Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Origine du mouvement social de 2011: le soulèvement des travailleurs sociaux

 

Naissance d'un mouvement social historique dans l'histoire du travail social

 

 

Le 3 février 2011, j’ai lancé un appel à une mobilisation nationale afin que nos diplômes du travail social soient reconnus à minima  Bac+3 voire Master. Un groupe de confrères  et de consœurs ont répondu favorablement à cet appel sur les forums puis relayés sur facebook..., et la date du 16 mars a été entérinée.

 

En effet, cette date correspondait à l’une des séances au cours de laquelle le CSFPT (Conseil supérieur de la fonction publique territoriale) devait rendre sont avis sur les décrets « rénovant » les métiers de la filière sociale et leur maintien en catégorie B.

 

Chacun des foromeurs concernés a mobilisé son entourage par ses propres moyens. De mon côté, j’ai contacté le maximum de sections locales de syndicats dans tous les départements de France et des DOM-TOM, de centres de formation, d’universités, d’associations de travailleurs sociaux, d’établissements sociaux et médico-sociaux…

 

C'est donc à partir de l'appel du 16 mars 2011, que notre modeste "collectif TSL" se constitua en association de fait.

 

Cependant, depuis 2007 sur les forums nous revendiquions le désir de réaliser une mobilisation nationale des travailleurs sociaux.

 

Nous sommes donc un groupe de travailleurs sociaux libres et c'est cette liberté qui nous permet de lancer ce premier mouvement contestataire national, dont l'objectif est d'unifier et de solidariser l'ensemble des travailleurs sociaux pour la reconnaissance de nos diplômes et de nos professions car les associations professionnelles du travail social et les organisations syndicales n'arrivent pas à se faire entendre par le gouvernement.

 

Malgré les efforts des syndicats et des associations professionnelles, leurs interventions sont mis en échecs systématiquement, le gouvernement ne leur prête aucune attention. Grâce à l'impulsion du mouvement des travailleurs sociaux libres, nous avons permis aux syndicats d'être enfin reçu par des représentants du ministère. Nous avons donc pu obtenir le retrait provisoire des textes qui devaient nous maintenir définitivement en catégorie B et voir s'évanouir la reconnaissance des diplômes du travail social à bac+3 (Licence) voire Master.

 

Sans la forte mobilisation du 16 mars et des mobilisations suivantes à l'initiative des travailleurs sociaux libres soutenu par les syndicats et les associations professionnelles, les travailleurs sociaux seraient définitivement maintenu en catégorie B et sans aucune possibilité d'obtenir un jour la reconnaissance de leur diplôme équivalent au grade Master et à défaut licence.

 

Je remercie aussi tous les travailleurs sociaux pour leur investissement et leur participation les 16 mars, 7 avril, 16 juin ainsi  que pour les mobilisations à venir.

 

Pour les mobilisations futures, ensemble nous allons mobiliser tous nos collègues du Public et du Privé, de métropole et des DOM-TOM, tous nos réseaux, les étudiants en travail social, les syndicats du Public, du Privé, nos amis retraités travailleurs sociaux, les sympathisants...

 

Pour rappel, nous sommes en 2012 environ 4 millions de travailleurs sociaux.

 

Les travailleurs sociaux réunis ensemble et tous solidaires sont une très grande force "professionnelle et politique" capable de faire plier n'importe quel gouvernement. Mais nous n'en avons pas vraiment conscience. Jusqu'à présent une politique de division freinait le rapprochement et la solidarité des travailleurs sociaux entre eux. Il faut remonter dans le temps bien avant 1945.

 

A qui profite ces divisions ? Au Gouvernement bien sûr mais pas seulement... Si les travailleurs sociaux n'étaient pas aussi divisés depuis plus de 40 ans, compte tenu de notre force et de notre position professionnelle stratégique au sein des différentes classes sociales, depuis longtemps nous aurions été classé en catégorie A ,et notre diplôme reconnu à Licence. Depuis 2002 avec la naissance du processus de Bologne, les diplômes du travail social Français sont équivalent au niveau Licence (bac+3) et Master.

 

Sans les travailleurs sociaux se serait l'effondrement de la cohésion sociale en France car le système social français est construit de tel façon que l'intervention des travailleurs sociaux est indispensable. 

 

Le gouvernement le sait très bien. C'est pour ces motifs que tout est mis en œuvre depuis 60 ans pour affaiblir le "pouvoir" des travailleurs sociaux (empilement des dispositifs, statistiques, remise en cause du secret professionnel, délation, prime au mérite, manipulation, discrimination...).

