Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Justice : Les dirigeants d'un IME mis en examen pour des faits de violence grave sur des enfants polyhandicapés

"Je n'y croyais plus, je ne m'y attendais pas" dit Céline Boussié. A l'annonce de la mise en examen des dirigeants de l'ex IME Moussaron, la lanceuse d'alerte ne cache pas son émotion. 

 

TSL apporte son entier soutien à cette travailleuse sociale courageuse qui pour protéger des enfants en danger n'a pas hésité a faire des signalements. Elle est la première a révéler des faits de violence grave sur les enfants, adolescents et jeunes adultes polyhandicapés pensionnaires de l’Institut Médico-Educatif gersois.

 

Céline n'a pas hésité a le signaler à sa direction qui l'a harcelé, elle c'est donc tourné vers la justice qui lui a donné raison.

 

Nous souhaitons à Céline Boussié une bonne continuation et la réussite dans sa nouvelle vie.

 

Article France 3 région : Publié le 

 

Gers : la lanceuse d'alerte Céline Boussié n’y croyait plus, les dirigeants de Moussaron mis en examen pour harcèlement

 

Céline Boussié a été la première à dénoncer la maltraitance au sein de l'IME PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

 

"Je n'y croyais plus, je ne m'y attendais pas" dit Céline Boussié. A l'annonce de la mise en examen des dirigeants de l'ex IME Moussaron, la lanceuse d'alerte ne cache pas son émotion. C'est la première fois que ceux dont elle a dénoncé les agissements en 2013 sont visés par l'enquète.

 

Le juge d’instruction d’Auch vient de prononcer la mise en examen pour harcèlement moral des dirigeants de l’ex IME Moussaron à Condom. Une décision qui fait suite à la plainte déposée par Céline Boussié qui fut la première à révéler des faits de violence sur les enfants, adolescents et jeunes adultes polyhandicapés pensionnaires de l’Institut Médico-Educatif gersois où elle travaille en qualité d'éducatrice.

 

J’ai alerté ma hiérarchie et l’Agence Régionale de Santé dès 2010. Ces alertes n’ayant rien donné, j’ai dénoncé publiquement les violences dont j’étais témoin.

Suite à ma plainte déposée pour harcèlement moral, le Juge d'instruction a procédé à la mise en examen des membres de l'équipe de direction Moussaron.

 

Je remercie mon avocate, Me Alma Basic, pour son travail.

Pour Céline Boussié, qui a elle-même annoncé cette mise en examen sur son compte Facebook, c'est l’aboutissement de longues années de combat et de procédures.

Une vie bouleversée

En dénonçant les mauvais traitements infligés aux enfants et aux adolescents accueillis par le centre Moussaron, Céline Boussié n’imaginait pas que sa vie allait être totalement bouleversée.

 

IME de Moussaron : la lanceuse d'alerte Céline Boussié relaxée

 

Pourtant, il lui était inimaginable de fermer les yeux face au manque de soins apportés aux pensionnaires, impensable de laisser faire face aux enfants attachés et enfermés, insupportable de ne pas parler face au manque d’intimité, aux traitements médicamenteux inadaptés ou aux lits trop petits.

Il m’était impossible de me taire. Outre le fait que ne pas dénoncer ces agissements est passible de 3 ans de prison et 45000 euros d’amende, il était humainement et éthiquement impossible de fermer les yeux.

 

Des dénonciations qui vaudront à Céline Boussié d’être licenciée en 2014 et poursuivie en diffamation par son ex-employeur. Elle sera relaxée en novembre 2017 par le tribunal de Toulouse, une première en France pour un lanceur d’alerte.

 

Un lanceur d’alerte voit sa vie complètement bouleversée. Vous êtes embarqué dans une spirale au-delà du rouleau compresseur. Vous voyez votre vie voler en éclats. Vous n’en sortez pas sans séquelles. Aujourd’hui encore entendre un enfant qui pleure c’est compliqué, entendre des cris c’est compliqué, réintégrer une vie normale est presque impossible.

 

Maître Alma Basic, avocate de Céline Boussié « Ma cliente a été victime d’un harcèlement dur. Elle a été dévalorisée dans son travail. Dès qu’elle a médiatisé les agissements internes à l’IME, la direction a mis en place un système de mise à l’écart ».

 

Céline 2

Le 21 novembre 2017, Céline Boussié sort du tribunal de Toulouse qui vent de la relaxer PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI

Des années de silence

Avant Céline Boussié, d’autres salariés de Moussaron avaient dénoncé les mêmes maltraitances. Le premier signalement remonte à 1995. Didier, éducateur, dénonce des dysfonctionnements.  Poursuivi pour diffamation, il sera condamné.
En 1999, deux éducatrices, Bernadette et Chrystel seront, elles aussi condamnées pour diffamation après avoir révélé des actes de maltraitance.


En novembre 2013, suite au signalement de Céline Boussié, l’ARS rend public un rapport daté de juillet 2013. Ce rapport de 400 pages pointe des dysfonctionnements susceptibles d'affecter la santé, la sécurité, le bien-être physique et moral, le respect de la dignité et de l'intimité des jeunes accueillis.

Un combat pour l’intérêt général

Toute l’équipe de direction, soit 7 personnes sont mises en examen. Le Parquet doit maintenant décider des suites qu’il donnera à l’affaire. Il peut prononcer un non-lieu ou décider de poursuivre les mis en examen devant le tribunal correctionnel. Ils encourent une peine de 2 ans de prison et 30000 euros d’amende.

 

L’avocate de Céline Boussié déclare « S’il y a une issue favorable, elle viendra  renforcer ce que j’appelle « la jurisprudence Boussié », la relaxe prononcée par le tribunal correctionnel de Toulouse ».

Pour Céline Boussié, ce procès, s’il doit se tenir, ne doit pas être le procès des seuls dirigeants de l’ex IME, il doit aussi servir d’exemple.

 

S’il faut un exemple pour que les pratiques professionnelles et institutionnelles évoluent, autant que ce soit cette affaire. Elle est emblématique car le premier signalement remonte à 1995. Et les lanceurs d’alerte qui m’ont précédé n’ont pas été entendus. C’est aussi pour eux que je me bats. Ce n’est pas mon combat mais un combat d’intérêt général.

 

Moussaron  1

 

Aujourd’hui, Céline Boussié se reconstruit doucement. Elle a écrit un livre (Les enfants du silence) qui retrace ses années de combat, de doute et d’espoir. Elle continue à lutter contre la maltraitance et le non-respect de la convention relative aux droits des personnes handicapées.

Mon combat est et restera pour les enfants et leurs familles

Repris en juin 2019 par le groupe Clinipole, l’ex IME Moussaron a été rebaptisé IME Terre d’envol. Son nouveau directeur assure que les ex dirigeants mis en examen n’y travaillent plus. 

 

Par Eric Marlot

 

Source : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/occitanie/gers-lanceuse-alerte-celine-boussie-n-y-croyait-plus-dirigeants-moussaron-mis-examen-harcelement-1781595.amp?__twitter_impression=true&fbclid=IwAR29F1_DaO1yGrHZ1L9bKBlvtcgGG3P6KVIZ1xm1mWMhoDxLxEHzoaJnOaw

 

 

 



03/02/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3111 autres membres