Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Prévention spécialisée à Champigny-sur-Marne : Licencié, l'éducateur de rue suspend sa grève de la faim

Licencié, l'éducateur suspend sa grève de la faim

Une sanction de licenciement disproportionné à l'encontre d'un éducateur de rue de l'association de prévention spécialisée de Champigny-sur-Marne. La question que nous pouvons nous poser : si cette situation c'était posé auprès d'un des cadres de direction ou de la directrice elle-même, aurait-elle été licencié ? Bien sûr que NON, car c'est un privilège octroyé aux cadres de direction qui abusent de leurs pouvoirs en se plaçant au dessus des lois, et qui n'hésitent pas a les détourner pour leurs intérêts personnels.

 

J'ai contacté cette association de prévention spécialisée pour plus d'information sur cette affaire, il m'a été répondu que ces informations étaient classées confidentielles. Une bien étrange réponse de la part de cette association !

 

 

Voici l'article

 

Journal le Parisien - Publié le 28.09.2011

 

Rien ne va plus entre un éducateur de l'association Champigny Prévention et sa direction. Accusé d'avoir « séché » trois jours, Edgar vient de recevoir sa lettre de licenciement. Une décision qu'il a contestée en s'engageant dans une grève de la faim dans les locaux de l'association, soutenu par une grande majorité de ses onze collègues.

Une grève de la faim qui n'aura finalement duré que vingt-quatre heures, aujourd'hui Edgar remet son sort entre les mains des prud'hommes.
 
« Je travaille ici depuis sept ans, assure Edgar, mais depuis deux ans, je partage mon temps entre l'association et une formation d'éducateur spécialisé. Il y a quelque temps, la formation de trois jours que je devais suivre a été annulée au dernier moment et, à la place, je ne suis pas allé à l'association. J'ai pris ces trois jours pour régler des problèmes personnels et c'est ce que l'on me reproche aujourd'hui, une absence injustifiée. »

Si Edgar comprend et admet qu'on le sanctionne, la brutalité de la réponse lui semble disproportionnée. A lui comme à bon nombre de ses collègues, venus le soutenir dans sa démarche. « Effectivement, il mérite une sanction, reconnaissent ses collègues, même si les heures supplémentaires faites comblent largement les jours pris, mais là, c'est de l'acharnement. »

Réunis, autour d'Edgar, tous espéraient pouvoir renouer le dialogue avec les responsables de l'association pour obtenir la réintégration de leur collègue. « Nous allons demander à rencontrer le conseil d'administration dans son intégralité afin que soient évoquées toutes les difficultés que nous rencontrons. Par ailleurs, la situation est tellement dégradée que nous allons également demander la présence d'une cellule psychologique pour ceux qui ont mal vécu les derniers événements. »

Malgré nos tentatives, il n'a pas été possible de s'entretenir ni avec la directrice ni avec le président, hier, pour obtenir leur version du dossier.
 

Le Parisien

 

Source:

http://www.leparisien.fr/champigny-sur-marne-94500/licencie-l-educateur-suspend-sa-greve-de-la-faim-28-09-2011-1628779.php



23/01/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2344 autres membres