 

Tout est fait pour démolir le travailleur social (humiliation continue par le manque de reconnaissance des professions et des diplômes, harcèlement au travail, maltraitance institutionnelle, surcharge de travail, suppression des budgets et des personnels, évaluations avec instauration d'objectifs personnels...). 

 

Parfois il arrive que les travailleurs sociaux entre eux s'humilient, s'écrasent... ils ne sont pas conscients qu'ils sont manipulés par un système dont ils sont prisonniers et victimes.

 

Cependant l'espoir est présent. Les travailleurs sociaux libres ont commencé ce travail d'apprivoisement et de rapprochement entre les différents corps de métiers des filières de l'action sociale, éducative, médico-sociale, d'animation.

 

N'en déplaisent aux décideurs politiques, aux responsables d'organisations, aux dirigeants et aux gouvernements, les travailleurs sociaux ont commencé à sortir de cette torpeur qui les empêchaient d'agir ensemble.

 

Le travail social est fortement féminisé soit 89% de femmes toutes filières sociales confondues. Nous ne pouvons que constater la discrimination professionnelle à leur encontre.

 

Mesdames et Messieurs les décideurs politiques, vous qui prônez la parité et l'égalité homme-femme, nous vous demandons de respecter les droits légitimes des travailleuses sociales majoritaires à plus de 89% des professions sociales, en répondant favorablement à leurs revendications : diplômes à Licence (bac+3) ou Master, cadre A pour les assistants sociaux, éducateurs spécialisés, conseillers en économie social et familial, éducateurs de jeunes enfants, éducateurs techniques spécialisés, défasiens...)

 

Le volume horaire des diplômes d'état en travail social (ES, AS...) concentré sur trois années de formation post bac très denses pouvant être organisées sur 5 années d'étude, soit 5040 heures, équivaut un diplôme universitaire de niveau Master obtenu à la faculté, avec le processus de Bologne ces revendications sont confortées au delà de la licence. Les diplômes du travail social équivalent une Licence et un Master.

 

Les travailleurs sociaux vont s'unir et tous ensemble, nous remporterons la victoire certaine contre l'injustice que nous subissons. Les travailleurs sociaux libres combattrons jusqu'au bout. Nous sommes prêts à paralyser l'ensemble des service sociaux et médico-sociaux, sanitaires éducatifs et d'animation de France et des Dom-Tom sur plusieurs jours voire plusieurs semaines. Nous saisirons la Cours de justice Européenne si nécessaire.

 

Néanmoins,  ils nous faut cette fois encore mieux nous organiser et mieux nous coordonner entre travailleurs sociaux et associations, se répartir les tâches...

 

Au nom des travailleurs sociaux libres, j'ai informé les syndicats que nous nous positionnerons et proposerions une stratégie en fonction de leurs propositions car nous œuvrons pour un but commun "la réussite des mobilisations".

 

Les syndicats ne peuvent se mobiliser sans la dynamique et le travail de terrain des travailleurs sociaux libres (syndiqués et non syndiqués). C'est pourquoi mes amis, nous comptons tous sur vous.

 

En ce qui me concerne, je vais de nouveau activer tous mes réseaux et convaincre tous mes amis, collègues, sympathisants, syndicats de la fonction publique hospitalière Public et Privé, mais aussi les syndicats du Public et du Privé qui nous avaient rejoint le 16 mars. Il faudra nous mettre en relation avec tous les futurs collègues travailleurs sociaux en formation dans les différentes écoles de travail social de métropole et des Dom-Tom. Il faudra aussi convaincre les syndicats du secteur privé chacun à son niveau, de rejoindre le mouvement de mobilisation nationale des travailleurs sociaux libres.

 

Nous devons gagner. Les travailleurs sociaux libres doivent mettre un terme à l'humiliation que nous subissons au quotidien par la non reconnaissance de nos compétences et de nos qualifications par le gouvernement.

 

Les Travailleurs sociaux libres n'accepterons aucun compromis avec le gouvernement si cela doit être au détriment des travailleurs sociaux.  Nous dénoncerons et combattrons toutes négociations contraires aux intérêts des travailleurs sociaux. Nous exigeons le grade Master1 et Cadre A pour la fonction publique et cadre pour le privé.

