Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

L'épuisement professionnel ou burnout, les travailleurs sociaux en danger

 

L’épuisement professionnel (burnout) : qu’est-ce que c’est ?

 
 

Dévalorisation, perte de confiance, mépris, manque de reconnaissance professionnelle, agression, pression...


Les travailleurs sociaux sont les plus exposés aux risques psychosociaux :

Chez les travailleurs sociaux (assistante sociale, éducateurs...) il est constaté que l'épuisement professionnel (burnout) est en forte augmentation.

 

Selon plusieurs chercheurs les causes de l'épuisement professionnel chez les travailleurs sociaux sont le fait d'un manque accentué de reconnaissance professionnel à cela s'ajoute d'autres facteurs.

 

Voici un résumé de la publication de ces chercheurs :

 

Malaise des travailleurs sociaux : usure professionnelle ou déni de reconnaissance ? Oui et non, en tout cas ils souffrent d'un manque de reconnaissance professionnelle, alors que les conditions d'exercice du travail social sont de plus en difficiles, constatent cinq chercheurs dans une étude publiée dans la Lettre de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (ONPES). Menée pendant un an sur cinq terrains différents dont deux territoires d'action sociale de conseils généraux, l’enquête débouche "sur une critique des modalités institutionnelles et gestionnaires actuelles qui visent à mesurer individuellement les compétences professionnelles sans les rapporter aux nombreuses tensions caractéristiques de l'exercice contemporain du travail social". Car "ces nouveaux modes de gouvernance s'interdisent de reconnaître les efforts particuliers déployés par les intervenants pour continuer, malgré tout, à 'bien faire leur travail'", poursuivent-ils dans la publication de l'ONPES.

 

 Comment prévenir et lutter contre cette maladie ! Nous vous proposons de lire un autre article très intéressant du Docteur Jacques Allard sur l'épuisement professionnel, car personne n'est à l'abri de cette maladie qui peut affecter tous le monde.


L’épuisement professionnel

Surtout connu sous l’appellation anglaise burnout. Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), il se caractérise par « un sentiment de fatigue intense, de perte de contrôle et d’incapacité à aboutir à des résultats concrets au travail ».
C’est en 1969 que le terme burnout a été utilisé pour la première fois. Il a fait l’objet de nombreuses définitions depuis.
 
Dans les années 1970, on réservait l’expression aux employés du domaine de la relation d’aide, très engagés émotivement dans leur travail, comme les infirmières, les médecins, les travailleurs sociaux et les enseignants. Maintenant, on sait que tous les travailleurs - de l’ouvrier au chef d’entreprise - peuvent être exposés au burnout.


Burnout ou dépression?
Le burnout (ou épuisement professionnel) est nécessairement lié au travail. Dans la dépression, le travail n’est pas la cause première, mais peut être un facteur aggravant. De plus, en cas de burnout, la personne atteinte est toujours en situation de stress chronique, tandis que c’est le cas 1 fois sur 2 pour la dépression. Des différences physiologiques ont aussi été constatées. Par exemple, les gens déprimés produiraient trop de cortisol et ceux qui sont en épuisement professionnel, pas assez.
Depuis le début des années 1990, la fréquence des problèmes de santé psychologique au travail augmente de façon alarmante. Ils incluent l’épuisement professionnel, la dépression, le stress post-traumatique, les troubles anxieux, etc. De nos jours, ils constituent la première cause d’absence prolongée du travail, couramment appelée « invalidité de longue durée ».


Le travail en mutation
Les effets du stress chronique sur la santé mentale des travailleurs se manifestent surtout dans les pays industrialisés, selon l’Organisation mondiale de la Santé5. Ce phénomène résulterait en bonne partie des transformations rapides opérées dans le monde du travail : globalisation des marchés, compétitivité, développement des technologies de l’information, précarité d’emploi, etc.
En Europe, la situation est tout aussi préoccupante : 1 cas sur 2 d’absentéisme est causé par le stress chronique, d’après un rapport de l’Agence Européenne pour la Santé et la Sécurité au Travail paru en 2009. Cela est sans compter les effets du présentéisme : être présent au travail, mais absent d’esprit, en raison d’un problème de santé physique ou psychologique.


Causes
Du point de vue biologique, les experts ne parviennent pas encore à expliquer complètement ce qui mène à l’épuisement professionnel. Tous les travailleurs qui traversent une période d’épuisement sont en situation de stress chronique. Il s’agit donc d’un important facteur de vulnérabilité. La grande majorité a une charge de travail élevée, à laquelle s’ajoutent l’une ou l’autre des sources de tension suivantes.


