Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Revalorisation et requalification : Tenons bon, il ne faut rien lâcher !

Revalorisation et requalification : Tenons bon, il ne faut rien lâcher !

 

l'Espoir, c'est ce qui nous permet de continuer d'y croire... Pour faire avancer nos revendications, cela passe par des actions concrètes (grèves, manifestations etc).

 

Les TSL demandons au SNUAS-FP de déposer un piquet de grève nationale pour le mois d'avril 2013, et de porter avec les collectifs et associations les revendications des travailleurs sociaux pour obtenir la catégorie A , le statut cadre pour le privé, la reconnaissance des diplômes au grade Master à défaut Licence, la revalorisation de tous les métiers du travail social et de meilleures conditions de travail.

 

Les TSL sont prêts à soutenir le SNUAS-FP, pour cette proposition de déposer un piquet de grève nationale ainsi que toutes organisations syndicales qui souhaitent poursuivre la lutte et continuer à soutenir les revendications des travailleurs sociaux.

 

Nous devons exiger l'abrogation immédiat du décret qui nous intègre dans le Nouvel Espace Statutaire de catégorie B (NES), applicable depuis le 3 octobre 2013 à toute la filière sociale et médico-sociale des trois versants de la fonction publique, qui a été décidé par le CSFPT (conseil supérieur de la fonction publique territoriale), représentant le gouvernement.

 

Pour assurer le succès de cette grève, nous relaieront à l'échelle nationale l'information à tous nos réseaux du secteur public et privé. De la réussite des revendications des travailleurs sociaux de la fonction publique, dépendra celle du secteur privé et associatif.

 

C'est pourquoi, les travailleur sociaux de la fonction publique et du secteur privé doivent s'unir sous la même bannière pour faire plier le gouvernement Ayrault, pour obtenir la satisfaction de toutes nos revendications.

 

Nous pouvons créer une opportunité en démontrant notre détermination à ne rien lâcher. Nous pouvons être au moins un million de travailleurs sociaux mobilisés. Montrons notre force et notre volonté au gouvernement, à Hollande, aux médias, que personne ne pourra arrêter le mouvement de contestation et de revendications des travailleurs sociaux. Oui, nous pouvons le faire !

 

Les TSL encouragent tous les travailleurs sociaux a écrire à l'ensemble des parlementaires (députés, sénateurs, présidents et élus des collectivités...). Nous vous demandons aussi d'interpeller tous vos syndicats afin qu'ils déposent un piquet de grève intersyndicale. Mais sachez, que le dépôt d'un seul piquet de grève nationale par un syndicat, suffit comme protection juridique aux travailleurs sociaux et aux étudiant en formation de travail social qui souhaiteront faire grève.

 

Nous avons ensemble déjà réussit à faire reculer en 2011 le gouvernement précédent (Fillon). Nous avons même obtenu une petite victoire par la reconnaissance du niveau Licence européenne (180 ECTS) grâce à trois demi-journées de grève nationale.

Vous voyez que tout est possible si vous le voulez ! Pour y arriver, il faut mettre de nouveau la pression sur le gouvernement et sur les organisations syndicales, afin qu'ils prennent réellement leurs responsabilités auprès des travailleurs sociaux, en déposant un piquet de grève nationale avec manifestation dans toutes les villes, ou bien uniquement sur la capitale "Paris".

 

Les TSL vous demande d'agir, montrons à Hollande à son gouvernement, aux élus, aux patronat et au MEDEF, que nous rejetons le Nouvel Espace Statutaire de catégorie B (NES) qui est disqualifiant. Faisons entendre notre mécontentement et nos voix aux syndicats pour qu'ils agissent. Les lettres transmises aux ministres c'est bien, mais reste très insuffisant, et ce n'est en aucun cas un moyen de pression contre le gouvernement, qui balade les travailleurs sociaux depuis 40 ans.  C'est de grèves et de manifestations dont nous avons besoin, car le gouvernement ne comprend que par une vrai force d'opposition.

 

Travailleurs sociaux, vous êtes les mieux placés pour exercer cette force d'opposition et de résistance face à nos dirigeants politiques, parce ce que dans le cadre de votre travail et de votre mission de défense des droits de la population, vous le faite déjà au quotidien. Nous devons exiger la reconnaissance de tous nos DROITS, car l'avenir de nos professions et du travail social en dépend.

 

Cliquez sur l'image pour un meilleur confort de lecture

 

Source :

http://www.snuasfp-fsu.org/IMG/pdf/QS_81.pdf



20/02/2013

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2532 autres membres