Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Un métier réputé mal payé : éducatrice spécialisée

Un métier réputé mal payé : éducatrice spécialisée

 

Marion Chantrel, 29 ans : "J’aide les enfants à bien grandir"

 

Sa formation : diplôme d’État d’éducatrice spécialisée (bac + 3). Son salaire mensuel net : 650 € (pour un mi-temps).

 

Cela ne donne vraiment pas envie de s'orienter vers le métier d'éducatrice spécialisée pour avoir un salaire aussi ridicule. ils sont vraiment à plaindre tous ces travailleurs sociaux. Mais comment font-ils pour vivre avec si peut ? cela doit être l'horreur chaque fin de mois à compter ses petits sous pour payer leurs factures ! Loyer, électricté, chauffage, transport, alimention, vestimentaire... Si en plus il y a des enfants, ils doivent faire la gymnastique entre les modestes aides des prestations sociales et familiales...

 

Depuis quelques années il y a une forte augmentation de la précarité dans le métier d'éducatrice. La plupart de ces jeunes professionnels éducateurs sont bénéficiaires du RMI/ RSA (revenu de solidarité active), pour s'en sortir ils n'ont pas d'autres choix que de demander à bénéficier de cette aide sociale RSA. Quel paradoxe ! Des éducatrices bénéficiaires du RSA qui aide et accompagnent des publics se trouvant en difficultés d'insertion sociale et professionnelle ! La terre c'est mise a tourner à l'envers !

 

Faire autant d'années d'études pour être payés des clopinettes, alors qu'il existe des métiers qui sont beaucoup mieux rémunérés (1600€ net voir plus) avec un niveau CAP comme : Gardienne d'immeuble, secrétaire SMS (science médico sociale), auxiliaire de vie sociale, aide médico-spychologique, vendeuse fleuriste, boulangère, caissière, vendeuse en prêt à porter, Mac Donald, QuiK, serveur en restauration, standardiste, agent d'accueil, comptable, poissonnière, vendeur de fruits et légumes, charcutiere, aide à domicile, assistante maternelle, auxilaire de puericulture...

 

Il faut un énorme courage pour choisir d'exercer le métier d'éducatrice, compte tenu de toutes les difficultés lié à cette fonction. Contrainte horaire qui vont jusqu'à 22 h, les nuits a assurer, la violence des jeunes et parfois des familles...

 


 

Marion Chantrel 29 ans éducatrice spécialisée

 

Marion travaille à mi-temps en tant qu’éducatrice spécialisée au SESSAD (Service d’éducation spéciale et de soins à domicile) de la Celle-Saint-Cloud (78). Avec son équipe, elle y accueille des enfants âgés de 4 à 6 ans qui présentent des troubles du comportement. Le SESSAD bénéficie d’une navette-taxi qui va chercher les enfants chez eux afin de les accueillir dans les locaux, de 9 h à 11 h 30. "Nous aidons ces enfants à bien grandir, explique Marion. Cela passe notamment par le jeu, la peinture, ou encore l’approche des animaux. L’enfant va devoir prendre soin de quelqu’un d’autre. Nous posons un cadre, des règles et des limites. Parfois, les enfants nous expriment leur mécontentement par de l’agressivité physique."

Sa vocation pour ce métier ne tient pas au hasard. "Il faut une grande attention aux problèmes sociaux et humains, de la créativité et un engagement personnel. Il faut aussi être forte psychologiquement, car les enfants dont nous nous occupons ont une finesse d’esprit et connaissent nos failles. Mais nous sommes rarement seuls. L’une des forces de ce métier est que nous travaillons en équipe." Et comme il lui arrive d’avoir parfois du mal à rentrer chez elle quand elle laisse un enfant en détresse, Marion précise : "Ce métier amène forcément à se poser sans cesse des questions, et notamment sur l’éducation que vous donnez à vos propres enfants." Aujourd’hui, Marion a justement choisi de travailler à mi-temps pour s’occuper de sa fille.

Elle aimerait, d’ici quelques années, évoluer en milieu psychiatrique, avec des adultes. "Le diplôme d’État d’éducateur spécialisé nous permet de travailler avec des enfants, des adolescents, des adultes. C’est une richesse que je compte bien exploiter", précise cette jeune femme qui, à l’évidence, n’a pas choisi ce métier pour son niveau de rémunération.

 



24/10/2012

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2344 autres membres