•    Manque d’autonomie : ne participer à aucune ou à peu de décisions liées à sa tâche.
•    Déséquilibre entre les efforts fournis et la reconnaissance obtenue de la part de l’employeur ou du supérieur immédiat (salaire, estime, respect, etc.).
•    Faible soutien social : avec le supérieur ou entre les collègues.
•    Communication insuffisante : de la direction aux employés, concernant la vision et l’organisation de l’entreprise.


En plus de ces facteurs, des particularités individuelles entrent en jeu. Par exemple, on ne sait pas très bien pourquoi des personnes vivent plus de stress que d’autres. De plus, certaines attitudes (trop grande importance accordée au travail, perfectionnisme) sont plus fréquentes chez les individus qui vivent de l’épuisement professionnel. Selon les recherches, il semble que la faible estime de soi soit un facteur déterminant. En outre, certains contextes de vie, comme de lourdes responsabilités familiales ou encore la solitude, peuvent mettre en péril la conciliation travail-vie personnelle.
Peu importe les sources de stress au travail, il se produit un déséquilibre entre la pression subie et les ressources (intérieures et extérieures, perçues ou réelles) dont on dispose pour l’affronter.
 
Voici les conditions requises pour qu’un événement provoque du stress
•    Une situation nouvelle
•    Une situation imprévue
•    Une impression de manque de contrôle
•   Une situation menaçante et déstabilisante pour l’individu. Au travail, c’est notamment le cas si votre supérieur met en doute votre capacité à accomplir votre travail ou si vous êtes victime de harcèlement psychologique ou moral.

 

Conséquences possibles
Une période d’épuisement professionnel peut, au-delà du travail, avoir des répercussions dans toutes les sphères de la vie. Dans pareil cas, la victime peut glisser vers la dépression.
Certaines personnes peuvent vivre de l’anxiété, souffrir de troubles de l’alimentation, avoir des problèmes de toxicomanie ou, à l’extrême, des pensées suicidaires. Certains travailleurs s’épuisent même au point d’y laisser leur vie. Le terme japonais karoshi désigne la mort subite par épuisement nerveux au travail, causée par une crise cardiaque. Le phénomène a été observé pour la première fois au Japon à la fin des années 1960.
Le stress chronique entraînerait aussi plusieurs dérèglements sur le plan physiologique. On sait, par exemple, que l’obésité, les maladies cardiovasculaires et le diabète de type 2 sont plus fréquents chez les gens qui vivent une forte pression psychologique.
 
Le stress, c’est aussi chimique

Le stress n’est pas mauvais en soi. Au contraire, il a depuis toujours assuré la survie de l’humanité. C’est grâce à lui que l’on peut réagir par la lutte ou la fuite devant un danger imminent, comme l’arrivée surprise d’un ours blanc ou l’incendie d’une maison. L’augmentation du rythme cardiaque, la constriction des vaisseaux sanguins et la montée d'adrénaline, entre autres, permettent alors de devenir plus alerte et plus performant. Mais de graves problèmes peuvent survenir quand le stress devient chronique, ce qui est de plus en plus le cas dans nos sociétés modernes.
Une personne en proie à un stress chronique met constamment son corps en état d’alerte. Elle produit trop d’hormones de stress, principalement l’adrénaline et le cortisol. Ces hormones qui permettent d’échapper à un danger imminent (l’ours) sont alors constamment sollicitées devant des situations considérées menaçantes : l’arrivée dans une nouvelle école, la fièvre du plus jeune, une situation de harcèlement au travail, etc.
Des liens clairs ont été établis entre des taux anormaux de cortisol (trop hauts ou trop bas) et plusieurs débalancements physiologiques qui exposent, avec le temps, à des problèmes de santé. D’une part, en agissant dans le cerveau, ces hormones peuvent entraîner de la fatigue, de l’épuisement, de la dépression, des troubles de la concentration et des problèmes de mémoire. D’autre part, les chercheurs savent maintenant qu’il existe des liens entre des taux élevés de cortisol et l’hypertension, les maladies cardiaques et le diabète. De hauts niveaux de cortisol peuvent aussi changer la façon dont le corps emmagasine le gras et ainsi contribuer à l’obésité.
Plusieurs questions demeurent ouvertes. On ne sait pas encore à partir de quel moment le stress s’installe de façon chronique chez un individu en particulier. De plus, les experts cherchent à comprendre pourquoi certains individus sont naturellement plus résistants au stress. Heureusement, il est possible de renverser la vapeur en prenant les moyens appropriés pour stabiliser les hormones du stress.
 
