Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Un autre député demande la reconnaissance à MASTER

Educateur spécialisé, assistant social.... Votre diplôme est équivalent au Master, rejoignez nous pour faire valoir vos droits !

 

 

Les TSL avons écrit au député Jean Launay, celui-ci nous a répondu qu'il transmettrait nos revendications au ministre sous forme d'une question écrite, dés qu'il aura pris conaissance de l'argumentaire des TSL sur la revendication à master pour les diplômes du travail social.

 

Dans son courrier de réponse au TSL, M. launay et d'autres parlementaires font une confusion, il pense que le collectif TSL est une association professionnelle du travail social déclarée, or ce n'est pas le cas, nous ne sommes ni une association, ni une organisation politique, mais juste un modeste collectif qui regroupe quelques personnes de bonne volonté pour porter et défendre les professions du travail social et faire leur promotion.

 

Le député Jean Launay, a enfin obtenu une réponse du gouvernement concernant notre demande de reconnaissance à Master. Bien entendu, nous obtenons toujours la même réponse laconique de la part du gouvernement.

 

Ce gouvernement écarte même la possibilité aux travailleurs sociaux de revendiquer une éventuelle réglementation des professions du travail social, alors que les TSL sont favorable à une réglementation générale pour toute la profession, vous retouverez le projet de réglementation dans l'article qu'est ce qu'un travailleur social ?

 

De quoi donc ce gouvernement à t-il  peur ? Et bien mes amis, je vais vous le dire, c'est la peur de ne plus avoir la main mise sur les travailleurs sociaux. Leur crainte est fondée car effectivement la réglementation générale des professions du travail social n'ont que des avantages pour les travailleurs sociaux et que des inconvéniants pour le gouvernement, les élus politiques et bien entendu les employeurs...

 

C'est avant tout un enjeu social, économique et politique, l'affaire est sensible et très sérieuse, car elle touche directement la question d'un code de déontologie généralisé et validé par la loi, intégrant le secret profesionnel, le titre protégé, l'employabilité des professionnels ou non, des niveaux de reconnaissance des diplômes, des salaires, statuts professionnels, de la notion de sécurité, des mesures disciplinaires etc. Tous ces sujets ne seraient plus géré et contrôlé par le pouvoir politique, mais par les professionnels du travail social entre eux, élus sur la base d'élection nationale representative de la profession.

 

Nous rappelons que nous sommes environ quatre millions de travailleurs sociaux en France. Ce qui est énorme en comparaison aux professions médicales et paramédicales toutes banches confondues (médecin, pharmacien, infirmier, aide soignant...), qui ne représente que 920 000 professionnels par rapport au nombre de travailleurs sociaux estimé à quatre millions.

 

De part notre nombre important nous pouvons être une grande force capable d'influencer le pouvoir politique, et devenir un lobbie. Les organismes employeurs, les patrons du CAC40 et les élites en sont bien conscients. C'est pour toutes ces raisons que les travailleurs sociaux sont bridés depuis un demi-siècle par les décideurs politiques, les élites, certains syndicats et associations professionnelles du travail social, les collectivités territoriales, des organismes de formation etc.

 

Dans tous les pays le travail social est réglementé, mais pas la France. Pourquoi ? Parce que la France est un Etat voyou représenté en parti par des personnalités politiques en col blanc qui ont décidé de ce faire le maximun de fric sur le dos des travailleurs sociaux, d'une part. D'autre part, il est question d'une manipulation à grande échelle de la population, en se servant du travail social a des fins éléctoralistes. On ne lâche pas la poule aux oeufs d'or...

 

Le gouvernement veut nous baillonner et nous empêcher de manifester, de nous exprimer et d'afficher notre colère et notre opposition !

 

Les TSL ne se laisserons pas intimider ou manipuler, nous n'avons pas peur et nous ne craignons aucun gouvernement.

 

Ce que nous devons retenir, c'est que ce parlementaire ainsi que 42 autres députés, affirment et sont convaincus que les diplômes du travail social (assistant social, éducateur spécialisé...) équivalent un diplôme universitaire de niveau Master soit 240 crédits, et non pas une licence (bac+3) 180 crédits.

 

Par ailleurs, ces députés sont convaincus que la reconnaissance actuellement obtenu au niveau bac+3 pour nos diplômes est totalement inique.

 

L'UNAFORIS, les syndicats et les associations professionnelles du travail social se sont autorisés a brader nos diplômes, alors qu'ils savent pertinemment que leur niveau équivalent un master.

 

Cependant, les TSL n'abandonneront pas la lutte. Nous ne lâcherons pas, car personne n'a le droit (associations, syndicats...),  de spollier les travailleurs sociaux de leurs droits légitimes à une juste reconnaissance du niveau réel de leurs diplômes.

 

S'il faut attendre les prochaines élections présidentielles en 2017 pour que nos droits soient reconnus, alors soit, nous attendrons tout en restant actif et vigilent... Nous continuerons à travailler pour convaincre les travailleurs sociaux et les sympatisants de rejoindre les TSL dans ce combat qui est une juste cause. Nous pouvons gagner, il faut seulement y croire...

 

Qui pouvait immaginer qu'un jour l'homme marcherait réellement sur la lune ? Mais gràce aux progrès scientifiques et technologiques, ce rêve a pu se réaliser.

 

Et bien mes amis, les diplômes du travail social après calcul des ECTS ( attribution de crédits) qui  détermine le niveau d'un diplôme) dans le respect scientifique et technique du processus de Bologne, est évalué à plus de 240 ECTS, c'est à dire le niveau Master. 

 

L'Unaforis, les syndicats et les associations professionnelles du travail social et le gouvernement ont décidé que nos diplômes ne valaient que 180 ECTS uniquement pour des raisons d'interêts personnels et des enjeux propres à chaque organisation et association au détriment des travailleurs sociaux, alors que le calcul des crédits prouve le contraire.

 

Mais nous ne nous laisserons pas faire et nous dénonçons ce marché de dupe.

 

Nous rappelons que des députés et leurs équipes de spécialistes après étude comparative du contenu de nos diplômes en travail social avec des masters universitaires en sciences humaines et sociales sont de l'avis des TSL.

 

A chaque fois que le collectif TSL avons interpellé des députés sur la question du master, ils nous ont demandé de leur transmettre pour étude avant de prendre une décision, le contenu du programme de chaque diplôme, le nombre d'heures total des formations dans le détail etc, et bien entendu l'argumentaire des TSL.

 

Ne trouvez-vous pas étrange que trois demi-journée de grève ont permi aux travailleurs sociaux d'obtenir le niveau bac+3 ? Alors que les syndicats et les associations profesionnelles n'y parviennent pas depuis un demi-siècle ! Les TSL affirment que certaines de ces organisations faisaient le jeu du gouvernement, au détriment des travailleurs sociaux, de leurs diplômes, de leurs statuts professionnelles et de leurs professsions.

 

Nos diplômes sont donc encore sous-évalués et bradés, mais face à la grogne et à la colère des travailleurs sociaux, ils nous ont lâché des miettes, le niveau bac+3, afin de faire baisser les tensions...

 

Pour un meilleur confort de lecture de la question écrite du député, cliquez sur l'image.

 

 

 



05/03/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3071 autres membres