Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Grèves tournantes des travailleurs sociaux de Meurthe et Moselle

Mobilisation continue des éducateurs/trices de Vivre dans la Ville au CG54

 

Une association implantée depuis 1976 sur Vandoeuvre dans le département de Meurthe-et- Moselle doit-être déconventionnée. Les travailleurs sociaux de cette association qui oeuvre au quotidien et dans la proximité avec les publics en difficultés sont très appréciés. Cependant, personne ne comprend le pourquoi de ce possible déconventionnement du conseil général !

 

Déjà 21 jours de grèves reconductibles tournantes au mois de janvier 2012 mené par des collègues éducateurs de rue qui continuent de se mobiliser et qui ont décidé de résister. Saluons leur courage et leur détermination.

 

Le déconventionnement de l'association de prévention spécialisée prévu à compter du 1er janvier 2012 entrainera un licenciement collectif.

 

Il serait question de proposer à une association de reprendre la mission et/ou les postes. Les éducateurs ne seraient donc pas licenciés, mais rien d'officielle. Mais question récurrante, comment justifier le déconventionnement de Vivre dans la Ville, unanimement reconnue pour son professionnalisme, y compris par le Maire de Vandoeuvre, pour conventionner une autre association avec la même mission et la même équipe éducative ?

 

S’agit-il de punir les éducateurs afin de les faire rentrer dans le rang ? S’agit-il de les contraindre à tout prix à se résigner aux « logiques prescriptives et normatives à l’œuvre depuis plusieurs années ». Les éducateurs n’y sont pas prêts. Cette croyance très marquées dans l’intérêt de leurs actions font qu'ils ne lâcherons pas la proie pour l’ombre. Rester simplement comme ils sont et continuer à faire ce que qu'ils font, c'est simplement ce qu'ils veulent !

 

 La situation est grave. Le CG 54 décide de liquider 35 ans de travail !
Déconventionnement l’association à compter du 1er janvier 2012

Reprise du mouvement de grève tournante avec rassemblement permanent (9h – 17h tous les jours ouvrables) dans le hall du conseil général de Meurthe-et-Moselle.

 

Mobilisation des éducateurs/trices de Vivre dans la Ville
au Conseil Général rue Blandan à Nancy

2012 Année électorale riche : On lâche rien !

Petite surprise (ou pas ?) pour vendredi

 

 

 

 

 

 

Vou pouvez les soutenir en signant cette pétition sur le refus du déconventionnement et la dissolution de l'association Vivre dans la Ville. Des éducateurs qui se battent pour conserver tous les postes. Pour signer la pétition en ligne sur leur site, cliquez içi

 


 

 

 

 

Suite au soutien du collectif  "les travailleurs sociaux libres" au mouvement de grève et de mobilisation des éducateurs de Vivre dans la Ville. Nous avons été contacté par M. Hans Mazetier chargé de mission solidarité du cabinet du président du conseil générale de Meurt-et-Moselle, qui nous a transmis par email des informations complémentaires. Voici ce qu'il nous dit :

"Dans les dispositions prises par le Conseil Général, aucun poste d’éducateur de prévention spécialisé ne sera supprimé (...), la Meurthe-et-Moselle a fait le choix de maintenir ce service. Malgré de nombreuses réunions, de nombreuses sollicitations, le conseil d’administration (seul interlocuteur du Conseil Général) nous a dit ne pas pouvoir partager les orientations du Conseil Général « au-delà du refus de ses salariés ». Cette absence de positionnement du conseil d’administration remet en cause la prévention spécialisée sur ce secteur, ce que nous ne pouvons tolérer. La discussion d’une nouvelle convention est donc de fait actuellement impossible.Dans tous les cas, le conseil général maintiendra la prévention spécialisée sur le secteur de Vandoeuvre les Nancy.

Il n’est donc aucunement question de priver la prévention spécialisée de ses moyens éducatifs. Les initiatives à prendre pour favoriser une mutualisation des moyens d’administration et de secrétariat ne conduisent naturellement à aucun licenciement."

 

Le collectif "TSL" se félicite de cette décision du président du conseil général de ne proceder à aucun licenciement. Cependant, l'association Vivre dans la Ville et le conseil général doivent poursuivre leurs efforts, afin de trouver un terrain d'entente dans ce litige qui les opposent sur la mutualisation des moyens d'administration et de secrétariat à la demande du conseil général, qui ne doit en aucun cas être en opposition et porter préjudice au respect de la mission et des principes de la prévention spécialisée.

 

Ailleurs aussi ça bouge :

 

Le collectif TSL vous informe que le 10 janvier 2012, un autre conseil général a des soucis avec ses travailleurs sociaux. Il s’agit de celui de la Seine-Maritime. Par ailleurs des suppressions de poste en PMI, CHRS ont été réalisé. Jugez vous-mêmes :
Secteur social en colère Rouen : 400 salariés du secteur social 76 étaient mobilisés le 10 janvier devant le Conseil Général pour protester contre la casse du secteur social.

 

 

 

 

 

 



26/01/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3066 autres membres