Symptômes de l’épuisement professionnel
Un long parcours
L’épuisement se produit insidieusement. On emploie parfois les mots « dépersonnalisation » et « déshumanisation » pour décrire ce qui survient à l’individu, comme s’il perdait, pour quelque temps, une part de lui-même.
Peu à peu, il déploie une énergie grandissante pour accomplir son travail, sans toutefois en obtenir de satisfaction. Les frustrations s’accumulent et le cynisme augmente. La concentration est de plus en plus difficile à obtenir. Des symptômes physiques peuvent apparaître, comme des maux de dos ou de l’insomnie.
Pour corriger une telle situation, le travailleur opte souvent pour un investissement encore plus grand dans son travail, jusqu’à l’épuisement. Cette marche « à vide » peut durer des années. Le déni est typique de l’épuisement professionnel, ce dernier étant souvent vécu comme un aveu d’échec.
Remarque. Les symptômes suivants sont les plus fréquents, mais n’apparaissent pas tous nécessairement.
Symptômes psychologiques


•    Démotivation constante par rapport au travail
•    Irritabilité marquée, colères spontanées, pleurs fréquents
•    Attitude cynique et sentiment de frustration
•    Sentiment d’être incompétent
•    Goût de s’isoler
•    Sentiment d’échec
•    Baisse de confiance en soi
•    Anxiété, inquiétude et insécurité
•    Difficulté à se concentrer
•    Pertes de mémoire
•    Difficulté d’exercer un bon jugement
•    Indécision, confusion
•    Pensées suicidaires, dans les cas les plus graves


D’où viennent les colères spontanées?
La réponse de Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain.
« Si une même situation revient constamment me stresser, je peux m’y habituer. Je m’habitue, par exemple, à ce qu’un collègue dévalorise mon travail en réunion chaque mardi. Cependant, le prix à payer est très grand : le cerveau et le corps deviennent 3 fois plus réactifs à tout autre élément de stress. Cela explique les colères spontanées qui surviennent ailleurs au travail ou à la maison. »
 
Symptômes physiques
•    Fatigue persistante
•    Parfois, des douleurs, selon les fragilités individuelles : maux de dos, douleurs musculaires, migraines, etc.
•    Problèmes digestifs, ulcères d’estomac
•    Sommeil perturbé
•    Problèmes cutanés
•    Perte ou gain de poids
•    Infections plus fréquentes (rhume, grippe, otite, sinusite, etc.)


Dures, dures les fins de semaine...
Après une période de travail excessif et de stress, le repos peut faire ressurgir des maux comme la migraine, la grippe et les douleurs musculaires. Cela se produit souvent les fins de semaine ou au début des vacances. C’est ce qu’on appelle le « syndrome du bourreau de travail ». Environ 3 % des travailleurs en seraient atteints, selon une enquête menée aux Pays-Bas. L’adrénaline serait en partie responsable de ce phénomène. Sécrétée de façon continue sous l’action du stress, elle réduirait nos défenses immunitaires. Les nombreux cafés consommés pour maintenir la cadence ainsi que les nuits sans sommeil pourraient, quant à eux, provoquer des migraines.
 
Personnes à risque
Selon les experts, personne n’est à l’abri de l’épuisement professionnel. Hommes et femmes en sont touchés en proportions presque égales. De plus, aucune catégorie d’âge n’a été définie comme étant plus à risque.

 

L’épuisement professionnel : un signe de faiblesse ?
Ce qu’en pense Sonia Lupien, directrice du Centre d’études sur le stress humain.
« Ce n’est pas une faiblesse. C’est l’organisme qui est déréglé. On a découvert, récemment, que lorsque les hormones du stress remontent au cerveau, elles modifient la manière dont on détecte la prochaine situation. Les hormones modifient donc la façon de voir les choses. Plus on est stressé, plus on génère de réponses de stress. Le verre devient de plus en plus vide. On tombe alors dans un cercle vicieux qui peut mener à l’épuisement professionnel. »


Facteurs de risque
Certaines situations, attitudes ou caractéristiques individuelles, peuvent, dans un contexte de travail stressant, contribuer à l’épuisement professionnel.


