines après l'ordonnance de renvoi devant le tribunal pour que la directrice du centre hospitalier de Lanmeur soit suspendue de ses fonctions à titre conservatoire, en décembre 2020. 

Des alertes longtemps ignorées

Décorée des insignes de chevalier de la Légion d'honneur en 2015, Françoise Le Bot faisait l'unanimité à l'extérieur de l'établissement. Louée pour son travail de restructuration de l'hôpital, la directrice avait pourtant été dénoncée dès 2010 par plusieurs de ses subordonnés. Mais ni ces signalements, ni l'important turn-over ou les arrêts maladie à répétition n'ont semblé émouvoir les élus locaux, l'administration et sa tutelle, l'Agence régionale de Santé (ARS).

 

 ECOUTEZ Sébastien Capdevielle, l'un des plaignants

 

Conscient de ce dysfonctionnement majeur, Sébastien Capdevielle ne veut pas que cette indifférence générale prenne le pas sur les faits : "on ne veut surtout pas passer pour les victimes d'un système, mais pour les victimes d'une personne." Comme Andrée Lachuer et ses anciens collègues, il attend "une condamnation" pour pouvoir enfin tourner la page. Et surtout "qu'elle ne puisse plus se livrer à du harcèlement comme elle l'a fait pendant tant d'années."

La prévenue espère une relaxe

Françoise Le Bot, qui encourt 3 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende, conteste l'ensemble des faits qui lui sont reprochés. Son avocat, Me Pierre-Yves Fourré du barreau de Paris, plaidera la relaxe. En attendant, la prévenue poursuit sa carrière à Noyal-Pontivy (Morbihan), au sein du Centre hospitalier du Centre-Bretagne.

 

Source : https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/dans-le-finistere-une-ancienne-directrice-d-hopital-jugee-pour-harcelement-moral-1634733933

 

 

 



25/01/2022

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3449 autres membres