Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

La nuit esprit de liberté...

Voici un petit poème pour adoucir vos nuits

 

éclair nuit.jpg

 

La nuit esprit de liberté...

 

Écoute le silence de la nuit,
Dans chaque murmure il y a de la vie,
Et dans chaque bruit on distingue les envies,

 

Temps propice aux pensées qui s'entremêlent,
Des déchirures et des douleurs, saignent les cœurs,

Des désirs et des plaisirs qui restent inassouvis,

 

Des éclairs surgissent dans le ciel immaculé de gris,

Les corps meurtris se tordent de cris,


Ils appellent, on les entend à peine,
Ils chuchotent sans bruit dans le silence de la nuit,

 

Les corps ne parlent plus, seuls,

Ils dansent dans la chaleur du feu qui crépite,

 

Elle s'est endormie, peut être rêve t-elle de nous,
Ou bien, plongée dans ce sommeil,

Peut être s'éloigne t-elle un peu plus loin de moi,

 

A pas feutré j'avance dans l'épaisseur de la nuit,

A chacun de mes mouvements,

Je ressens mes blessures qui perdurent,

 

Mais dans cette nuit qui m'enveloppe,

Elle apaise momentanément mes douleurs et referme mes plaies,

 

Je suis paralysé par l'espace et le temps,

Dans un monde, irréel et de chimère,

 

Serais-je un jour délivré de cette prison dorée,

Dans laquelle de mon plein gré je reste enfermé,

Par la peur de découvrir le vrai sens du mot liberté,

 

Comment pourrais-je me libérer de ces lourdes chaînes,

Qui entravent l'essence de mon existence,

 

Vais-je continuer de me complaire dans ce monde éphémère,

Et subir en silence chaque coup de poignard,

Qui se plantent dans ma chair,

 

Je reste pétrifié et je regarde ma vie défiler,

je n'ai aucune maîtrise, je ne peux rien arrêter,

 

Et les aiguilles de l'horloge continuent de tourner,
Sur cette terre dévastée et desséchée,

 

L'humanité s'en est allée,

Le jour et la lumière ont cessé d'exister,

 

Il ne reste plus que la nuit, qui dans un profond silence,

Conserve les désirs et les souvenirs des âmes qui soupirent,

 

Une étincelle subsiste toujours dans cette pénombre éternelle,

Et je me demande alors,

Pourra t'elle me réveiller,

Et me sauver de ces ténèbres,

 

Qui ont aspiré ma force et mon sang,

Je suis devenu si faible maintenant,

 

Comment lui faire comprendre que j'ai besoin d'elle,

Comment lui dire que je souhaite qu'elle m'enlève chaque jour,

Pour goûter ensemble à la volupté de chaque nuit,

 

Que c'est dans le feu de cette passion que nous nous reconnaissons,

Que nous existons et nous nous épanouissons,

 

C'est dans la confiance réciproque que nous pouvons cheminer,

Et assouvir nos désirs partagés pour se sentir libres et protégés,

Contre ce monde injuste et altéré,

 

C'est notre raison d'être,

c'est ce qui nous anime et nous fait nous aimer,

 

D'un amour passionné pour l'éternité,

Ou nous pouvons tout oublier et tout recommencer...

 

 

Patrick Guichard



24/05/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3078 autres membres