•    Manquer d’estime de soi. Par exemple, lorsque l’employeur fixe un objectif élevé qui n’est finalement pas atteint, les personnes qui ont peu d’estime d’elles-mêmes peuvent le vivre comme un échec personnel. Elles ont tendance à prendre les objectifs pour des absolus et non pour des idéaux. Un sentiment d’incompétence peut s’installer. Or, le manque de compétence est rarement en jeu dans les cas d’épuisement, affirment les experts.


•    Avoir de la difficulté à poser ses limites dans un contexte de surcharge de travail.
•    Avoir des attentes élevées envers soi-même.
•    Les responsabilités à l’extérieur du travail : prendre soin des enfants, des parents ou d’un proche dans le besoin.


•    Faire de son travail le centre de sa vie.
•    Faire preuve de perfectionnisme dans tous les aspects de son travail, sans égard aux priorités.
•    Avoir une conscience professionnelle élevée. Lorsque la pression monte, ce sont habituellement les employés performants qui écopent. De plus, ceux-ci peuvent avoir de la difficulté à laisser de côté les problèmes du travail à la fin de la journée.
•    Ne pas savoir déléguer ou travailler en équipe.


Prévention de l’épuisement professionnel
Mesures préventives de base. Voici divers moyens pour réduire le stress et ainsi réduire le risque d’épuisement professionnel.


•    Bien s’entourer et discuter avec ses proches des difficultés vécues au travail afin de se sentir soutenu. Le soutien social serait le meilleur tampon contre le stress chronique.
•    Être à l’écoute des symptômes physiques et psychologiques liés au stress.
•    Une fois le stress détecté, apprendre à découvrir ses causes.
•    Engager des discussions avec ses collègues et son supérieur sur l’organisation du travail. Tenter de trouver des changements profitables pour tous.
•    En collaboration avec l’employeur, tenter de fixer des objectifs plus réalistes et plus gratifiants.
•    Dresser une liste des tâches prioritaires à accomplir, ce qui aide à mieux gérer son temps. Pour aider à déterminer les priorités, donner à chaque tâche un degré d’importance et d’urgence.
•    Apprendre à dire non de temps en temps.
•    Connaître le temps requis pour chacune des tâches à accomplir.
•    Apprendre à déléguer.
•    Prendre le temps de réfléchir avant de se plonger dans un travail. Bien préciser l’objectif et évaluer les divers moyens pour y parvenir.
•    Profiter de son heure de dîner, dans la mesure du possible, pour « décrocher ».
•    Entre chaque heure de travail, prendre 5 minutes pour se changer les idées : écouter de la musique, méditer, faire des étirements, etc.
•    Attention de ne pas devenir esclave de la technologie : le téléphone portable et Internet peuvent rendre les personnes accessibles 24 heures sur 24. Offrir des heures de disponibilité à son employeur et tenter de s’y limiter.
•    Échanger des trucs et des expériences entre collègues. Dans le cas des travailleurs autonomes, se créer un réseau de contacts avec d’autres personnes dans la même situation.
•    Faire l’examen de ses habitudes de vie. Certaines peuvent contribuer au stress, comme une grande consommation d’excitants (café, thé, sucre, alcool, chocolat, boissons gazeuses). L’exercice physique, quant à lui, peut donner un bon coup de main pour prévenir ou réduire le stress, tout en facilitant le sommeil. Les experts recommandent 30 minutes d’exercice physique, 5 fois par semaine. Se maintenir en bonne santé physique a un effet positif sur la santé psychologique.
•    Se réserver du temps pour soi, sa famille, ses loisirs, etc.
La prévention de l’épuisement professionnel n’incombe par seulement aux individus, mais aussi aux entreprises.


Mesures pour prévenir les récidives
Au moment de la reprise du travail, discuter avec son employeur afin de trouver une situation convenable. Un retour progressif peut être de mise, de même qu’un suivi par un médecin. De plus, discuter avec son employeur des aménagements possibles à l’organisation du travail avant de s’y replonger.


Traitements médicaux de l’épuisement professionnel
L’objectif du traitement est de retrouver sa santé et de concevoir une manière d’accomplir son travail de façon satisfaisante, sans s’épuiser.
 
L’arrêt de travail est souvent nécessaire. La durée du congé de maladie est variable, mais on n’a pas tendance à prescrire de longs congés. En fait, un très long congé risque de rendre la reprise du travail encore plus difficile.
 
