Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Rentrer 2020 : dérogation pour l'admission aux formations de diplômes de travail social

Un arrêté et un décret publié au journal officiel le 26 mai prévoient des modalités dérogatoires d'admission, pour la session 2020, aux formations de certains diplômes du travail social.

 

formations.jpg

 

L'admission des candidats aux formations menant à certains diplômes en travail social pourra se faire uniquement sur dossier en 2020, a décidé le gouvernement.

 

Le décret n° 2020-626 du 25 mai 2020 est relatif aux modalités d’admission dans les formations à certains diplômes du travail social pendant la crise sanitaire née de l’épidémie de covid-19.

 

Le texte réglementaire prévoit des modalités dérogatoires d’admission en formation pour les diplômes d’État d’assistant de service social, d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur spécialisé, d’éducateur technique spécialisé et de conseiller en économie sociale familiale. Il indique au titre de la rentrée de 2020, les modalités dérogatoires d’admission pour les formations concernant les diplômes de travail social.

 

Selon un décret du 25 mai, la sélection des étudiants pourra, en effet, être fondée "sur la seule étude du dossier de candidature" .

 

Le public concerné par le décret n° 2020-626 du 25 mai 2020 sont les étudiants poursuivant une formation en travail social en vue de l’obtention de l’un des cinq diplômes d’État suivants :

 

les diplômes d’État d’assistant de service social, d’éducateur de jeunes enfants, d’éducateur spécialisé, d’éducateur technique spécialisé et de conseiller en économie sociale familiale.

 

Sont aussi concernés, par arrêté du 25 mai également, les autres diplômes suivants :

 

  • certificat d'aptitude aux fonctions d'encadrement et de responsable d'unité d'intervention sociale (Caferuis) ;
  • diplôme d'Etat de technicien de l'intervention sociale et familiale (DETISF) ;
  • diplôme d'Etat d'ingénierie sociale (DEIS) ;
  • certificat d'aptitude aux fonctions de directeur d'établissement ou de service d'intervention sociale (Cafdes) ;
  • diplôme d'Etat de moniteur-éducateur (DEME) ;
  • diplôme d'Etat de médiateur familial (DEMF) ;
  • diplôme d'Etat d'accompagnant éducatif et social (DEAES).

 

Un entretien facultatif

 

Ces dispositions temporaires viennent notamment déroger à l'article D. 451-28-5 du code de l'action sociale et des familles qui prévoit que "l'admission dans la formation est prononcée par le chef ou le directeur d'établissement après avis de la commission d'admission".

 

Et que cette dernière "prend en compte les éléments figurant dans le dossier de candidature complété par un entretien destiné à apprécier l'aptitude et la motivation du candidat à l'exercice de la profession".

 

Cet entretien n'aura donc pas forcément lieu, cette année, dans les centres de formation qui choisiront de ne pas l'organiser en raison de conditions de distanciation physique trop compliquées à mettre en place, par exemple. Et qui préféreront s'en passer plutôt que de recourir à des modalités alternatives, par téléphone ou par visioconférence par exemple.

 

Une seule modalité

 

Quoi qu'il en soit, par mesure d'équité, "la modalité d'admission retenue s'applique à tous les candidats d'une même formation d'un établissement", précisent les textes parus au Journal officiel du 26 mai.

 

Pétition : pour la valorisation des métiers et des qualifications du travail social, merci de signer la pétition

 

 

 

 

 



16/06/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3078 autres membres