Les travailleurs sociaux libres

Les travailleurs sociaux libres

Vincent Dedienne comédien : j'ai été adopté par ma mère éducatrice spécialisée et mon père instituteur

 "Je me fiche de savoir d'où je viens. Je suis tombé sur un chic type et une chic fille et ça me va très bien.

 

Journal Le Monde - Publié le 02 février 2020

 

Vincent.jpg

 

Je ne serais pas arrivé là si… « Le Monde » interroge une personnalité sur un moment décisif de son existence. Cette semaine, le comédien évoque ses origines et rend hommage à ses professeures de français.

Je ne serais pas arrivé là si…

… Si je n’avais pas eu comme professeures de français Mme Bounab en 6e, Mme Lambolez en 3e, Mme Truc en 2de et Mme Cadoux en 1re et terminale. Toutes ces femmes m’ont appris à entrer dans les livres et m’ont fait aimer la littérature. Elles ont modifié tout mon paysage. Je leur dois le goût des mots, mais aussi celui du théâtre et de l’écriture.

 

Grâce à ces enseignantes, parce qu’elles savaient donner, avec appétit et fièvre, l’envie de se plonger dans des œuvres, la lecture de Perceval le Gallois a été une claque, Bel-Ami une claque, Thérèse Raquin une claque, Un roi sans divertissement une claque ! Même si j’étais bon élève, scolaire, je me suis beaucoup ennuyé à l’école dans de nombreuses matières. Heureusement qu’il y avait le français !

 

Vous dévoilez avec humour, en 2014 dans votre premier seul-en-scène : «  Je suis né en 1987, à Mâcon, de parents inconnus. La mauvaise nouvelle, dans cette phrase, c’est Mâcon. » Quand avez-vous appris que vous étiez un enfant adopté ?

 

Vincent Dedienne se souvient : "Toute ma vie, quand je racontais que j'étais adopté, les gens s'excusaient : 'Oh pardon, je ne savais.' Mais cela ne m'a jamais posé de problème." Il raconte de nouveau comment il l'a appris : "Un jour, à l'école, le maître nous a réunis pour nous annoncer qu'un de nos camarades avait été adopté. En rentrant chez moi, ma mère était sur la machine à coudre, je lui raconte l'histoire. Et là, elle m'a dit : 'Ah oui, Adrian a été adopté. Eh bien toi aussi.' Et ça a été la fin de l'histoire." Pas besoin de revenir dessus"...

 

Vincent n'a jamais ressenti le besoin de retrouver ses vrais parents : "Je me dis parfois que le hasard a pu faire que j'ai croisé mon frère sur la ligne 13. Mais c'est juste parce que j'aime bien me raconter des histoires. En vérité, ça me plaît plutôt d'être une énigme, même si je suis l'exemple type d'adoption réussie. Il faut dire que mes parents sont géniaux... Et tout ce que je vie aujourd'hui est grâce à eux. Donc je n'ai aucune raison d'aller chercher ailleurs." Et l'acteur de raconter : "Ma mère est frisée et un peu métisse, et souvent on lui dit : 'Oh bah, Vincent, ça se voit que c'est votre fils.' Ça nous fait rire."

 

Vincent Dedienne a été élevé par Jean-Louis, un instituteur, et Marie-Jeanne, une éducatrice spécialisée, mais ils étaient plus Télé 7 Jours que Télérama... "Europe 1 plutôt que France Inter".

 

Dans M, le magazine du Monde, il a cette très jolie formule à propos de ses parents : "Je me fiche de savoir d'où je viens. Je suis tombé sur un chic type et une chic fille et ça me va très bien.

 

Par Sandrine Blanchard

 

Source : https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/02/02/vincent-dedienne-etre-un-enfant-adopte-a-toujours-ete-un-detail_6028118_3246.html



11/02/2020

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2861 autres membres