Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

TSL : stratégie et nouvelle orientation pour faire valoir nos droit !

Reconnaissance grade Master1 à défaut Licence : Stratégie et nouvelle orientation pour faire valoir nos droits !

 

Droits bafoués, ça suffit ! les travailleurs sociaux disent :

 

 


En France, le GRADE Master1 donne droit à 240 ECTS et le Grade LICENCE 180 ECTS  .

 

Nous invitons les travailleurs sociaux à se rendre sur le site du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, dans la catégorie enseignement supérieur, organisation Licence Master Doctorat, vous observerez que :

"pour chaque semestre d’études, est affecté 30 crédits ou E.C.T.S. (European Credit Transfert System), identique à de nombreux pays européens : en licence, 6 semestres validés soit au total 180 crédits ; en master1 (bac+4) trois semestre de validé équivaut 240 crédits, en master2 quatre semestre de validé équivaut 300 crédits"


Mais voilà ! toujours pas de GRADE LICENCE ou Master1 pour les diplômes d’État en travail social (AS ES CESF EJE ETS, DEFA) ?

 

Mes chers consoeurs et confrères, sachez que dans l’enseignement supérieur et dans les pays européens, les diplômes d'état de travailleurs sociaux (assistant de service social, d’éducateur spécialisé...) donne lieu à l'accréditation de 240 ECTS niveau (bac+4) ou de 300 crédits européens (ECTS) niveau bac+5".

Voici le tableau des pays européens qui reconnaisse le diplôme du travail social au grade MASTER (bac+4 ou bac+5). Le grade LICENCE dans les pays européens sont minoritaires concernant les diplômes cités. Pour voir l'article en question et le tableau des pays européens qui attribuent le grade Master qui sont majoritaire, cliquez içi

 

La France pays des droits de l'homme, prétend être un modèle de justice et de démocratie pour les autres états. Mais qu'en est-il réellement ? Penchons nous sur la filière sociale et médico-sociale et que constatons nous ? Les professionnels de l'action sociale qui interviennent dans ce secteur sont tous exploités. Les métiers du travail social sont dévalorisés et les salaires sont pratiquement équivalents au salaire minimun interprofessionnel de croissance (SMIC).

 

Prenons l'exemple d'une assistante sociale qui effectue trois longues années d'études intensives post-baccalauréat pour obtenir son diplôme d'état. Heureuse d'avoir décrochée son diplôme, elle fera la terrible et amère expèrience de son premier job, en exerçant au service scolaire dans l'Education Nationale, elle se verra attribuée 1000€ net mensuel pour son premier salaire. Quelle déception ! Des exemples similaires d'exploitations professionnelles ne manquent pas, comme dans les Mairies, les CCAS, les organismes de sécurité sociale, les conseil généraux et dans le secteur associatif. On embauche des professionnels hautement qualifiés, mais c'est pour mieux les exploités.

 

Un peu d'histoire : la plus longue grève des assistantes sociales en 1991

C'est ainsi que la révolte des travailleurs sociaux a commencé. Ils disent "STOP assez de mensonge". Cela fait 40 ans que le calvaire, les promesses et les mensonges dure. La revendication du passage en catégorie A, le grade Licence pour les diplômes avec la demande d'homologation du niveau II au RNCP, un salaire net mensuel en début de carrière à 10000F, soit 1600€ en 2013, ces revendication ne sont pas nouvelles.

 

En effet, le 16 septembre 1991 débutait la plus longue grève qu'est connue la profession des assistantes sociales. Les revendications des assistantes sociales de 1991 et 2011 sont toujours les mêmes !

En 1991, une grève très dure de six semaines en continu était engagée sous la Présidence de François Mitterand. A Paris plus de 10 000 assistantes sociales avaient pris la décision de faire grève, une coordination nationale représentant les assistantes sociales était créée, afin de faire plier le gourvenement de l'époque. Savez-vous ce qui sait passé ? Elles ont été délogées par des centaines de CRS envoyés par le premier ministre et le ministre des affaires sociales.  Pour prendre connaissance de l'histoire de cette longue grève des assistantes sociales en 1991, cliquez içi

 

Nous sommes à présent en 2013 et le combat des travailleurs sociaux c'est généralisé a cause de cette injustice grandissante. Une nouveauté dans le travail social, car pour la première fois, cinq corps professionnels (AS, ES, ESF, EJE, DEFA, ETS) se sont mobilisés pour défendre une revendication commune "la reconnaissance de leurs diplômes au Grade universitaire Master/Licence et la revalorisation de leur statut professionnel, catégorie A et Cadre pour le privé".

 

Voila donc deux années de combat passés, ou les travailleurs sociaux , le collectif TSL, les syndicats et des associations professionnelles ont transmis dans un cadre légal et dans le stricte respect de la loi des lettres à de nombreux ministères. Nous nous sommes mobilisés et avons fait grève pour l'application du droit, afin que nos revendications légitimes soit reconnues, le gouvernement nous at-il écouté ?

 

Il nous semblait pourtant que les négociations (CSFPT et syndicats), laissaient envisager un dénouement heureux pour les travailleurs sociaux. Mais, il semblerait que le contraire se soit produit.  A quoi bon essayer de négocier avec un gouvernement qui reste sourd et qui ne respecte pas les régles juridiques fondamantaux du droit français !

 

Mais qui sait, peut-être assisterons nous à un retournement de situation dans les prochaines semaines, et que les syndicats réussirons malgré tout à convaincre et à imposer nos revendications au gouvernement, au conseil supèrieur de la fonction publique territoriale) CSFPT ainsi qu'aux organismes employeurs (public/privé) ?

