Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Directive du Ministère : Il est désormais interdit aux étudiants du travail social de critiquer la politique du gouvernement

étudiants.jpg

 

 

Formations et diplômes : Attaque frontale du gouvernement contre les travailleurs sociaux

 

Régime autoritaire et dictature : La France est-elle encore un pays démocratique  ?

 

INFO - On ne critique pas le gouvernement ! Une note envoyée par la Direction Générale de la Cohésion Sociale met en garde contre les candidats au diplôme d'État d'assistant de service social qui seraient trop critiques. "Copie conforme" ironise Le Canard Enchaîné... (en kiosque) - Publié le 29 janvier 2020

 

En effet, ces nouvelles injonctions faites aux IRTS sur l'épreuve de politique sociale pour l'obtention en 2020 du DEASS sont scandaleuses.

 

Le gouvernement et son président Emmanuel Macron, ont donné comme directive au ministère de la solidarité et de la santé, que désormais les étudiants en formation d'assistant de service social qui passeront l'épreuve de politique sociale en 2020, ne doivent pas critiquer ouvertement une politique portée par le gouvernement.

 

Le 31 décembre, la Direction Générale de la Cohésion Sociale à transmis cette injonction émanant du Ministère à tous les IRTS (Institut Régional du Travail Social).

 

Ainsi donc, un étudiant en travail social qui oserait porter un regard critique sur la politique du gouvernement dans une épreuve nationale conduisant à l'obtention du diplôme se verrait certainement sanctionné.

 

Le mépris affiché du gouvernement sur le travail social et contre tous ces acteurs est une confirmation que les travailleurs sociaux ne représentent que peu de chose pour ces puissants. Ces pompiers de la misère et de la précarité ne sont bons qu'à réguler la violence de la population pour diminuer tout risque d'émeute, de rébellion voir de révolution.

 

 Avec une injonction aussi menaçante, tous les étudiants et professionnels du travail social sont en danger...

 

Il est évident que l'objectif du gouvernement c'est de vouloir bâillonner les travailleurs sociaux, afin de faire croire que tout va très bien en France, qu'il n'existe aucun problème, les malades, les handicapés, les accidentés de la vie, les chômeurs, les familles et les enfants en grandes souffrance, les SDF, les pauvres et la misère se portent à merveille. Le baromètre des dispositifs sociaux sont aux verts, les politiques sociales imposées par le président de la république sont excellentes pour la population et surtout pour les plus fragiles.

 

Bref, ce qui est demandé aux travailleurs sociaux, c'est qu'ils gardent le silence avec un scotch sur la bouche. Ils ne doivent plus réfléchir n'y faire part de leurs expertises, n'y faire remonter les difficultés rencontrées sur le terrain, afin de permettre que des réponses adaptées puissent être apportées justement par les pouvoirs publics, voire par les dirigeants politiques.

 

Par cette pitoyable directive, le gouvernement fait bien comprendre aux étudiants et aux professionnels, qu'ils ne sont que de simples exécutants qui doivent obéir aux ordres, des pantins que Macron manipule au gré de sa politique et de son humeur. Force est de constater que les travailleurs sociaux sont attaqués par le gouvernement sur tous les fronts, c'est la raison pour laquelle TSL demande la  démission de Mme Agnès Buzin, ministre des solidarités et de la santé.

 

TSL rappelle que les diplômes du travail social valent bien un Master universitaire, et non pas une licence qui limite le degré de responsabilités et de compétences, c'est pourquoi le gouvernement se permet d'invectiver les travailleurs sociaux. L'enjeu du master porte sur la forte crédibilité de compétences de haut niveau et la reconnaissance affirmée de ces métiers et de son exercice en toute indépendance.

 

Voici donc cette note "Copie conforme" qui a été publiée dans le journal le Canard enchaîné et reprise  sur Twitter "Brèves de presse.

 

Par Patrick Guichard

 

 

examen diplôme.jpg

 

L'ANAS demande des comptes par Twitter le 30 janvier 2020 à Mme Agnès Buzin, ministre des solidarités et de la santé, au sujet de ces directives affligeantes. Lyes Louffock, membre du Conseil national de la protection de l'enfance déclare aussi son indignation sur ces consignes scandaleuses à Mme Buzin par Twitter le 30 janvier 2020.

 

Ci-dessous les deux Twitts de ces deux personnalités l'ANAS et Lies Louffok.

 

Source Twitter ANAS (association Nationale des assistants de service social)

 

 Anas.jpg

 

Source : https://twitter.com/Brevesdepresse/status/1222972308668764162?s=09

 

 

Pétition : cliquez sur pour une meilleure reconnaissance des diplômes, la revalorisation des métiers et des qualifications



30/01/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3041 autres membres