Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Occupation d'un foyer : Soutien des travailleurs sociaux aux familles dans la rue !

Occupation d'un foyer : Soutien des travailleurs sociaux aux familles dans la rue !

 

Manque de logement, des femmes et des enfants dans la rue est insupportable, c'est pourquoi des travailleurs sociaux du "collectif 76" avec le soutien du DAL (droit au logement), ont décidé d'occuper un foyer inoccupé.

 

Bravo pour le courage et les convictions de toutes ces personnes qui défende les droits des plus faibles...

 

Voici l'article !

 

Article PARIS NORMANDIE.FR - Publié le samedi 16 juin 2012 à 16H20

Rouen : des travailleurs sociaux occupent un foyer inoccupé

«Mais comment doit-on réagir si les forces de l’ordre pénètrent en force dans les locaux ? »

 

Nous sommes dans le petit salon du premier étage du foyer de la rue de la Maladrerie à Rouen (Seine-Maritime). Une vingtaine de personnes viennent d’envahir les lieux. Une action « coup-de-poing »… exécutée le plus tranquillement par les membres du « Collectif 76 des salariés du social et du médico-social »… avec le soutien du DAL (Droit au logement) et de RESF (Réseau éducation sans frontières).

 

 

Les locaux, gérés par l’Oeuvre normande des mères n’abritent plus personne depuis le mois de mai. Hormis deux ou trois employés administratifs. « Par cette action d’occupation, nous voulons dénoncer le manque de moyens, de plus en plus évident, des structures d’accueil », explique Alice (nom d’emprunt).


Situation ubuesque
« Chaque soir, il y a des dizaines de personnes dans la rue, sans aucune solution d’accueil. Des femmes avec enfants se trouvent dans des conditions incroyables ». Un constat corroboré par les militants du DAL… et la plupart des structures sociales.
Pour dénoncer cette situation, et réaliser un coup d’éclat, les travailleurs sociaux sont venus avec sac de couchage… et le souci de faire passer leur message.
Situation un peu ubuesque un peu plus tard lorsque le directeur des lieux, Eric Bouflet, rejoint par le directeur de l’Oeuvre normande des mères, Jean-Michel Leduc est venu parlementer… à travers les barreaux d’une fenêtre.


Ubuesque parce que finalement ces acteurs du monde social effectuent le même constat. « Personnellement je suis dans la sidération », confie Eric Bouflet. « J’ai passé l’après-midi à travailler sur les dossiers et bien sûr, j’ai conscience que tous les budgets sont à la baisse. Je suis plutôt solidaire de ces salariés ».


Une opinion sensiblement reprise par Jean-Michel Leduc. « Sur le fond, je dresse le même bilan que ces travailleurs sociaux. Mais je conteste vraiment la forme. Cette occupation ne va pas résoudre les problèmes. » Pour autant, Jean-Michel Leduc ne comptait pas faire appel, hier soir, à la force publique pour déloger les occupants.

 

Source :

http://www.paris-normandie.fr/article/rouen/rouen-des-travailleurs



20/06/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3039 autres membres