 

 

Travailleurs sociaux, les TSL vous ont régulièrement informé sur l'état d'avancement de notre dossier de revendication, et nous vous avons fait part de nos craintes... Depuis le 15 octobre 2011, nous avons proposé la solution par le droit d'une procédure en justice auprès des tribunaux compétents (français et européen) pour imposer le DROIT à l'Etat français. Pour lire l'article sur l'action en justice, cliquez içi

 

Le travail social et nos diplômes appartiennent-ils à une espèce en voie de disparition ? Sommes nous à ce point déqualifié et mis au rebus, que même l’enseignement supérieure nous méprise et nous discrédite ?

 

Nous ne voulons pas d’une reconnaissance d'un simple niveau bac+3 qui n'a pas de valeur réelle en France. Nous exigeons la reconnaissance de nos diplômes au grade LICENCE (180 ECTS) avec 60 ECTS ou crédits supplémentaires pour le Master1(240 ECTS).

Pourquoi d'autres professions avec beaucoup moins d'heures d'enseignements et de stages, peuvent-elles obtenir le grade Licence/Master par le gouvernement Ayrault et de Hollande, et serait inenvisageable pour les diplômes du travail social (DEASS, DEES, DECES, DEEJ, DEETS, DEFA) ?

 

Sous la pression des travailleurs sociaux, le précedent gouvernement Fillon nous a attribué 180 ECTS pour nos diplômes d'Etat. Le GRADE LICENCE donne droit à 180 ECTS, il est donc justifié et légitime d'exiger à minima le GRADE LICENCE, car n'oublions pas que nos diplômes équivalents 240 crédits ECTS (bac+4), même le syndicat "CFDT" affirme le niveau bac+4, dans un de leurs courriers transmis au Président de la République en juin 2012, idem pour le syndicat "SNUAS-FP".

 

Mais jusqu'à présent, toujours pas de GRADE LICENCE pour les diplômes d’État en travail social (AS ES CESF EJE ETS) ?

 

Alors quoi, l’obtention des diplômes du travail social (assistant social, éducateur spécialisé...) donneraient lieu à des crédits d’une autre catégorie ? Le travail social appartiendrait-il a une sous classe de l’enseignement supérieur ?

Peut-être finalement que la France ne fait plus partie de "l'espace européen de l'enseignement supèrieure" et que nous n’en savons rien ?

 

Probablement que les décisions prises par la France pour une certaine catégorie de professionnels, de jeunes, ne doivent en fait s’appliquer que pour une clientele choisit, qui de surcroit seront reconnus chez les autres états membres ?

 

Après plus de deux années d'intervention et de requêtes auprès des  ministères, pour que soit appliqué uniquement le droit, avons-nous été entendus ?

 

En sommes-nous au début d’une quelconque négociation ? Et pourquoi négocier puisque le point de vue du droit n’est pas respecté. Nous laissons cela à l'appréciation des travailleurs sociaux...

 

Si l’obtention de nos diplômes donne lieu à 180 ECTS, et que le GRADE LICENCE donne droit à 180 ECTS, nous voulons de droit le GRADE LICENCE pour nos diplômes d’état.

Et nous le défendrons.

 

Chers confrères et consoeurs, nous ne pouvons pas nous permettre de regarder le grade Licence et le Master1 s'éloigner sans réagir. Holande accorde le grade Licence/Master à certaines professions et pas aux autres. Une discrimination intolérable de la part d'un chef d'Etat et de son gouvernement.

 

Travailleurs sociaux, nous allons faire plus que résister, nous allons RIPOSTER au mépris de ce gouvernement pour nos diplômes et nos professions éducatives et médico-sociales.

 

Compte tenu de l'extrème gravité des décisions prises contre les travailleurs sociaux par la publication de décret renégat et anti constitutionnel, nous avons décidé de nous réunir prochainement. Nous souhaitons définir quelles nouvelles orientations stratégiques nous voulons engager pour faire valoir nos droits. Une reflexion sera aussi menée sur le passage ou non à la création juridique du collectif National TSL en association déclarée loi 1901.

 

- La déclarattion juridique en association est-ele pertinente ?

 

- Permettra-elle d'améliorer notre efficacité à agir pour défendre les droits des travailleurs sociaux ?

- Avoir un statut juridique permettra-il d'obtenir une plus grande visibilité, une plus grande écoute et une plus forte influence auprès du gouvernement, des pouvoirs publiques, des collectivités territoriales, des organismes employeurs, des organisations syndicales, des associations professionnelles, collectifs et des travailleurs sociaux ?

 

- La déclaration d'une association permet d'aller en justice pour défendre les intérêts "des personnes ou objets" qu'elle défend ou protège qui sont intégrés sans les statuts.

 

- La diffusion d'information sur le blog et facebook, concernant prioritairement les revendications pour la promotion du travail social et des professions sont-elles satisfaisantes ?

 

Nous vous tiendrons bien entendu informé des décisions qui serons prises dans les prochains jours.

 

Faites nous parvenir vos messages, vos idées en contactant l'auteur de Blog TSL, ou bien en laissant vos messages dans le forum du blog, vous pouvez aussi donner votre avis sur notre page facebook. Nous vous remercions de votre soutien !

 

Pour soutenir les travailleurs sociaux, signez la pétition en ligne, cliquez içi

 



08/10/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2397 autres membres