 

Concernant les conseillers socio-éducatifs, les conseillers techniques, les cadres socio-éducatifs déjà classés en catégorie A, qui revendiquent la reconnaissance de leur statut  dans la grille des Ingénieurs, sans oublier les chefs de service socio-éducatif du secteur Privé. L'ensemble de ces cadres sont au nombre de 12 000 à l'échelle nationale. Les travailleurs sociaux libres demandent à ces cadres de l'action sociale de se mobiliser aux côtés des travailleurs sociaux par solidarité s'ils veulent obtenir la revalorisation de leur statut professionnel.

 

En effet, les TSL comme les syndicats exigeons la reconnaissance du grade Master 2 (bac+5) pour le DEMF, CAFERUIS et le DESJEPS, ainsi que la revalorisation de tous les diplômes du travail social et de l'animation dont le BAFA et le BAFD.

 

N'oublions pas cher(e)s collègues fonctionnaires travailleurs sociaux et agents publics que nos confrères travailleurs sociaux du privé sont cinq fois plus nombreux que les travailleurs sociaux des trois fonctions publiques réunies (Etat, Territoriale, Hospitalière).

 

Quant à moi, au nom des travailleurs sociaux libres, je vous informe que j'ai transmis des centaines de courriers aux parlementaires, aux responsables politiques, aux différents ministres du gouvernement de nos revendications, des lettres aux syndicats, environ vingt mille mails aux associations, entreprises, particuliers...

 

Mais maintenant, je pense qu'il est temps de mieux nous structurer pour que nous soyons reconnus comme une force incontournable vis a vis du gouvernement et des médias pour qu'aboutissent enfin nos revendications.

 

- reconnaissance grade Licence dans un premier temps puis Master.

- Cadre A pour les fonctionnaires travailleurs sociaux.
- Position cadre pour les travailleurs sociaux du privé.
- Cadre de niveau 6 pour les travailleurs sociaux des organismes de sécurité sociale.


Si vous êtes avec moi comme pour le 16 mars, prêt à me suivre, prêt à vous battre, je vous promets la victoire car nos revendications sont justes et sont des droits légitimes.  

 

89% de femmes dans le travail social pour quatre millions de travailleurs sociaux, vous ne pouvez envisagez la défaite. Tous les hommes travailleurs sociaux se tiendrons à vos côtés. Nous protègerons vos flancs et serons en première ligne à lancer l'offensive, comme j'ai déjà commencé à le faire avec d'autres confrères et consœurs. Nous ne nous diviserons pas, nous ne vous trahirons pas. Nous irons à la victoire.

 

VOULEZ VOUS la VICTOIRE ? Alors combattons ensemble et mettons fin à l'oppression et à la discrimination professionnelle que nous subissons depuis un demi-siècle.

 

Nous avons obtenu la reconnaissance de nos diplômes du travail social au niveau bac+3 (licence)  grâce à vous et à tous vos sacrifices (grèves, mobilisations...). Mais surtout parce que vous nous avez fait confiance. Cependant, le niveau bac+3 reste insuffisant parce que nos diplômes du travail social (assistant social, éducateur spécialisé...) équivalent le niveau Master. C'est pourquoi les TSL continuons le combat afin d'obtenir la reconnaissance réel de ces diplômes au niveau Master.

 

Il nous a fallu trois demi-journées de mobilisations pour nous permettre d'obtenir le niveau bac+3, alors que cela fait un demi-siècle que les travailleurs sociaux le revendiquent par le biais des syndicats et sans aucun succès de leur part ! Ouvrez les yeux et réfléchissez travailleurs sociaux !

 

Nous avons la force pour imposer la reconnaissance du grade Licence/ Master et le statut cadre au gouvernement, aux employeurs et aux collectivités territoriales. L'avenir de nos diplômes, de nos professions et du travail social va dépendre des décisions que nous prendrons. ne ratons pas ce grand rendez-vous avec l'histoire du travail social en changement, ensemble construisons l'avenir du travail social...

 

Au nom des travailleurs sociaux libres, merci à tous...

 

A présent, de nouveau, nous comptons encore sur votre confiance en nous soutenant pour la lutte que les travailleurs sociaux libres ont engagé pour la reconnaissance du grade Licence/ Master de nos diplômes du travail social, et le statut CADRE A pour les travailleurs sociaux de la fonction publique et Cadre pour le Privé.

 

Patrick Guichard

 

 



12/04/2011

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2984 autres membres