Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Parole d'une éducatrice spécialisée

Raisons de continuer à revendiquer la reconnaissance des diplômes

 

 


Le collectif TSL avons le plaisir de vous proposer un autre témoignage, celui de Léa, qui a sollicité la publication de cette lettre à l’attention des travailleurs sociaux.


Rappel de notre lutte :


Dans un premier temps en mars 2011, Patrick Guichard a soutenu la revendication du niveau bac+3/bac+4 avec le soutien des associations professionnelles en travail social et des syndicats, en faveur des assistants sociaux, éducateurs spécialisés…


Mais très rapidement, il s'est rendu compte que le niveau bac+3 des diplômes en travail social (DEES, DEASS...), ne correspondaient pas au niveau auxquels ils pouvaient prétendre Master1 (bac+4) comme le revendique aussi le syndicat SNUAS-FP.


A partir de ce constat, il réalisa que cet acte constituait un abus de confiance aggravé vis à vis de milliers de travailleurs sociaux, que cela ne servait en rien leurs intérêts mais au contraire leur causait un grave préjudice quant à l'avenir des professions en travail social.


D'un point de vue éthique et déontologique, il était fondamental que les valeurs morales prennent le dessus en commençant par poser une action simple et importante mais combien symbolique, le "RESPECT" des travailleurs sociaux.


C'est pourquoi, "Patrick" a pris la décision de dire publiquement la vérité aux travailleurs sociaux, n'en déplaise à certains et de ce démarqué. Il était essentiel de replacer et de redonner la parole à ces professionnels et futurs professionnels et non pas de les manipuler ou de les ignorer comme cela a toujours été le cas en référence aux politiques...


Il est avéré que les diplômes d'Etat du travail social (assistant social, éducateur spécialisé...), équivalent bac+4 en référence au processus de Bologne.


Mais compte tenu de la grogne grandissante des travailleurs sociaux et des voix discordantes, le gouvernement pris la décision d'accorder le niveau bac+3 soit 180 ETCS (européen) pour le DEES, DEASS, DEEJE, DECESF, DEETS, alors qu'ils savent pertinemment que ces diplômes sont sous-évalué et équivalent 240 ECTS (bac+4), espérant ainsi faire taire les contradicteurs tel que le collectif "travailleurs sociaux libres", le syndicat (SNUAS-FP)...

 

Cependant, le niveau bac+3 ne sera reconnu qu'au niveau européen et pas en France, le Président Nicolas sarkosy et son gouvernement en ont décidé ainsi.


J’ai donc pris la décision de rejoindre les travailleurs sociaux libres depuis le début du mouvement de contestation des travailleurs sociaux, qui a débuté par la première mobilisation nationale du 16 mars 2011 dont les TSL sont à l’origine.


Il était de mon devoir de témoigner de l’absurdité et des conséquences désastreuses dans laquelle les travailleurs sociaux sont entrainés malgré eux, et qui ont des conséquences désastreuses sur les métiers du travail social.


Ce n’est pas uniquement les diplômes des assistants sociaux, des éducateurs spécialisés qui sont dévalorisés mais l’ensemble des diplômes en travail social (moniteur éducateur, TISF, AVS…).


Nous pouvons encore dire « NON » en stoppant les actions du gouvernement Fillon, qui nous mène tout droit vers la déqualification, la disqualification, la régression voire la disparition programmées des métiers du travail social et de leurs diplômes d'Etat.


Un travailleur social diplômé d’Etat débutant (assistant social ou éducateur spécialisé) perçoit un salaire équivalent au SMIG.

 

Qui doit défendre nos statuts professionnels et nos salaires ? A qui faire confiance aujourd'hui ?

 

Cela fait environ 30 ans que les salaires des travailleurs sociaux n’augmentent plus par rapport au coût réel de la vie, nous sommes en complet décalage.


Comme vous, je souhaite avoir une vie décente et ne pas avoir à me faire des cheveux blancs à chaque fin de mois, ne sachant pas si je pourrais payer toutes mes factures (loyer, électricité, téléphone, essence, nourriture…), partir en vacance devient de plus en plus compliqué.


Cependant, je crois que nous pouvons tous ensemble changer le cours de l’histoire, écrire une nouvelle page ou les travailleurs sociaux seront considérés, respectés et reconnus dans leurs professions.


Léa, éducatrice spécialisée




21/01/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3077 autres membres