Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux en colère fustigent le gouvernement

Le mouvement des travailleurs sociaux en colère ne s'éteindra pas, tant que le gouvernement ne reconnaitra pas nos droits

 

 

 

Après le premier mouvement de colère et de revendication dans les années 1980, des assistantes sociales étaient dans la rue par milliers et exigaient déjà la reconnaissance de leur diplôme d'Etat au Grade Licence avec le passage en catégorie dans la fonction publique.

 

En 2011, les travailleurs sociaux libres ont repris le flambeau en relançant le mouvement de revendication, mais cette fois en y intégrant l'ensemble des travailleurs sociaux des différents corps professionnels (AS, ES, ESF, EJE, DEFA, ETS).

 

A l'initiative des TSL, avec le soutien des organisations syndicales, des associations professionnelles, des travailleurs sociaux et des sympathisants, trois grandes manifestations nationales d'ampleur ont pu être réalisées en 2011. Pour la première fois une revendication commune de professionnels éducatifs et sociaux s'est exprimée dans la rue, jamais cela n'avait été fait auparavant.

 

Ces grandes mobilisations, où plus de 100 000 travailleurs sociaux à l'échelle nationale y compris les DOM-TOM se sont retrouvés en exprimant leur colère et leur indignation, ont permis de franchir un cap important pour l'avenir du travail social. Un pas symbolique vers la reconnaissance des diplômes du travail social au grade Licence bac+3, avec en point de mire, le statut cadre A pour la fonction publique et le statut cadre pour le privé.

 

Les TSL ont mobilisé les travailleurs sociaux du secteur privé et public et apporté leurs conseils et leurs arguments aux partenaires sociaux, dans le but que nos revendications aboutissent lors des négociations avec les représentant du gouvernement, comme par exemple le CSFPT (Conseil Supérieur de la Fonction Publique Territoriale), l'évaluation de nos diplômes d'Etat au niveau bac+4 et non bac+3, reconnu et revendiqué aussi par le syndicat SNUAS-FP (syndicat nationale unitaire des assistants sociaux).

 

Par la suite une autre grande organisation syndicale, la CFDT, reconnaissait à son tour que les diplômes d'Etat du travail social sont évalués au niveau bac+4 (Master1). Cependant, la CFDT comme d'autres organisations syndicales, pour des motifs politiques et des interêts internes à leurs organisations, ont fait le choix de ne revendiquer que le niveau bac+3.

 

Actuellement, les organisations syndicales et les associations professionnelles ont bougé dans leurs stratégies. A présent, ils revendiquent le grade Licence et non plus le niveau bac+3. Les TSL ne peuvent que se féliciter de cette démarche positive en faveur des travailleurs sociaux.

 

Nous sommes persuadés qu'à long terme, toutes les organisations syndicales et les associations professionnelles seront alignées sur les mêmes revendications que les TSL.

 

Oui nous finirons par obtenir justice, le gouvernement n'aura pas d'autres choix que de reconnaitre les droits légitimes d'un million de travailleurs sociaux déqualifiés et sous payés, et nous passerons si nécessaire, par la saisine des tribunaux et de la cours de justice européenne pour faire condamner l'Etat français.

 



28/12/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2532 autres membres