Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Le travail social ne connait pas la crise !

Au cœur de la tourmente financière, le métier de travailleur social ne connait pas la crise


Dans une situation économique mondiale en déclin, dont la France n'est pas épargnée, et avec une crise qui s’installe durablement, les quatre millions de travailleurs sociaux, jour après jour, « accompagnent » sur le terrain, les accidentés de la vie économique et sociale (personnes atteintes d'une maladie, chômeurs, SDF, délinquants, personnes âgées, handicapés, enfants et/ou adolescents à la dérive, victimes de violence ou en rupture, et autres exclus) ne sont pas prêts de connaître l’inactivité.

La demande de personnel spécialisé va perdurer. Les centres de formation ne désemplissent pas. Le nombre de travailleurs sociaux en formation aux professions sociales a plus que doublé en 20 ans. Les travailleurs sociaux “assurent une présence et un accompagnement au quotidien auprès de personnes qui rencontrent des difficultés et qui ont besoin d'une aide en raison de leur situation sociale ou familiale, de leur handicap, de leur âge ou encore de leur état de santé“. Leur intervention a pour objectif la prévention mais aussi la réduction des inadaptations d'un individu ou d'un groupe. Ces interventions sont menées par des personnes qualifiées, dans le cadre d'une mission autorisée et/ou prévue par la loi, au sein de structures publiques ou privées.


Pour remplir sa mission, le travailleur social, confronté à des situations souvent douloureuses et parfois dramatiques, doit posséder de solides compétences : sens de l’écoute, ouverture d’esprit. C’est une personne ressource, un "partenaire" de la personne en souffrance, il doit l’aider à faire et, non pas faire à sa place, en mettant en avant le moindre progrès, pour l’aider à se reconstruire dans son environnement et à recouvrer ses droits de citoyen. Un cheminement long qui ne peut aboutir que dans une relation de confiance, lorsque la personne se sentira valorisée et reprendra une certaine raison, voire, une joie de vivre.

 

Parmi ces actions, le travailleur social valorise les personnalités et les potentialités de chaque personne accompagnée. Ainsi, un travail d’apprivoisement, de connaissance et de respect mutuel permet de construire une relation d’aide, qui va permettre aux personnes d’entrer dans une dynamique d’insertion sociale et professionnelle.


Durant ce parcours, le travailleur social doit tendre vers une objectivité et une neutralité bienveillante pour préserver son équilibre psychologique et rester le plus efficace dans son action. Bien souvent les interventions sociales activées, pour une même personne, font apparaître plusieurs problématiques et autant de services, de réseaux qu’il faut mobiliser rapidement (logement, santé, emploi, insertion, allocations, justice …).


Pour devenir travailleur social, il faut avant tout de la motivation, voire de l’abnégation et de la ténacité qui sont les moteurs de ce métier spécifique. Une profession avec des bas salaires, prise très à cœur par ceux et celles qui l’exercent, mais qui se battent pour améliorer leurs conditions de travail et promouvoir leurs professions.

 

Si vous aussi, vous possédez la fibre sociale, sachez que pour entrer dans la carrière de travailleurs sociaux, le niveau requis reste le bac. Cependant, il existe des diplômes d'Etat en travail social de qualité à partir du niveau CAP (certificat d'aptitude professionnelle) et au delà, comme les professions (BAFA, BAPAAT, AMP, AVS, ME, TISF, BPJESP...) Il vous permet de vous diriger vers les postes d’assistant social, éducateur spécialisé, animateur, accessibles via des écoles spécialisées, qui délivrent ces diplômes d’Etat, après 3 ans d’études supérieures très denses pouvant être organisées sur quatre années et dont le niveau équivalent à un grade master1 (bac+4), mais n’est reconnu qu’à un niveau bac+3.


Vous pouvez aussi opter pour le DUT Carrières sociales (2 ans d’études post baccalauréat), à compléter par une année de formation supplémentaire pour obtenir le diplôme d’Etat en fonction de la spécialité choisit (DEASS, DEES, DEFA…). Des filières émaillées avec de nombreux stages sur le terrain.

 

D’autres études d'encadrement vous permettront d’obtenir un CAFERUIS, un DEIS, un DESJEPS, un CAFDES, un Master professionnel qui vous mènera vers des fonctions managériales et directoriales.

 

Avec cet éventail de diplômes, vous ne devriez pas rencontrer trop de difficultés pour trouver un emploi dans une des nombreuses collectivités locales, organismes de protection sociale, associations, entreprises (il existe 42 000 gestionnaires de structures sociales), centres sociaux ou autres institutions qui figurent parmi les demandeurs de professionnels nouvellement diplômés pour intervenir dans leurs services afin de soulager les souffrances des plus démunis.


Nous vous souhaitons la bienvenue dans le monde du travail social où les femmes qui exercent ces professions sont majoritaires à 86%. Vous l’avez compris les hommes sont minoritaires, alors que le travail social a grand besoin aussi d'hommes.

 

Encore hésitant ! si vous aimez les relations humaines et l’aide aux personnes, le travail social est fait pour vous !

 



18/02/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2578 autres membres