Le repos que permet le congé de maladie est essentiel puisque les réserves d’énergie sont à plat chez les victimes d’épuisement professionnel. Cependant, il est insuffisant pour régler le problème et éviter les rechutes. En effet, le repos ne guérit pas le burnout. Il faut aussi mettre en branle de réels changements pour retrouver un sentiment de contrôle sur sa vie : il peut s’agir du milieu de travail, du mode de vie, du sens accordé au travail, de façons d’être moins atteint par des sources de stress, etc. La solution passe donc aussi par le changement.
 
Mais avant d’amorcer des changements, on doit prendre conscience des raisons qui ont mené à l’épuisement. Pour ce faire, la consultation d’un psychologue ou d’un psychothérapeute dûment formé peut être d’une aide précieuse. Il s’agit de découvrir ce qui cause du stress et de trouver des solutions pour s’y attaquer.
 
Il existe plusieurs types de psychothérapies. La thérapie cognitivo-comportementale est la plus couramment employée. D’autres types de thérapies peuvent être appropriés, comme l’approche systémique, qui se penche sur les interactions avec l’entourage.
Lorsque, dans un milieu de travail, plusieurs personnes sont touchées par l’épuisement professionnel, un psychologue du travail (psychologue organisationnel) ou un spécialiste en gestion des ressources humaines peut aider à faire les changements nécessaires qui rendront l’environnement de travail plus sain pour tous.


Quelques questions à se poser
•    Quelles sont les sources de stress dans mon travail ?
•    Pourquoi ces situations me stressent-elles ?
•    Quelles peurs ou perceptions m’ont empêché de passer à l’action pour tenter de changer la situation ?
•    Quels changements pourrais-je apporter à mon travail pour vivre moins de stress ?
•    Quels changements mon employeur pourrait-il apporter ?
•    Quelle importance j’accorde à mon travail ? Laquelle aimerais-je lui donner ?
•    Mon milieu de travail me convient-il ?


Parfois, la solution passera par le changement de milieu de travail, ou carrément par une réorientation de carrière.

En ce qui concerne l’usage de médicaments antidépresseurs, les experts estiment que les changements hormonaux qui se produisent durant un épuisement se replacent peu à peu, avec le repos. Cependant, pour certains individus, ces médicaments peuvent donner un bon coup de pouce pour aider à surmonter l’épreuve. En discuter avec son médecin.
 
Selon l’Organisation mondiale de la Santé, les employés les plus satisfaits :
•    trouvent dans leur travail une occasion de réalisation personnelle;
•    obtiennent des marques de reconnaissance du travail accompli;
•    y trouvent un sens;
•    ont des responsabilités;
•    ont des possibilités d’avancement


L’opinion de notre médecin
L’épuisement professionnel est maintenant très fréquent dans nos sociétés. Et ce n’est pas un hasard. Les valeurs de performance et de productivité ainsi que la quête du profit sont omniprésentes. Sur le plan individuel, il est donc important de rechercher l’équilibre entre la vie professionnelle, la vie familiale et la vie personnelle. Cette démarche vous appartient, même si les problèmes d’organisation du travail sont évidemment une responsabilité partagée avec votre employeur et vos collègues.
 
Personne n’est à l’abri de l’épuisement professionnel. À mon avis, là comme ailleurs, il vaut beaucoup mieux prévenir le burnout que de devoir le soigner. Il faut donc déceler rapidement les premiers symptômes physiques et psychologiques liés au stress (fatigue, démotivation, irritabilité, perte de confiance en soi, anxiété, troubles du sommeil, etc.). Il faut alors rechercher le meilleur soutien social possible dans le milieu de travail, tenter d’apporter des transformations profitables à l’organisation du travail et, surtout, apprendre à poser ses limites personnelles. Personne d’autre que vous ne peut le faire.
 
Si vous souffrez d’épuisement professionnel, il faudra véritablement profiter du congé de travail pour non seulement vous reposer, mais aussi pour procéder aux réels changements qui vous permettront de retrouver un sentiment de contrôle sur votre vie. Cette étape est essentielle. Il vous faut donc découvrir les raisons qui ont conduit à cet épuisement. Pour ce faire, la consultation d’un spécialiste (psychiatre, psychologue, sociologue, consultant...) est souvent très aidante.
 
Dr Jacques Allard, M.D., FCMFC
 




20/01/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3074 autres membres